Google investit dans Himax Display en vue de la production de ses Glass

Ludwig Gallet
22 juillet 2013 à 18h13
0
Google s'est offert une participation de 6,3% dans le capital de Himax Display, un fabricant taïwanais de « puces » à cristaux liquides, utilisées notamment pour les Google Glass.

0104000006009112-photo-google-glass.jpg
Google a annoncé être entré dans le capital de Himax Display, fabricant de « puces » à cristaux liquides, filiale de la société Himax Technologies. L'investissement n'est pas anodin, puisque le taïwanais fournit sa technologie à la firme de Mountain View pour ses Google Glass.

L'opération, dont le montant n'est pas communiqué, permet à Google de s'emparer de 6,3% du capital de Himax Display. Une participation qui pourrait croître à l'avenir, puisqu'une clause prévoit d'élever cette part à 14,8%. Dans son communiqué, le taïwanais dit espérer que l'opération sera conclue avant fin septembre. Elle doit encore recevoir l'aval des autorités de régulation.

L'agence Reuters a obtenu la confirmation de l'investissement par Google, qui dans un courriel a tenu à rappeler que les deux entreprises étaient « partenaires depuis plusieurs années ». L'opération devrait avant tout permettre à Himax Display d'accroître ses capacités de production, se félicite le taïwanais dans un communiqué (.pdf).
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
La Chine menace les Etats-Unis en cas de vente forcée de TikTok
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top