Captain America, Iron Man, Batman, Superman : les super-héros font-ils de la politique ?

Denis Brusseaux
26 avril 2016 à 14h11
0
Le tonitruant Captain America : Civil War intègre à la saga de Steve Rogers une autre épopée culte de Marvel, dont l'adaptation n'était, à l'origine, pas prévue par les scénaristes. Du coup, ce blockbuster calibré devient l'un des films politiques du moment, et fait étrangement écho à Batman v Superman. Alors, la cape et le collant s'accordent-ils avec les débats idéologiques ?

Parue en 2006, la série de comics Civil War a fait l'effet d'une bombe dans la galaxie Marvel, et c'était d'ailleurs bien son intention : prendre prétexte d'un grand crossover - comme on n'en avait plus vu depuis les deux sagas Guerre Secrète de Jim Shooter (1984 et 1985) - afin de largement redistribuer les cartes d'un univers qui campait peut-être un peu trop sur ses positions.

C'est ainsi que certains super-héros font la révélation de leur identité secrète et que d'autres (et non des moindres) passent l'arme à gauche, afin de redynamiser les futures histoires autour d'un socle commun à tous les personnages : un événement suffisamment fort pour servir de nouveau référent historique à l'éditeur. Ce n'est donc pas un hasard si cette mini-série a été baptisée en référence à la Guerre Civile américaine (1861-1865), le but étant précisément de mettre en scène une fracture fondée sur les valeurs, comme si Marvel faisait son inventaire moral, pour mieux justifier de poursuivre son travail de créateur de mythes.

0320000008424566-photo-clubic-avril-civilwar-01.jpg
Entre un Iron Man qui abdique son libre-arbitre à la Loi et un Captain America se faisant l'écho de la liberté, valeur-clé de la constitution américaine, le torchon brûle.

En résumé, le choix du titre n'est en rien anecdotique, mais au contraire, puissamment symbolique : jamais il n'a été plus clairement affirmé que les justiciers en costume occupent une place essentielle sur la scène politique, et que leurs actions sont à la fois les reflets et les causes des remous de la société dans son ensemble. En optant pour une telle approche, Marvel réalise également une synthèse spectaculaire de la question citoyenne dans ses bandes-dessinées. Entre le patriotisme d'affiche de propagande d'un Captain America (créé en 1940) et les questionnements profonds de certaines histoires écrites juste après le 11 septembre (où Spider-Man et consorts se heurtent frontalement au réel), on pouvait alors croire que le gouffre était infranchissable.

Mais la saga Civil War (celle sur papier, donc) réconcilie pourtant ces tendances au travers de la figure de Captain America, justement, dont le destin tragique l'élève au rang de conscience américaine : sa fin, qui renvoie à celles de Lincoln ou Kennedy, mais aussi aux tours jumelles du World Trade Center, donne d'autant plus d'importance à sa stature symbolique. De fait, jamais la presse mainstream ne parle tant de comics, depuis la mort de Superman en 1993. Nous vous laissons la surprise quant au sort qui lui est réservé dans le film Captain America 3 : Civil War, au sujet duquel certains fans ont fait courir les rumeurs les plus folles.

La question du timing

Une adaptation de Civil War en film arrive-t-elle au bon moment dans l'ensemble cinématographique de Marvel/Disney ? On le sait, il ne s'agit pas d'une reprise littérale de la BD, mais de la transposition de son idée générale, qui voit deux camps de héros, - l'un mené par Iron Man, l'autre par Captain America -, s'opposer sur la question de la soumission ou non à l'ONU qui réclame une prise de contrôle des faits et gestes super-héroïques après qu'un énième affrontement a causé d'importants dégâts. Mais là où le comic-book d'origine posait un regard critique sur une culture hyper-foisonnante, avec l'ambition claire de relire les mythes du point de vue de l'homme de la rue (celui qui lève les yeux pour voir passer Spider-Man dans le ciel et qui, cette fois, réclame des comptes), le film prend le risque de se cantonner à n'être qu'une péripétie parmi d'autres, du fait du caractère encore jeune, voire naissant, de l'univers Marvel sur grand écran.

0320000008424568-photo-clubic-avril-civilwar-02.jpg
Dans le comics Civil War, Captain America subit l'ultime sacrifice et devient le martyre de ses propres valeurs.

Presque tous les récits filmés jusqu'ici sont ceux des origines, alors que Civil War ne prend son sens qu'au regard des vieilles habitudes prises par des héros soudain sommés de changer leur manière d'être. L'entreprise vise à souligner, de manière dramatique, que les temps ont changé, et d'acter dans la chair-même des héros en costume l'indispensable assimilation du 11 septembre. Dans la mesure où la plupart des personnages de Captain America : Civil War sont apparus au cinéma après les fameux attentats, on peut dire qu'ils sont le produit du désenchantement, ils ne peuvent donc s'opposer à lui.

Le choc des consciences

La concurrence s'en sort-t-elle mieux, sur un thème similaire ? En effet, le très controversé Batman v Superman entretient une étrange ressemblance avec le comics Civil War, par la manière dont le réalisateur Zack Snyder fait de son film le contrepoint moral de l'épisode précédent, Man of Steel, sorti en 2013. On se souvient que ce blockbuster tonitruant se concluait avec une bataille opposant Superman au général Zod et ses séides de Krypton, le tout entraînant la destruction d'une bonne partie de Metropolis. A l'époque, la scène fait couler beaucoup d'encre dans la presse et les forums, chacun s'offusquant des dégâts matériels et humains causés par ce règlement de comptes entre aliens.

0320000008424570-photo-clubic-avril-civilwar-03.jpg
Là où Superman est resté fidèle à la logique décomplexée des super-héros à l'ancienne, Batman se fait l'écho de questionnements plus modernes.

Ce qui dérange le public tient moins au constat purement pragmatique de la séquence (quand des héros se battent, il y a de la casse) qu'à l'absence apparente d'affect dans la mise en scène. On suit cet enchaînement d'explosions et d'effondrements d'immeubles sans qu'à aucun moment, ce chaos n'impacte le regard distancié et lointain porté par Snyder sur ce château de cartes en train de s'effondrer. D'où l'idée d'assister à un film irresponsable, pour lequel l'action n'est que festive, démesurée car ajustée à ses personnages, mais coupée du réel. A ce niveau d'abstraction, le spectateur se sent contraint de faire lui-même le travail de mise en contexte, d'où l'abondance de commentaires spéculant sur le coût faramineux des travaux pour la remise en état de la ville. A l'arrivée, pour certains, Man of Steel fait l'effet d'une œuvre dépeignant Superman sous un jour antipathique, comme s'il méprisait l'humanité supposée être, en principe, sa préoccupation première. Une erreur d'approche de la part du réalisateur ?
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
scroll top