Sarkozy appelle à s'interroger sur la « violence inouïe » de certains jeux vidéo

02 décembre 2015 à 16h34
0
Le débat sur les jeux vidéo violents est relancé à l'approche de Noël par l'ancien chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, interrogé sur les suites à donner aux attentats du 13 novembre.

Nicolas Sarkozy a relancé à sa façon le débat sur la violence dans les jeux vidéo mardi matin. Invité de la matinale d'Europe 1, l'ancien chef de l'Etat était invité à commenter la décision prise par certains magasins d'exclure de leurs rayons les jouets représentant des armes.

« C'est une bonne idée ça (...) un père Noël désarmé ou alors on mélange tout ? », interroge Thomas Sotto. « Si on s'attaque à l'armement du père Noël, on pourrait peut-être regarder de plus près ces jeux vidéo d'une violence inouïe qui sont dans tous les cadeaux qui sont donnés. Je pense qu'il y a des priorités, et pour moi la priorité ce n'est pas le désarmement du père Noël », répond Nicolas Sarkozy.



Cette « petite phrase » recèle une certaine ambiguïté : le président du parti Les Républicains laisse entendre que la question d'un Noël « armé » n'est pas prioritaire au regard des autres problèmes soulevés par les attentats du 13 novembre, mais il incrimine de façon indirecte ces jeux vidéo d'une violence inouïe qui figurent chaque année sur les étals.

Sans surprise, elle a suscité bon nombre de réactions sur les réseaux sociaux et les médias spécialisés, échaudés par le caractère récurrent d'une controverse relancée à chaque drame impliquant des armes à feu. Le Monde fait de son côté valoir que rien de tangible ne permet aujourd'hui d'établir un lien entre le jeu vidéo et les attentats survenus à Paris.

De la prudence des éditeurs...

La sortie de Nicolas Sarkozy a rapidement fait réagir le SELL, le syndicat qui regroupe les principaux éditeurs du secteur. Dans un communiqué, il veut ainsi rappeler « que la vente de jeux vidéo est encadrée par le système PEGI qui informe très clairement les consommateurs sur le contenu des jeux et que la majorité des jeux vidéo vendue en France est accessible à tous les publics ».

012C000007977649-photo-pegi-18.jpg

« Les jeux vidéo peuvent explorer des émotions ou des expériences complexes ou difficiles. Ils ne sont en cela que le reflet du monde tel qu'il est et permettent d'en mettre à distance la violence en jouant avec ses représentations. Ils ne sont pas différents des autres œuvres culturelles », affirme-t-il encore.

Enfin, il rejette toute stigmatisation et souligne que « les professionnels du jeu vidéo ont tenu à rester à la hauteur de leurs responsabilités ».

Sans attendre qu'un hypothétique lien avec le secteur soit établi et sous l'impulsion du SELL, les éditeurs ont effectivement suspendu les campagnes de communication associées aux titres les plus violents de la fin de l'année, au premier rang desquels on trouve des poids lourds commerciaux comme Fallout 4 (Bethesda), Call of Duty Black Ops 3 (Activision) ou Star Wars Battlefront. Tous ont désormais repris la parole.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020
Certains MacBook Pro récents s'éteignent
Depuis la démocratisation des smartphones les gens ont plus d'accident dus à leur téléphone #SansDec
Cyberharcèlement, usurpation d'identité : une Française vivant aux USA condamnée à de la prison
Grève du 5 décembre : les meilleures applications mobiles pour contourner les perturbations
L'arrivée du « premier contraceptif masculin » en 2020 ?

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top