Sony va devoir payer des millions de dollars dans l'affaire de Linux bloqué sur PS3

0
Sony vient d'accepter de payer plusieurs dizaines de millions de dollars pour mettre fin à une action collective lancée en 2010. L'affaire concerne le blocage de l'installation de Linux sur la PlayStation 3.

En avril 2010, Sony supprimait l'option « Autre OS » de sa PS3, entraînant la confusion chez de très nombreux possesseurs de la console qui l'utilisaient pour de multiples raisons avec le système d'exploitation Linux. Puissante grâce à son processeur Cell, la PS3 était, en effet, notamment utilisée dans la recherche pour effectuer des calculs. Sans prévenir, Sony avait donc coupé court à ce type d'usage : une situation qui n'avait pas vraiment plu et avait entraîné, aux Etats-Unis, une action collective la même année.

05738826-photo-quiz-00-ps3.jpg

Six ans plus tard, l'entreprise japonaise aimerait se débarrasser de cette affaire qui traîne. Le site Ars Technica rapporte cette semaine que Sony et ses avocats sont parvenus à un accord vendredi dernier avec les représentants de l'action collective, qui concerne pas moins de 10 millions de possesseurs de consoles aux USA. Les termes de l'accord, qui n'ont pas encore été validés par un juge fédéral, indique que les joueurs qui utilisaient Linux sur leur console pourraient chacun recevoir 55 dollars de dédommagement. Multiplié par 10 millions, cela donnerait donc près d'un demi-milliard de dollars que Sony devrait verser pour clore ce dossier.

Un paiement sous conditions

Mais il y a fort à parier que tous les partisans de cette class action ne toucheront pas d'argent : si la démarche est validée par un juge en Californie, les plaignants devront apporter non seulement une preuve d'achat de leur console avant la mise en place de la mise à jour 3.21, mais également une preuve qu'ils utilisaient bien la fonction « Autre OS » sur leur PS3. Si ces conditions sont remplies, ils toucheront alors 55 dollars. L'autre possibilité est de parvenir à démontrer qu'ils avaient connaissance de l'option « Autre OS » lors de l'achat de leur PS3, sans pour autant avoir à prouver qu'ils l'utilisaient. Dans ce cas, c'est la somme de 9 dollars qui leur sera versée.
Si l'accord se trouve validé, Sony utilisera sa base de données d'adresse email pour informer les utilisateurs du PlayStation Network de cette démarche. Plusieurs grands médias américains, dont CNET, IGN ou encore GameSpot se feront par ailleurs les relais de la décision de justice par le biais d'une bannière. La juge américaine Yvonne Gonzalez Rogers devrait rendre son verdict sur le sujet le 19 juillet prochain à Oakland, en Californie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Dropbox : scan intégré, partage simplifié et annotations plus précises
Quand Google se fait médecin
La banque mobile Number26 arrive en France
Wiko U Feel : un tueur de Moto G ?
Huawei développe son propre système mobile avec des anciens de Nokia
Navigateurs et autonomie : Opera réfute les tests de Microsoft
Xavier Niel repart à l’offensive dans les médias
Freebox : une option pour ne plus partager son IP avec d'autres abonnés
La France et son service public ouvrent leur magasin d'API
Tesla lance une OPA inattendue sur SolarCity
Haut de page