E3 2015 : trois nuances de Tom Clancy chez Ubisoft

Par ,
le 18 juin 2015
 0
Ubisoft présente à l'E3 pas moins de trois titres AAA basés sur des franchises de Tom Clancy. Nous avons pu en essayer deux d'entre eux et découvrir une phase de jeu du troisième : au programme, trois nuances de coop en milieu militaire.

Le nom de Tom Clancy n'a jamais été aussi présent à l'E3 : l'univers du romancier spécialisé dans les histoires d'espionnage, décédé en octobre 2013, est l'une des stars du line-up d'Ubisoft. Pas moins de trois jeux sont attendus dans les prochains mois, et surtout les prochaines années : Rainbow Six : Siege, The Division, et le fraîchement dévoilé Ghost Recon Wildlands.

Dans les trois cas, Ubisoft a mis l'accent sur la dimension coopérative des titres : on pourrait croire que l'expérience, enchaînée sur le stand de l'éditeur, serait répétitive. Après avoir approché les trois titres, on distingue tout de même des nuances importantes, qui annoncent des expériences de jeu différentes, voire complémentaires.

Rainbow Six : Siege, de l'importance de la communication


Attendu pour le 13 octobre prochain sur PC, PS4 et Xbox One, Tom Clancy's Rainbow Six: Siege est jouable à l'E3 à travers un mode nommé Terrorhunt. Au programme, un multijoueur coopératif dans lequel les joueurs doivent réaliser un objectif précis face à des terroristes gérés par l'IA.

La démo proposée consiste en un désamorçage de plusieurs bombes situées à l'intérieur d'un bâtiment gardé par des mercenaires ennemis. Pour ce faire, les joueurs disposent d'armes et équipements différents selon la classe choisie, chacune ayant ses particularités, nécessaires à la bonne réussite de la mission. Ainsi, le joueur de soutien muni d'un bouclier doit s'assurer d'offrir une bonne couverture en cas d'assaut, tandis que le soldat doté d'un marteau peut se charger de créer des brèches dans les murs.

0320000008079280-photo-tom-clancy-s-rainbow-six-siege.jpg

Ubisoft Montréal insiste lourdement sur le côté dynamique de l'intelligence artificielle, capable de s'adapter à la stratégie des joueurs et de changer de manière de procéder au fil des parties. Outre le fait que les maps et le positionnement des objectifs varient aléatoirement d'une partie à l'autre, on est souvent surpris par la façon dont les ennemis réagissent. Rien n'est jamais gagné d'avance.

Branchez votre casque


La clé de la réussite d'une mission, c'est la communication : de l'attribution des classes au positionnement des soldats lors des assauts, en passant par les phases de préparation des attaques, tout est sujet à discussion. Et il faut agir vite car l'ennemi est suffisamment intelligent pour prendre les devants rapidement. On imagine très difficilement jouer au mode Terrorhunt sans pouvoir parler aux membres de son équipe pour élaborer une tactique efficace.

Rainbow Six: Siege s'affiche via ce mode comme le plus chirurgical des titres Tom Clancy présentés par Ubisoft. Terrorhunt viendra compléter les autres modes du jeu, y compris la campagne solo, mais c'est un argument de taille pour les amateurs de FPS à la fois tactiques et nerveux qui passeront bien vite au niveau réaliste pour exploiter au mieux les subtilités de l'IA.

03e8000008079282-photo-tom-clancy-s-rainbow-six-siege.jpg

The Division : un pour tous, tous pour le butin


Attendu depuis son officialisation en 2013, The Division a désormais une date de sortie fixée au 8 mars 2016 sur PS4, Xbox One et PC. Le titre n'a clairement pas encore révélé tous ses secrets, mais l'E3 est l'occasion de s'essayer au mode coop nommé Dark Zone, fraîchement dévoilé. Dans ce dernier, des groupes de trois militaires, incarnés par des joueurs, doivent gagner leur place dans un hélicoptère d'extraction, tout en récupérant sur le chemin des loots intéressants, mais hélas contaminés, qu'il faut emporter avec soi pour pouvoir les utiliser ensuite.

