Gamescom 2015 - Mount & Blade 2 : les bannerets se lancent dans la bataille

Nerces Nerces sur Twitter Nerces sur Linkedin
Spécialiste Hardware et Gaming
06 août 2015 à 10h10
0
Malgré une visibilité médiatique relativement faible, Mount & Blade a remporté un très large succès, tant critique que commercial. Ses développeurs - les Turcs de TaleWorlds se sont donc d'abord mis en tête de proposer une version plus aboutie de leur jeu avec Warband distribué en 2010. Aujourd'hui, ils profitent de la Gamescom 2015 pour tourner les projecteurs sur la suite de ce projet. Mount & Blade 2 : Bannerlords est maintenant une réalité et comme nous allons le voir, TaleWorlds n'a pas ménagé ses efforts !

Si un jeu comme le For Honor d'Ubisoft se focalise sur le seul aspect simulation de combat à l'arme blanche, Mount & Blade a toujours eu l'ambition d'aller plus loin. Il est bien sûr question de participer à des batailles de grande envergure et de donner de violents coups d'épée à des vilains-pas-beaux, mais les choses vont beaucoup plus loin. Des éléments de jeu de rôle dans la gestion du personnage principal et d'autres de stratégie dans la conduite du royaume sont là pour varier les plaisirs. En réalité, Mount & Blade est un titre que l'on peut qualifier de « bac à sable » dans lequel le joueur fait un peu ce qu'il a envie quand il a envie. Cette attitude est largement encouragée par les développeurs qui mettent de nombreux outils à notre disposition et qui ont choisi de renforcer encore cet aspect avec Mount & Blade 2 : Bannerlords.

Cent fois sur le métier...

Mount & Blade 2 : Bannerlords conserve le même univers que celui des deux précédents opus, mais se déroule 200 ans avant les événements que nous connaissons déjà. L'idée est de proposer quelques éléments e comparaison avec la chute de l'Empire romain : ici, l'Empire est caldarien, mais son inéluctable déclin est assez similaire et armes, équipements ou architectures du jeu sont proches de ce que l'on pouvait retrouver dans l'Europe de 600 à 1200 après J.-C.. Bien sûr, le cœur du jeu sera donc là encore son orientation « bac à sable » : le joueur contrôle un banneret donc l'objectif est de devenir plus puissant que ses voisins. Un objectif que l'on peut atteindre de différentes manières sans qu'aucune ne nous soit réellement imposées... d'où l'aspect bac à sable, évidemment.

En début de partie, le joueur doit d'abord créer son personnage et à ce niveau, TaleWorlds s'est principalement attaché à rendre les choses beaucoup plus personnalisable, visuellement parlant. Il est ainsi possible d'incarner un homme ou un femme, mais surtout de changer sa physionomie en manipulant un ombre impressionnant d'options. Si le corps propose déjà quelques réglettes avec lesquelles jouer, le visage devient extrêmement complexe. L'objectif des développeurs est simple : qu'il soit pour ainsi dire impossible que deux joueurs créent le même héros. Sur un plan davantage technique, cette phase de création est surtout l'occasion d'admirer les améliorations graphiques du jeu qui profite d'un budget bien plus important que les précédents Mount & Blade. Grain de peau, niveau de détails et animations sont beaucoup plus riches.

03E8000008132394-photo-mount-blade-2-bannerlords.jpg

Ensuite, le joueur débarque sur la carte de campagne et il peut déplacer son nouveau meilleur copain pour découvrir les environs, mais aussi et surtout pour visiter les différents villes et villages. Il peut chercher à enrôler davantage de troupes pour son armée, gérer les bourgades sous son contrôler et rencontrer les autres bannerlords du coin afin de discuter, de négocier différentes arrangements ou simplement... pour se mettre sur la tronche ! Nous aurons l'occasion de revenir (sommairement sur les combats), mais évoquons d'abord l'aspect gestion des villes et villages. Tout établissement peut produire des ressources et s'il exploite par exemple des chevaux, les habitants iront ensuite les vendre dans la ville la plus proche, permettant à leur bannerlords d'engranger davantage de richesses.

