MWC2012 : Avec le soutien de Microsoft, Skype vise le milliard d'utilisateurs

01 juin 2018 à 15h36
0
00C8000003711620-photo-skype-logo-mac-mikeklo.jpg
Du rachat de Microsoft à l'application de Windows Phone, Skype a marqué l'actualité à de nombreuses reprises ces derniers mois. Rick Osterloch, vice-président du développement des produits chez Skype - et présent sur le Mobile World Congress - a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

Skype fait officiellement partie de Microsoft depuis octobre 2011. Comment s'est passée l'intégration au sein groupe ?

Rick Osterloh : Cela a été formidable mais pour l'heure c'est encore très jeune. Nous ne faisons partie de Microsoft que depuis 4 ou 5 mois. Microsoft a énormément de ressources et nous avons fait de bonnes synergies. Microsoft est une grosse société qui peut nous aider à nous développer. Ils ont fait de gros investissements dans notre division. Aujourd'hui, notre objectif principal est de faire en sorte que Skype soit utilisé par 1 milliard d'utilisateurs.

Vous venez de lancer une bêta de Skype sur Windows Phone. Quand la version finale sera-t-elle disponible ?

R.O : Elle sera disponible pour tout le monde au téléchargement au mois d'avril.

Puisque que le Lumia 610 n'a pas de caméra frontale, Skype ne sera pas disponible sur celui-ci n'est-ce pas ?

R.O : Pour l'instant sur le Lumia 610 nous avons le système Windows Phone Tango mais à terme l'application fonctionnera. Il sera possible d'effectuer des appels en vidéo en exploitant la caméra placée à l'arrière. Aujourd'hui la version bêta ne prend en charge que la version 7.5 de Windows Phone mais à la sortie officielle l'application sera compatible avec plusieurs appareils et nous prendrons en charge Tango dès que possible .

L'arrivée de Google sur le marché de la VoIP, avec Google Voice, est-elle une menace ?

R.O : Le marché de la communication est énorme. Il y a largement assez d'espace pour que plusieurs acteurs mettent à disposition leurs services auprès des consommateurs. Nous essayons de faire en sorte que leurs communications s'effectuent en temps réel. Nous souhaitons développer Skype sur le maximum de plateformes

Les désaccords autour de l'adoption du codec VP8 par Skype n'ont-ils pas été problématiques, sachant que Microsoft s'y opposait ?

R.O : Non je n'ai pas entendu parler de tensions à ce sujet, mais je ne me suis pas occupé de cette affaire.

Depuis le rachat par Microsoft les applications pour iOS, Android et Mac OS X ont soudainement accueilli de la publicité. Etait-ce là une demande formulée par Microsoft ?

R.O : Non, en fait nous avons introduit la publicité avant le rachat de Microsoft (NDLR : sur l'édition Windows). Nous avons deux types d'utilisateurs. Ceux qui utilisent le service gratuitement et n'achètent pas de crédits. Puis il y a les autres qui achètent ces communications ou s'inscrivent à l'un de nos services. Ces derniers ne voient pas la publicité. Notre infrastructure s'élargit de plus en plus et il nous faut donc faire de l'argent. Cela n'est pas lié à l'acquisition.

Aussi, de plus en plus de gens se plaignent de l'intégration bien trop poussée de Facebook...

R.O : Nous n'avons pas de projet pour une éventuelle version de Skype sans l'intégration de Facebook. Aujourd'hui notre base d'utilisateurs est tellement énorme qu'il y a des groupes qui souhaitent voir le logiciel évoluer de différentes manières. Il y aura toujours des gens qui souhaiteront voir l'implementation de davantage de fonctionnalités et d'autres qui demanderont une interface plus épurée. Au fil du temps nous trouverons un juste milieu pour satisfaire chacune de ces requêtes.

Que pensez-vous de Cisco qui a récemment déposé une plainte auprès de la Commission Européenne en pointant ce rapprochement avec Microsoft ?

R.O : Nous ne pensons pas que leur plainte soit légitime. L'Union Européenne a approuvé cette acquisition sans condition particulière et ils ont estimé que c'était une bonne chose pour les consommateurs. Nous ne savons pas trop pourquoi Cisco a fait cela.

Comment avez-vous persuadé les opérateurs mobiles d'accepter les usages de la VoIP sur leurs réseaux ces dernières années ?

R.O : Nous avons joué un rôle mais je ne pense pas que cela soit Skype qui les a convaincu. Je crois qu'il s'agit surtout des consommateurs et de la pression excercée par les régulateurs. Aujourd'hui la VoIP est généralisée. Aujourd'hui il y a 200 millions de personnes qui utilisent Skype chaque mois. Skype est en première position sur l'iPad, en seconde sur l'iPhone en terme de popularité et 1 smartphone Android 8 embarque Skype. Nous sommes partout et les opérateurs se sont rendus compte que s'ils bloquaient Skype, les consommateurs allaient migrer vers un fournisseur de service concurrent. Aussi, plus généralement, le gouvernement tente de faire respecter la neutralité du net.

Nous pensons également que les opérateurs ont beaucoup à gagner en travaillant avec nous

Je vous remercie.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Twitter annonce l'arrivée de la publicité sur ses app mobiles
Google ne reportera pas le lancement de ses nouvelles règles de confidentialité
HP et WebOS : 275 employés potentiellement licenciés
Partage de fichiers : privé de Paypal, Uptobox revoit ses services gratuits à la baisse
MWC 2012 : présentation vidéo du LG Optimus 4X HD
MWC 2012 : Présentation de l'Orange Santa Clara, Intel Inside
Emission 360 Hi-TEK spéciale MWC en direct de Barcelone : le live maintenant !
Apple annonce une conférence le 7 mars : iPad 3 en vue ?
L’Arcep confirme que Free Mobile couvre bien 27 % de la population française en 3G
O.Roussat, Bouygues Télécom :
Haut de page