E3 2016 : Call of Duty Infinite Warfare, de gravité zéro en héros

18 juin 2016 à 08h49
0
2016 voit le retour de la branche Modern Warfare de la franchise Call of Duty, avec cette fois-ci un épisode nommé Infinite Warfare qui quitte la sphère terrestre pour atteindre l'Espace. Tient-on l'épisode du renouveau ? Notre avis après un behind close door explosif.

Au fil des années, la franchise Call of Duty a traversé les époques pour faire vivre aux joueurs les différents conflits de l'intérieur. C'est d'ailleurs avec le premier Modern Warfare que la franchise a commencé à connaître une réelle popularité. Maintenant, Call of Duty s'intéresse au futur, comme l'a déjà démontré Black Ops III. Infinite Warfare va encore plus loin : il n'est plus seulement question de soldats augmentés, mais de combats spatiaux, qu'il s'agisse de batailles dans des vaisseaux ou bien directement dans l'Espace, en mode zéro gravité.

01F4000008476862-photo-call-of-duty-infinite-warfare.jpg

Mélange des genres



La présentation à laquelle nous avons pu assister proposait trois phases de gameplay : la première, la plus classique, avait lieu sur Terre alors que la ville de Genève était au coeur d'une énorme bataille. Dans le jeu, un conflit éclate entre les colons de Mars, la SetDef, et la Terre. La campagne solo débute donc dans un fracas d'explosions particulièrement impressionnantes et le joueur doit fuir la bataille, non sans protéger les civils au passage. La franchise nous a habitué depuis plusieurs épisodes à une mise en scène cinématographique, et Infinite Warfare ne déroge pas à la règle : on a l'impression d'être devant un film d'action spectaculaire, une fois encore.

0320000008476860-photo-call-of-duty-infinite-warfare.jpg

La seconde phase de la présentation permettait de découvrir les combats spatiaux à l'intérieur de vaisseaux, un gameplay pour le coup absolument inédit dans un Call of Duty. Difficile d'ailleurs de reconnaître véritablement la franchise ici, tant la démonstration tranche avec ce que l'on a l'habitude de voir. Mais ça a l'air d'être pour le meilleur : des les premières secondes où les vaisseaux quittent l'atmosphère terrestre pour rejoindre d'Espace, on comprend qu'Infinite Warfare va être résolument différent de ses prédécesseurs, et en mettre plein la vue d'une façon inédite.

Dans l'Espace, personne ne vous entend tirer



Enfin, la dernière partie de la présentation était peut-être la plus folle : celle présentant le gameplay en vue FPS dans l'Espace, alors que les soldats sont en apesanteur et se tirent dessus sans pitié dans les confins de l'univers. Bien évidemment, ça pétarade dans tous les sens - scientifiquement pas très crédible - et le gameplay est ici réinventé : il faut utiliser le grappin pour éviter de partir à la dérive, fracasser le casque des ennemis est un bon moyen de les tuer, et on découvre certaines armes dévastatrices comme une grenade qui va se coller directement sur la combinaison des adversaires.

0320000008476858-photo-call-of-duty-infinite-warfare.jpg

Call of Duty est une franchise qui fait le job depuis longtemps et, souvent, les joueurs en font davantage l'acquisition pour le multijoueur que pour le solo. Mais on ne peut nier que non seulement le début de la campagne est accrocheur - bien plus que celui de Black Ops III - mais qu'en plus le jeu est techniquement au niveau : l'enchaînement des environnements, notamment, se fait sans chargement, et sans perte de qualité niveau graphismes. Infinity Ward explique avoir développé un nouveau moteur de streaming qui permet d'éviter les temps de chargement pour passer d'un lieu à un autre.

Infinite Warfare promet du lourd, et on espère désormais que nos impressions manette en mains confirmeront nos premières impressions. Le jeu est prévu pour le 4 novembre prochain sur PC, PS4 et Xbox One.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
scroll top