Bientôt plus de Steam en Corée du Sud ?

06 septembre 2010 à 13h03
0
03187272-photo-steam-mac-clubic-mikeklo-logo.jpg
Left 4 Dead, Couter Strike et autres jeux tirés de la plateforme Steam pourraient bientôt être de l'histoire ancienne pour les gamers sud-coréens : en effet, le Game Rating Board, l'organisme gouvernemental chargé d'évaluer et valider les jeux vidéo accessibles dans le pays envisage d'y interdire le service.

On le sait depuis longtemps, la Corée du Sud entretient une relation conflictuelle avec les jeux vidéo, en majeure partie en raison de la forte dépendance d'une certaine partie de la population du pays à ce loisir toujours en plein essor. Pour tenter de garder un maximum de contrôle sur ce secteur, le gouvernement a créé en 2006 le Game Rating Board, un système de classification des jeux propre au pays qui valide, ou non, leur disponibilité en Corée du Sud.

La particularité de cette évaluation, c'est qu'elle concerne absolument tous les jeux vidéo, des jeux sur téléphones mobiles aux jeux sur PC en passant par les productions en flash, ou encore les jeux sous navigateurs, gratuits ou payants. L'évaluation, obligatoire, est également au frais de l'éditeur, ou du développeur dans le cas d'un jeu indépendant : une opération qui peut vite se révéler coûteuse, comme le révèle un article posté sur Reddit, et qui pousse bien souvent les entreprises à ne pas faire évaluer leurs jeux... mais à les proposer quand même dans le pays.

Une situation qui ne convient plus au gouvernement sud-coréen qui semble bien décidé à sévir : et après s'être attaqué dernièrement à des productions moindres, le GRB se tourne désormais vers Steam. En effet, les jeux disponibles via la plateforme de Valve en Corée du Sud n'auraient jamais fait l'objet des contrôles en rigueur dans le pays, et seraient donc, de fait, persona non grata.

Si le fait qu'une plateforme aussi conséquente que Steam ne s'acquitte pas des sommes pour faire évaluer ses jeux en Corée du Sud peut s'avérer étonnant, cette possible interdiction du service s'avère également être, pour beaucoup, un moyen de pointer du doigt la politique gouvernementale du pays : la semaine dernière, c'est un jeu amateur réalisé sous RPG Maker qui a fait les frais de l'autorité. Proposé gratuitement, le jeu a finalement été supprimé par ses créateurs, faute de fonds suffisants pour payer l'évaluation.

Il y a fort à parier que Valve régisse à cette menace de blocage en payant l'évaluation des jeux proposés sur Steam. Pour les autres éditeurs et les développeurs indépendants confrontés au même problème, c'est une autre histoire...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
5G : Martin Bouygues n'exclut pas d'attaquer l'État en justice s'il ne peut pas travailler avec Huawei
Windows 10 : de nouvelle icônes plus colorées font leur apparition
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top