Comparatif caméscope full HD : 5 modèles à moins de 450 € en test

Aurélien Audy
09 juillet 2010 à 18h05
0

Sony HDR-CX116E

Bouclons la boucle avec un autre grand nom de la vidéo : Sony. À l'origine de nombreuses évolutions dans ce domaine, le constructeur nippon intègre aujourd'hui sa technologie Exmor R, très efficace en photo, dans ses caméscopes. Pour ce comparatif, c'est le HDR-CX116E que nous avons sélectionné.

01C2000003356578-photo-sony-hdr-cx116e.jpg

Le Sony HDR-CX116E


Présentation

Premier constat implacable, le CX116E est redoutablement compact : une vraie petite caméra de poing ! Le design est assez proche du Samsung, plastiques noirs brillants avec reflets métallisés, mais avec des formes un peu plus rectilignes. La finition est un peu meilleure, notamment au niveau de l'écran où l'on ne constate ici aucun jeu.

Du côté des spécifications, le CX116E embarque 8 Go de mémoire interne et le fameux capteur Exmor R rétro-exposé, ici en 4,2 Mpix pour une taille de 1/4 pouce. Intéressant... mais le meilleur n'est pas là. En effet, la pièce maîtresse du CX116E, du moins sur le papier, c'est son objectif 25 X Carl Zeiss, qui est à la fois grand-angle (37 - 1 075 mm), très lumineux (f:1,8 - 2,2) et stabilisé optiquement ! De quoi commencer à saliver... En matière de connectique, rien de très original : on trouve une trappe sur le flanc droit du caméscope avec le connecteur d'alimentation et une sortie A/V pouvant accueillir les câbles composante et composite fournis, et une autre trappe derrière l'écran abritant les prises mini USB et mini HDMI. Sous le caméscope se trouve l'emplacement carte mémoire, Memory Stick Pro Duo (Sony oblige...) mais également SD/SDHC (réalisme oblige...).

012C000003363114-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-6.jpg
012C000003363116-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-7.jpg

Objectif avec micros et trappe à cartes MS Pro Duo ou SD/SDHC


012C000003363104-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-1.jpg
012C000003363110-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-4.jpg

Connectique sur les flancs gauches et droits


Ergonomie et interface

Avec sa petite taille, le CX116E ne se destine pas franchement à des mains de bûcheron canadien... Si la gent féminine appréciera la finesse du produit, on se demande quand même s'il ne faudrait pas fixer des limites à la miniaturisation. N'ayant pas de grandes mains, ça passe pour moi... mais tout juste. Par ailleurs, le CX166E souffre du même inconvénient que l'Everio de JVC : sa lanière, fine et trop basse, engendre un déséquilibre de l'appareil. Il sera donc préférable de le tenir à deux mains, pour assurer une bonne stabilité. Ou alors de se casser le poignet pour le poser dans la paume...

012C000003363124-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-11.jpg

La position de la lanière n'offre pas un bon équilibre


Du côté des commandes, le CX116E fait dans le classique. Déclencheur vidéo qui tombe sous le pouce, déclencheur photo sous l'index, juste à côté un bouton pour passer d'un mode à l'autre, et la manette de zoom. Cette dernière est précise et confortable, assez semblable à celle du caméscope de Panasonic.

012C000003363106-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-2.jpg
012C000003363108-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-3.jpg

Manette de zoom, déclencheur photo et sélecteur de mode, déclencheur vidéo


L'écran déplié révèle quatre touches : lecture, gravure (si le caméscope est relié au graveur autonome Sony DVDirect par exemple), iAuto et Power. Seules deux touches vous seront donc utiles, puisque le caméscope s'éteint tout seul dès qu'on ferme l'écran... On aurait préféré avoir des raccourcis un peu plus pertinents, type stabilisation ou compensation du contre-jour. Tout se passe finalement sur l'écran tactile, la bordure n'accueillant aucune commande. Écran qui au passage se comporte un peu mieux que les autres tactiles du comparatif en plein soleil, mais reste loin derrière le LCD de JVC.

012C000003363122-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-10.jpg

Ecran dépourvu de touche, à part celles virtuelles de l'interface tactile


L'interface est assez bien conçue. De base, seules les icônes W (zoom -), T (zoom +) et enregistrer figurent à l'écran. Dès qu'on touche le centre de la dalle, différentes informations apparaissent, ainsi que l'icône Menu. Celle-ci ouvre une fenêtre My Menu qui rassemble les six réglages les plus utiles, réglages qu'on peut heureusement modifier à souhait. Bien vu ! Pour accéder à l'ensemble des paramètres, il faut effleurer l'icône Afficher autres. Une fois dans le menu principal, tous les réglages sont listés en colonne au centre de l'écran : on les fait défiler en faisant glisser son doigt sur l'ascenseur virtuel situé à gauche, tandis que des petits pictogrammes représentant les différentes catégories s'éclairent pour faciliter le repérage. Tout cela n'est pas franchement intuitif mais on s'y fait vite. Et l'ascenseur à sensibilité variable (le défilement va plus ou moins vite selon le mouvement effectué) s'avère plutôt précis.

012C000003363118-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-8.jpg
012C000003363120-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-9.jpg

My Menu et interface avec ascenseur tactile


Du côté des réglages, Sony a davantage ciblé le grand public. En dehors de la balance des blancs, de la mise au point et de l'exposition, le CX116E n'offre que des automatismes : détection des visages, des sourires, priorité enfants ou adultes, sensibilité des sourires... Les débutants apprécieront, les autres moins. Le CX116E propose tout de même quelques fonctionnalités utiles, comme la télé macro, le mode Low Lux (pour filmer en faible luminosité), les fondus (2 au choix) ou encore l'enregistrement au ralenti.

