E3 2016 : on a joué les Vikings dans For Honor

17 juin 2016 à 14h31
0
Dans For Honor, chevaliers, Vikings et samouraïs s'affrontent sur des champs de bataille sanglants. Nous avons eu l'occasion d'essayer les deux premières factions durant l'E3 : voici nos impressions.

L'intrigue de For Honor reste à ce jour bien mystérieuse, mais on a quand même pu expérimenter le gameplay de deux des factions du titre pour voir à quoi s'attendre. D'un côté, les chevaliers, à travers la toute première mission de la campagne du jeu. De l'autre, les Vikings, avec une mission plus tard dans le jeu, et bien plus difficile.

Il convient de préciser que seule la classe chevalier permet d'incarner une femme : il a en effet un choix de sexe lorsqu'on sélectionne son personnage. Les skins sont cependant uniquement esthétiques et ne changent rien aux compétences durant la partie. Du côté des Vikings, impossible de choisir une femme, en tout cas pour le moment.

0320000008475942-photo-for-honor-e3.jpg

En garde !



For Honor nous plonge au cœur de batailles sanglantes où deux armées s'affrontent : il faut se frayer un chemin dans le chaos, en tuant les adversaires qui bloquent le passage. Dans la partie avec les chevaliers, il s'agit de repousser l'assaut d'un château : pour ce faire le personnage dispose d'une épée à deux mains qui sert autant à attaquer qu'à se protéger. Et dans For Honor, savoir se protéger convenablement est absolument vital.

Le système de garde fonctionne sur trois fronts : à gauche, en haut et à droite. Tout est une question de timing : une sorte de QTE prévient juste avant l'attaque ennemie sur le côté à protéger. Dans les combats rapides, se mettre en garde à temps peut s'avérer compliqué : dans le combat qui opposent Vikings et samouraïs, ces derniers s'avèrent bien plus rapides que les soldats du nord. Négliger sa garde est systématiquement synonyme de mort.

0320000008475946-photo-for-honor-e3.jpg

Alors on se protège, on riposte et on attaque au bon moment, et on rentre un peu plus dans la bataille. Certains ennemis sont plus coriaces que d'autres : on peut faire rapidement le ménage comme devoir user de stratégie pour ne pas tomber au champ de batailles. For Honor a parfois des allures de Beat'em all, mais il ne requiert cependant pas toujours de vaincre tous les ennemis, loin de là : il y a des soldats dans les deux camps et ils se massacrent les uns les autres, sans l'aide du joueur au besoin. For Honor a bien l'intention de raconter une histoire qui ne se résume pas uniquement à tuer des ennemis dans des affrontements massifs, même si c'est surtout ce que l'on a pu voir dans ces deux démos.



0320000008475940-photo-for-honor-e3.jpg

Trois styles différents



Jouer chevalier et Vikings a également eu l'intérêt de confirmer ce qu'on était en droit de penser : en fonction de la classe jouer, le style est différent. Le chevalier semble être une classe très équilibrée, tandis que le Viking est plus lourd, plus lent, mais plus puissant. On imagine que le samouraï proposera de son côté une certaine rapidité d'action pour des dégâts moins élevés.

On note également que les personnages disposent tous d'une jauge d'endurance qui se vite plus ou moins vite en fonction des actions effectuées. Pour le moment, les développeurs restent muets lorsqu'on leur demande des détails sur un éventuel système de leveling.

0320000008475944-photo-for-honor-e3.jpg

For Honor a encore le temps de faire parler de lui, puisque sa sortie est programmée pour le 14 février 2017 sur PC, Xbox One et PS4.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
scroll top