E3 2016 : on a joué aux pirates dans Sea of Thieves

15 juin 2016 à 07h35
0
Prévu sur PC et Xbox One, Sea of Thieves propose une expérience multijoueur coopérative qui sent bon le rhum. Notre première impression donne surtout envie de partager l'expérience entre amis.

Chope de rhum, accordéon, rire gras et jambe de bois : à peine la manette en main, on plonge dans l'ambiance de Sea of Thieves, le nouveau jeu du studio Rare dans lequel on incarne le membre d'un équipage de pirates. Des terreurs des mers comme on n'en fait plus, à part, donc, sur Xbox One et Windows 10.

La démo que nous avons pu essayer permettait de jouer à 5 joueurs en coop, et de prendre la mer pour aller attaquer d'autres navires dans l'optique de leur faire boire la tasse. Une aventure assez atypique, où chaque membre d'équipage doit prendre ses marques et se rendre utile pour que les attaques se soldent par une victoire, et que le bateau de l'équipe ne coule pas sous les boulets de canon des adversaires, accessoirement !

0320000008472856-photo-sea-of-thieves-e3.jpg

Parlez-vous le pirate ?



Dans Sea of Thieves, la communication est primordiale : n'espérez pas y jouer autrement qu'avec un casque sur la tête, et un microphone pour parler avec le reste de l'équipage. Par exemple, une fois que vous êtes à la barre et que les voiles sont déployées, vous n'avez aucun moyen de voir ce qu'il se passe en face de vous : il faut qu'un autre joueur use de sa voix pour vous guider, en étant installé à la proue du navire, ou bien dans la vigie au sommet du mât. Évidemment, quand la moitié de l'équipage parle à peine anglais, la communication n'est pas toujours évidente, mais on se prend assez vite au jeu et on s'imagine jouer avec des amis, en mode jeu de rôles : « à bâbord toute ! »

Lorsqu'on aperçoit un navire à attaquer à l'horizon, la navigation tranquille se transforme en phase d'attaque, et l'équipage se place aux canons pour attaquer au moment opportun. Mais des boulets projetés du navire adverse viennent rapidement percer la coque de notre bateau : il faut alors réparer les brèches au plus vite, au risque de couler. Là encore, il faut parler, prévenir le moussaillon à la barre, surveiller la mer car un navire ennemi est rarement seul... Bref, être aux aguets.



0320000008472854-photo-sea-of-thieves-e3.jpg

Pas de repos pour les pirates



Notre tentative de piraterie dans les règles s'est finalement soldée par un échec : troué de toutes parts, notre beau navire a fini par couler. En 20 minutes, Sea of Thieves parvient à convaincre de son potentiel de fun et de dépaysement. Mais de multiples questions subsistent, notamment concernant la « vie » du jeu : quelles seront les activités proposées, jouer contre d'autres équipages de joueurs sera-t-il possible, quelle sera l'étendue réelle du jeu ? Il est encore trop tôt pour avoir des réponses.

0320000008472858-photo-sea-of-thieves-e3.jpg

Et puis Sea of Thieves interroge, comme beaucoup d'autres jeux cette année, sur le fait d'y jouer avec des inconnus. Si le titre de Rare se partage, on a assurément envie d'y jouer avec des amis, de se créer son propre équipage avec des têtes connues. Avec quelques amis et éventuellement un perroquet, Sea of Thieves promet des parties mémorables. Il n'y a plus qu'à souhaiter que l'univers soit suffisamment riche pour ne pas lasser trop vite la communauté.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
Windows 10 bientôt libéré de tout mot de passe ? C'est l'objectif de Microsoft
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Voiture autonome : PSA franchit une étape supplémentaire dans la conduite
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Une
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
La taxe GAFA tout juste adoptée ne plait pas du tout à Trump
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
scroll top