012C000003363128-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-13.jpg
012C000003363126-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-12.jpg

Menu principal


Bon point également, le CX116E est d'attaque en à peine 2 secondes, si tant est que vous ayez songé à ouvrir le cache objectif manuel. La réactivité globale est bonne. Enfin, Sony équipe son caméscope d'une batterie de 980 mAh... un peu juste, quoique le CX116E ne semble pas trop gourmand.

012C000003363112-photo-sony-hdr-cx116e-d-tail-5.jpg

Cache objectif manuel


Qualité d'image

Sony utilise très naturellement son standard AVCHD, et propose comme pour l'Everio GZ-HM334 de JVC un mode très haute qualité en 1 080i à un débit de 24 Mbps. La différence est-elle flagrante par rapport aux Mbps de Panasonic ? Non, pas en termes de compression. Par contre, l'approche de Sony est probablement une des meilleures qui soient en termes de rendu. Beaucoup de détail sans forcer le trait, une colorimétrie bien dosée, moins terne que Panasonic mais plus réaliste que Canon et une exposition très juste.

012C000003365072-photo-sony-hdr-cx116e-printscreen-test.jpg

Capture réalisée sur le tournage d'une scène de jour


0096000003365064-photo-canon-legria-hf-r16-printscreen-test.jpg
0096000003365066-photo-jvc-everio-gz-hm334-printscreen-test.jpg
0096000003365068-photo-panasonic-hdc-sd60-printscreen-test.jpg
0096000003365070-photo-samsung-hmx-h204-printscreen-test.jpg

Résultats obtenus avec les Canon, JVC, Panasonic et Samsung


De nuit, le CX116E parvient comme prévu à bien gérer la montée en sensibilité. Certes les vidéos laissent apparaître un fourmillement bien visible, plus granuleux que chez Samsung, mais ce côté grain argentique n'est pas dérangeant, voire donne un certain caractère aux images. Le problème par contre, c'est que l'autofocus d'habitude fiable mais pas très rapide devient pour le coup franchement mollasson. Pour la mise au point dans la nuit, Panasonic reste invaincu !

012C000003363936-photo-sony-hdr-cx116e-capture-d-une-sc-ne-de-nuit-mode-auto.jpg
012C000003363934-photo-sony-hdr-cx116e-capture-d-une-sc-ne-de-nuit-mode-low-lux.jpg

Captures réalisées sur le tournage d'une scène de nuit, en mode auto puis avec option Low Lux


Petite déception également en ce qui concerne la stabilisation Steadyshot. Rassurez-vous, elle fonctionne. Cependant, moins bien que celle de Panasonic (ça, c'est facile...) mais aussi que l'OIS de Samsung. Le Steadyshot parvient à faire flotter le cadre, c'est l'essentiel, mais laisse passer les infimes tremblements de la main. Les contours ont donc tendance à dessiner des micro-ondulations. Il faut dire pour relativiser que la focale à stabiliser est plus longue chez Sony... et que la prise en main du caméscope est moins stable. Quoi qu'il en soit, le CX116E rend ses longues focales bien plus exploitables que les caméscopes de Canon et JVC.

L'acquisition audio se fait selon le standard Dolby Digital, avec codec AC-3 : la qualité est au rendez-vous, très ressemblante à celle du Panasonic. Enfin, en matière de photo, le CX116E se montre assez moyen. Si les images de 3,1 Mpix sont dénuées de toute forme de bruit numérique, elles manquent en revanche cruellement de netteté. Le CX116E ne propose pas de réglage particulier, en dehors de ceux valables pour la vidéo.

012C000003363926-photo-sony-hdr-cx116e-photo-t-l.jpg
012C000003363924-photo-sony-hdr-cx116e-photo-ga.jpg

Photo réalisée au grand angle puis au téléobjectif


Conclusion

En dehors de certaines considérations ergonomiques, que chacun arbitrera en fonction de son anatomie (taille des mains), le HDR-CX116E n'a pas de défaut véritablement pénalisant. C'est un caméscope simple à utiliser et qui se montre efficace dans la plupart des situations, en délivrant notamment une très belle qualité d'image. Une alternative au caméscope de Panasonic qui pourra séduire les débutants recherchant un produit très compact. Il n'empêche que le Panasonic reste mieux.

Sony HDR-CX116E

6

Les plus

  • Qualité vidéo / bonne sensibilité
  • Compacité / interface tactile
  • Simplicité d'utilisation
  • Stabilisation assez efficace

Les moins

  • Prise en main à tester...
  • Assez peu de réglages
  • AF patine de nuit

0

Qualité vidéo9

Ergonomie6

Zoom8

Réglages5



Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Coincés à la maison ? Voilà 10 films à (re)voir absolument en streaming
Qu'est-ce qu'un malware et comment s'en protéger ?
Test Roccat Elo Air 7.1 : un casque complet, qui oublie pourtant l'essentiel
Sonde Galileo : en route pour Jupiter
Boston Dynamics va vendre des bras pour Spot, son chien robot, dès l'an prochain
Test Apple Watch Series 6 : une évolution en douceur pour une montre toujours aussi réussie
La supercar hybride de McLaren se dévoile grâce à ses dépôts de brevets
Comparatif impression photo en ligne : à qui confier vos souvenirs ?
Essai du Range Rover Autobiography P400e : l’hybridation royale
scroll top