Red Hat lance ses solutions de IaaS et PaaS

01 juin 2018 à 15h36
0
Red Hat sort de sa sphère habituelle pour venir s'attaquer à Microsoft Azure ou le très récent VMware Cloud Foundry. L'éditeur open-source a présenté deux nouvelles solutions cloud au cours de sa conférence annuelle : une plateforme en mode hébergé (PaaS), et un service d'infrastructure à la demande (IaaS).

00FA000004240452-photo-cloudforms-logo.jpg
Deux nouveaux produits, donc, tous deux lancés en version bêta hier. Le premier, CloudForms, est une infrastructure en ligne issue du projet DeltaCloud, hébergé par la Fondation Apache. Ce projet consiste en une API de cloud qui permet de développer des applications indifféremment pour les différentes solutions hébergées, avec un code unique. Il permet donc de s'affranchir des problèmes de compatibilité et de changements de versions, et est ouvert. C'est donc naturellement ce qu'a retenu Red Hat pour développer CloudForms.

CloudForms reprend donc le concept en automatisant la gestion des ressources, le déploiement d'applications, et la mise en place d'Infrastructures à la demande pour l'implémentation de clouds, qu'ils soient privés ou hybrides. L'offre IaaS de Red Hat apporte donc, selon l'éditeur, une brique complète pour la création d'infrastructures automatisées et à la demande.

Côté Platform-as-a-Service (PaaS), l'offre de Red Hat se nomme OpenShift. Destinée aux développeurs « qui aiment programmer sur de l'open-source », OpenShift prend en charge les principales solutions du développement d'applications : PHP, Python, Ruby pour la version Express, PHP, Java EE, MySQL, MongoDB, Memcache et DFS pour la version Flex, t encore plus pour la versions Power à venir. Comme CloudForms, elle supporte de multiples fournisseurs de cloud, et permet de déployer rapidement une application sur leurs hébergements.

012C000004240454-photo-openshift.jpg
Principal intérêt de ses services, selon Red Hat : l'ouverture, une fois de plus. Si Cloud Foundry, la plateforme de VMware récemment lancée, est également sur ce créneau, cela pourrait tout de même permettre à Red Hat de se démarquer de Microsoft Azure ou Heroku, de Salesforce. Red Hat ne s'est d'ailleurs pas gêné pour railler l'ouverture affichée par VMware. Selon Paul Cormier, vice-président produits et technologies de Red Hat, « la dernière fois que j'ai vérifié, plus de 90% de leurs produits pour l'entreprise était aussi loin de l'open-source que nos amis de Redmond (Microsoft, NDLR). »

Sur les deux solutions, Red Hat souhaite également se démarquer d'Amazon, Eucalyptus ou Rackspace par son ouverture et sa portabilité. CloudForms tournera sur OpenStack, et, comme OpenShift, sera compatible avec n'importe quel hyperviseur, et n'importe quel service de cloud public.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Facebook et Google souhaiteraient se rapprocher de Skype
The Daily : bilan mitigé pour le premier quotidien de l'iPad
HP Pavilion dm4x : l'ultrafin de 14 pouces adopte Sandy Bridge
Piratage du PSN : Anonymous finalement impliqué ? (MàJ)
Brocade annonce des solutions Fibre Channel en 16 gbps
Groupon rachète un clone australien
Microsoft dévoile sa première mise à jour de sécurité pour WP7
Warner Bros rachète Flixster et Rotten Tomatoes
VoIP : Viber s'invite sur Android
Bourse : Renren, le Facebook chinois espère lever 690 millions de dollars [MàJ]
Haut de page