0320000008079286-photo-tom-clancy-s-the-division.jpg

A la base, toutes les équipes sont affichées « neutres » les unes par rapport aux autres. Les joueurs peuvent décider de s'unir et partir tous ensemble, mais l'un des objectifs étant d'amasser le maximum de butin intéressant, il est bien plus fréquent que tout le monde s'entretue pour ramasser les loots des adversaires sur leurs cadavres : il convient donc de lutter pour sa survie à l'aide des différentes armes mises à disposition, mais également à l'aide du décor, car la maîtrise du système de couverture est ici primordiale.

Sous couverture


Tom Clancy's The Division s'avère très intuitif. La prise en main ne nécessite que quelques instants et le système de couverture est simple et efficace. Une fois maîtrisées les compétences spécifiques aux différentes classes - comme la mini-tourelle, la trousse de secours ou encore la bombe à tête chercheuse -, les combats s'avèrent particulièrement intenses... et peuvent vraisemblablement durer longtemps, puisque la chute d'une équipe annule la procédure d'extraction, qu'une équipe adverse peut alors relancer. Une fois à terre, le joueur doit attendre une vingtaine de secondes pour revenir dans la partie.

Coopération oblige, The Division motive à communiquer pour jouer au mieux en équipe, mais la démarche reste bien plus facultative que dans Rainbow Six. Le mode Dark Zone se révèle assez traditionnel dans sa proposition et si la tactique d'approche peut déterminer l'issue d'une partie, on se retrouve bien vite au milieu d'un gunfight (phase de fusillade) nerveux dans lequel chacun cherche à gratter le butin de ses adversaires avant de mettre les voiles. La recette n'en est pas moins efficace, d'autant qu'il ne s'agit finalement que d'une petite portion de ce que le jeu compte offrir.

03e8000008079294-photo-tom-clancy-s-the-division.jpg

Ghost Recon Wildlands, la coop en toute liberté


Le petit dernier des titres Tom Clancy annoncé n'est pas jouable sur le salon, les développeurs du jeu se sont chargés de diriger les quatre Ghosts, qui seront jouables à sa sortie, dans une version encore loin d'être finalisée mais déjà impressionnante.

Là encore, l'accent est mis sur la coopération, jusqu'à quatre joueurs cette fois-ci. La différence notable, c'est que la zone de jeu s'avère immense et que les joueurs sont totalement libres de leurs mouvements : ils peuvent réaliser des missions indépendamment les uns des autres, ou choisir d'unir leurs forces pour mener à bien un objectif précis.

Dans la démonstration proposée, les quatre joueurs débutent dans des zones différentes, réalisent des actions diverses dans le but de collecter des informations sur une cible précise, et préparer une méthode d'attaque qui permettra de mener une « grande » mission à bien. Plutôt que de se rendre à quatre aux différentes étapes, l'un des joueurs se charge d'interroger un ennemi, un autre vole une voiture, deux autres commencent à faire le ménage pour préparer le terrain... au final, tout ce petit monde se retrouve dans un hélicoptère pour aller extraire un indic emprisonné par un cartel de la drogue. Alors que deux des Ghosts sautent en parachute, les deux autres restent dans l'hélico en couverture. Après un sauvetage des plus musclés, tout le monde se retrouve dans l'hélicoptère, en route vers le point d'extraction : la mission est un succès.

0320000008079290-photo-tom-clancy-s-ghost-recon-wildlands.jpg

Un monde ouvert et contre tous


Le premier aperçu de Ghost Recon Wildlands s'avère diablement efficace, et donne envie d'en voir davantage, et surtout de s'essayer aux multiples possibilités du titre. Car un rapide coup d'œil à l'environnement permet de constater que la mission présentée aurait pu être menée de bien des façons différentes par les Ghosts, qui peuvent se la jouer solo ou bien coordonner avec précision des attaques. Mais attention : on nous annonce que les choix effectués lors des différentes missions influencent la suite des événements dans une Bolivie fictive où règnent en force les cartels de la drogue.

Ghost Recon Wildlands est clairement le jeu le plus ambitieux présenté par Ubisoft à l'occasion de l'E3, et il fait assurément partie des titres à suivre de très près à l'heure actuelle. On espère maintenant que le studio ne tardera pas trop à en montrer davantage, sachant que le jeu est en développement depuis déjà 3 ans chez Ubisoft Paris.

03e8000008079288-photo-tom-clancy-s-ghost-recon-wildlands.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top