« La guerre sera toujours la guerre »

De fait, il est tout à fait possible de passer le plus clair de son temps sur l'aspect gestion pour devenir le parfait petit administrateur ou se focaliser sur le seul commerce. De nombreux bâtiments peuvent être construits afin de renforcer la production de tel ou tel village, mais aussi pour changer de registre : on peut ainsi remplacer les élevages de chevaux par des moutons... ou complètement autre chose. Gardez cependant à l'esprit que l'économie a une réelle importance dans le jeu et que tous les villages d'une même région n'ont aucun intérêt à se lancer dans les mêmes industries. Dans un genre un peu différent, des bâtiments de protection peuvent aussi être bâtis et si le danger devient plus pressant, il est possible d'accélérer la production ou d'enrôler une partie de la population dans la milice locale. Attention toutefois, ces deux dernières options ont tendance à réduire le moral de la populace.

De ce que nous avons pu en voir, cette gestion du moral sert principalement à matérialiser le soutien des habitants. Lorsque le moral est trop bas trop longtemps, des rebellions sont susceptibles d'éclater avec ce que cela implique de troupes à mater pour reprendre le contrôle de la situation. Par extension, le moral et notre façon de gérer les choses a aussi un impact sur la réputation de notre héros qui est alors perçu comme un suzerain plein de mansuétude ou comme un tyran sanguinaire. Une réputation qui lui colle à la peau et semble aussi avoir un impact sur la perception qu'ont de nous les bannerets gérés par l'intelligence artificielle. Il est d'ailleurs intéressant de préciser que l'IA fonctionne également sur le même modèle : tous les personnages qu'elle gère ont des personnalités différentes. Leurs décisions suivent une certaine logique et certains se comportent en véritables va-t-en-guerre !

03E8000008132398-photo-mount-blade-2-bannerlords.jpg

Voilà qui nous conduit à évoquer les combats, une composante majeure de Mount & Blade 2. C'est d'ailleurs à ce niveau du jeu que les changements esthétiques sont les plus impressionnants : le niveau de détails du champ de bataille ou des différentes unités est enfin à la hauteur du gameplay du jeu. Nous avons également pu découvrir quelques armes de siège en action et les assauts prennent enfin une dimension épique ! Les animations des différentes ne sont pas en reste et comptent beaucoup dans cette bonne impression d'ensemble. Mieux, l'intelligence artificielle aussi profite de profondes modifications et les développeurs lui ont fait comprendre les principes de base de la tactique militaire en lui ajoutant la possibilité de contourner l'ennemi, de se replier autour d'une position plus sure ou de prendre en tenaille un opposant trop costaud sur sa première ligne.

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire à propos de ce Mount & Blade 2 : Bannerlords qui nous a pleinement rassuré sur les intentions de TaleWorlds. Il n'est jamais évident de donner une véritable suite au premier projet d'une jeune équipe, mais les développeurs turcs sont actuellement sur la bonne voie. Les modifications et les ajouts devraient considérablement enrichir un gameplay déjà très intéressant et nous espérons évidemment que les combats profitent de cette ambition nouvelle du studio. Une ambition qui semble toutefois rester raisonnable : TaleWorlds a d'ores et déjà confirmé qu'unités et combats maritimes ne sont pas pour cette fois. Mount & Blade 2 : Bannerlords devrait sortir courant 2016, mais le studio se garde bien d'avancer une quelconque date pour le moment.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

CyberGhost VPN : une offre spéciale à mini prix à ne pas rater
PlayStation : un changement de stratégie préjudiciable pour l'avenir de la PS5 ?
Test OnePlus Watch : une première montre connectée abordable et endurante
Les Apple AirPods Pro à prix choc chez Amazon ce weekend !
Netflix, Disney+, Apple TV+ et Prime video : quelles sont les nouveautés de la SVoD en mai 2021 ?
Nouveau shitcoin en vue ? Carole Baskin, la défenseuse des grands félins, lance sa crypto CAT
Le Mac mini avec puce M1 est en promotion avec un SSD de 256 Go ou 512 Go
Carte mémoire microSDXC SanDisk Extreme 512 Go à -50% !
Test du Xiaomi Mi 11 Ultra : le meilleur photophone du monde manque d’endurance
Telegram intègre directement un service de trading crypto (mais pour une seule cryptomonnaie)
Haut de page