G2A, le très controversé site de vente de clés de jeux au cœur d'un nouveau scandale

Thibaut Popelier
Spécialiste Gaming
11 juillet 2019 à 06h41
6
G2A Logo 2
© G2A

Vivement critiqué par les développeurs et accusé de fraude, le site G2A a bien du mal à blanchir sa réputation et les récents événements ne devraient pas arranger les choses.

La firme polonaise a tenté de convaincre plusieurs médias de plaider en sa faveur dans une opacité la plus totale. Sauf que sur les réseaux sociaux, tout finit par se savoir...

G2A veut s'immiscer « discrètement » dans les médias

Rappelons que G2A est une boutique en ligne polonaise spécialisée dans le commerce de clés d'activation pour des jeux vidéo. Les utilisateurs peuvent y obtenir de nombreux titres pour des tarifs bien en deçà que ceux appliqués sur des boutiques plus traditionnelles comme Steam par exemple. Au fil des années, des studios indépendants ont critiqué publiquement les pratiques commerciales de G2A. Les propos sont assez évocateurs puisque des développeurs appelaient même les joueurs à pirater leurs jeux plutôt qu'à les acheter sur le site polonais.

Soucieux de son image, G2A a tenté de répandre sa vision des choses mais là encore, les pratiques sont plus que douteuses. En effet, des médias ont reçu un mail (voir le tweet ci-dessous) assez ahurissant de la part de l'entreprise. Cette dernière propose sans détour aux sites en question de publier un article visant à rétablir « la vérité » au sujet des clés de jeux volées. Sauf que l'article en question a déjà été rédigé par G2A...




Une propagande bien mal organisée

Voici un extrait du mail envoyé par G2A aux médias : « Nous avons rédigé un article impartial sur le fait que vendre des clés volées sur les marketplaces est presque impossible et nous voulons le publier sur VOTRE site sans qu'il ne soit mentionné comme étant sponsorisé ou en partenariat avec G2A. C'est une critique juste et transparente du problème au sujet de la revente des clés volées ».

Face à un tel scandale, G2A a rapidement pris la parole afin d'expliquer que cet email avait été envoyé par « un employé sans la moindre autorisation », avant d'ajouter qu'il s'agissait d'une pratique « inacceptable ». G2A a été accusé de nombreux délits par le passé, comme l'obtention de clés via des cartes bancaires volées ou encore l'achat de publicités sur Google afin de faire passer sa fiche du jeu Descenders devant la page officielle du jeu (dont le créateur ne touche aucune commission pour les ventes réalisées sur la boutique polonaise).

Selon le site Kotaku, l'employé mentionné dans la réponse officielle n'a pas souhaité être interrogé pour le moment. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas avec cette nouvelle affaire que G2A va marquer des points auprès des professionnels du milieu comme auprès des joueurs.

Source : Kotaku
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
0
Vanilla
@popelier je trouve votre façon de dire que c’est g2a qui a envoyé l’email vraiment très malhonnête puisque vous dites vous même ensuite que g2a a confirmé que c’était un employé qui l’a fait sans autorisation, donc ce n’est pas g2a, mais une action non voulue par g2a de la part d’un de ses (probablement) ex-employé maintenant…<br /> Un peu comme si vous disiez que Emmanuel Macron a tabassé un manifestant alors que c’était Alexandre benalla qui l’a fait…
daerlnaxe
ça me parait un peu maigre tout ça pour savoir si oui ou non ce sont des clés volées.
ideo85
peut-être un employé fusible.
Maka
Voir un peu plus loin que le bout de son nez c’est aussi possible.
cyberbobjr
Je ne vois pas trop où est le problème : quand la majorité des sites d’informations (dont clubic) fait du copier/coller de communiqués de presse, c’est la même chose non ?
Keorl
Tout ton commentaire part du principe que l’explication de g2a est une vérité établie absolue. Ce n’est pas le cas. On n’a pas de moyen de savoir, à ce state, si c’est une excuse bidon pour essayer de se rattraper aux branches ou si c’est vrai.<br /> Il se trouve que les médias ONT impliqué Macron au maximum. Les premiers articles du Monde titraient “un proche d’Emmanuel Macron”, et c’est le nom de Macron qui est resté en haut de l’affiche un moment tant que celui de Benalla n’était pas trop connu du grand public …<br />
Presidentevil
Oui enfin puisque c’est un employé de G2A qui a envoyé le mail, on part du principe qu’il représente l’entreprise pour laquelle il travaille. Ça me semble logique. Dans un premier temps on expose les faits et dans un second temps on évoque le point de vue de G2A.<br /> D’où l’utilité de lire l’article jusqu’au bout pour comprendre le déroulé de l’affaire. Pour ce qui est du parallèle avec l’affaire Benalla, je suis pas certain que ce soit vraiment comparable aux faits évoqués dans cet article
Presidentevil
Il y a quand même une différence entre un communiqué de presse (qui sert à annoncer quelque chose concernant une entreprise comme un nouveau produit par exemple) et une volonté clairement affichée d’influencer un site sur des faits impossibles à vérifier.<br /> Là ce n’est clairement pas un communiqué.
daerlnaxe
non, puisque les employés indélicats existent, tu ne peux pas savoir si c’est fondé ou non. Le mec pour torpiller la boite peut très bien dire une vérité comme un mensonge, j’accorde moins de crédit aux témoignages qu’aux faits. Clairement il faudrait être suicidaire pour pondre un tel mail envoyé de manière globale aux médias.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Xavier Niel exhibe la 5G de Monaco Télécom... mais la France n'est pas près d'en disposer
De la mousse et des cellules souches en route pour l'ISS
FinSpy : Kaspersky découvre des versions du logiciel pouvant pirater des appareils iOS et Android
Yamaha dévoile à son tour ses moteurs électriques pour vélos
Dr Mario World est disponible sur iOS et Android
Existe-t-il un univers parallèle ? Une équipe de physicien va mener une expérimentation
Le Mate X de Huawei sortirait d'ici septembre... avant le pliable de Samsung
La loi sur la haine en ligne passe le cap de l'assemblée nationale. Qu'en retenir ?
Haut de page