Intel met son usine à 5 milliards de dollars entre parenthèses

Thomas Pontiroli
Publié le 15 janvier 2014 à 11h46
L'usine Fab 42 en Arizona a été construite mais son entrée en fonction est reportée sine die. L'objectif du fondeur, toujours enlisé dans la crise du PC, est de maîtriser ses coûts et d'optimiser ses actifs.

0118000007072748-photo-intel-fab-42.jpg
C'était en janvier 2012, Barack Obama était en campagne et il visitait le site arizonien de Chandler où Intel y implanterait une usine dernier cri. Pour le président des États-Unis, ce projet de 5 milliards de dollars était présenté comme un « symbole de l'avenir de l'industrie manufacturière américaine ». Finalisée, l'usine Fab 42 n'ouvrira cependant pas de sitôt.

D'après Chuck Mulloy, porte-parole d'Intel cité par Arizona Republic News, l'usine a vu le jour en fin d'année dernière et un millier d'emplois a même été créé. Mais personne n'a été affecté à Fab 42. Ces personnes travailleraient en fait pour l'instant sur le campus Ocotillo. Quant au nouveau site, indique le représentant, « il sera utilisé pour des technologies futures à une date future ». Mais rien n'a encore été déterminé.

Si Intel a tout de même embauché 1 000 personnes depuis 2011, c'est aussi parce que le fondeur a obtenu des avantages fiscaux de l'État. C'est une mesure décidée par Barack Obama visant à favoriser l'embauche dans le milieu industriel aux États-Unis, de façon à limiter la tentation de la délocalisation.

Alors que l'usine Fab 42 devait être destinée à la fabrication de puces gravées en 14 nm, Intel a décidé d'adapter les sites existants, dévolus actuellement au 22 nm. « Beaucoup de nouveaux employés travaillent dessus », indique Chuck Mulloy, évoquant une « meilleure utilisation du capital », alors qu'une usine en Oregon est en travaux afin de fabriquer des galettes de silicium de 450 mm - contre 300 aujourd'hui.

Intel continue ses efforts

Encore largement premier de l'industrie des semi-conducteurs en 2013 selon Gartner, Intel est le seul fabricant du top cinq à voir sa part de marché reculer. En tête avec 15,2% du secteur l'an dernier, le fondeur de Santa Clara a cédé 2,2% comparé à 2012, alors que Samsung progressait de 3,6%, avec 9,4% du marché, et que Qualcomm, poussé par son omniprésence dans le mobile, grimpait de 31%, avec 5,5% de l'industrie.

Intel a peut-être réorienté une partie de ses investissements vers les puces mobiles, là où se trouve la croissance, et même vers l'Internet des objets, où les espoirs du fondeur sont importants - il ne veut pas reproduire la même erreur qu'avec le mobile. Mais au dernier trimestre fiscal, l'américain n'est pas encore repassé dans le vert, tant sur les ventes que sur les profits - même s'il redressait la barre.

La société de Brian Krzanich a fait face, en 2013, à un recul historique des ventes de PC, alors qu'il en équipe huit sur dix dans le monde avec ses processeurs, selon IDC. Avec un marché mondial en recul annuel de 10%, relevait Gartner, Intel tente de s'accrocher pour ne pas se faire tirer vers le fond avec les PC. En attendant que ses investissements payent, l'heure est donc à la rationalisation de ses actifs.
Thomas Pontiroli
Par Thomas Pontiroli

Aucun résumé disponible

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.