Test Konyks Polyco : une multiprise connectée sympathique mais pas sans défauts...

Johan Gautreau
Expert objets connectés
28 mars 2020 à 14h32
0
6
Une prise connectée, c'est sympa. Un bloc multiprise connecté, ça l'est encore plus. Clubic teste donc aujourd'hui la Polyco, seule multiprise au catalogue de l'entreprise française Konyks. Cet objet connecté sera-t-il à la hauteur de la concurrence féroce qui règne sur ce marché ? Réponse dans ce test.

Labélisée French Tech, Konyks conçoit des objets connectés de tous types. Son catalogue propose ainsi des caméras, des ampoules et bien entendu des prises connectées. Relativement séduits par le modèle compact Priska+ Mini, nous récidivons aujourd'hui avec un test de la multiprise Polyco.

Cette dernière est officiellement commercialisée à 56.90€ sur le site de Konyks, mais on la trouve à moins de 45€ sur Amazon. Un prix qui reste plus élevé que la concurrence. Le bât blesse d'autant plus que la plupart des marques asiatiques proposent un modèle identique pour 35€ à peine... Reste à espérer que la partie logicielle rattrapera ce re-badgeage payé au prix fort !

Spécifications techniques

La Konyks Polyco est à première vue une multiprise toute ce qu'il y a de plus classique. Elle comporte ainsi quatre prises capables de supporter une intensité de 10A chacune, pour une charge totale de 16A maximum. La multiprise française peut ainsi délivrer jusqu'à 3520W de puissance. Une LED verte indique s'il y a ou non du courant sur chaque plot.

Konyks Polyco - Prises secteur

Pour les petits appareils, quatre ports USB-A sont prévus. Chacun supporte 2.4A max et l'ensemble peut gérer une charge totale de 6A. Vous devriez donc avoir de quoi recharger sans trop de problèmes tous vos smartphones, tablettes et montres connectées d'un seul coup.

Konyks Polyco - USB

Une protection contre les surtensions est aussi intégrée à la Polyco. Bien que fabriqué en Chine, l'objet connecté est aux normes françaises. Vous n'aurez donc pas à prévoir d'adaptateur pour brancher vos appareils électriques dessus.

Konyks Polyco - Spécifications

Pour la partie Wi-Fi, il faudra malheureusement se contenter du réseau 2.4 GHz. Tout comme la Priska+ Mini, la Konyks Polyco n'est pas compatible avec la bande 5 GHz. On déplorera aussi l'absence d'un wattmètre intégré. Impossible donc de voir la consommation en temps réel de chaque appareil branché sur la multiprise.

Du côté des assistants vocaux, on retrouve l'habituel couplet Amazon Alexa et Google Assistant. Konyks propose même une gestion de l'automatisation via IFTTT ou son application dédiée. En revanche, la branche Apple est toujours absente. Les utilisateurs de Siri et HomeKit devront donc se tourner vers la concurrence.


Design

Avant de rentrer plus en détail dans l'utilisation de la prise, nous souhaitions nous pencher sur son design. Ici, nous ne parlons pas de design au sens esthétique du terme, mais plutôt de qualité de conception. Car esthétiquement, la Polyco est une multiprise comme on en trouve des centaines sur le marché.

Konyks Polyco - Vue globale

En revanche, la qualité des matériaux utilisés risque de freiner pas mal d'acheteurs potentiels. Dès l'ouverture de la boite, nous avons assisté à la chute de l'un des patins antidérapants placés sous l'appareil. Rien de bien méchant pour le coup.

Konyks Polyco - Patins

Par contre, le sifflement qui sort du bloc contenant les ports USB est bien moins engageant... Il est particulièrement audible dans une pièce silencieuse. Malgré ce phénomène - qui laisse planer le doute sur la durabilité de la Polyco - nous n'avons pas constaté de problème lors du branchement de plusieurs appareils en simultané sur la partie USB.

Globalement, il ressort de cette prise une certaine fragilité. Les plastiques utilisés sont cheap, les patins antidérapants ne tiennent pas en place, le bloc USB siffle fortement... Même s'il n'y a pas eu de plombs fondus durant nos essais ou même de chauffe anormale, la multiprise connectée française laisse planer de gros doutes sur sa solidité. C'est d'autant plus dommage que la partie logicielle est plutôt bien réalisée par Konyks.

Application Konyks

Nous avions déjà eu un aperçu de l'efficacité de l'application Konyks lors de notre essai de la Priska+ Mini. C'est donc sans difficulté aucune que nous avons installé la Polyco. Il suffit pour cela de brancher la multiprise au réseau électrique, appuyer sur le bouton reset sur le côté pendant quelques secondes puis de suivre les instructions à l'écran. Au final, la configuration ne prend que deux minutes. Simple, rapide et efficace !

Konyks Polyco - Bouton reset

Une fois l'engin ajouté dans l'application, il est accessible depuis le menu principal. Si vous possédez d'autres appareils de la marque Konyks, ils seront au même emplacement. Au besoin, l'application permet d'assigner une pièce à chacun afin de simplifier le tri.

Depuis le menu principal de l'appli, on peut accéder rapidement à l'état actuel des quatre plots de la multiprise. Étrangement, le bloc USB est absent de la liste. Un appui sur les boutons virtuels permet d'allumer ou éteindre chaque prise individuellement.

Konyks Polyco - Menu principal

Pour aller plus loin, il est nécessaire de passer à l'écran dédié de la Polyco. Il affiche un schéma de l'objet connecté. On y retrouve les quatre interrupteurs - dont le nom n'est malheureusement pas modifiable - ainsi que celui pour l'USB et l'interrupteur principal.

Konyks Polyco - Menu prise

Deux icônes nommées “CàR” - pour Compte à Rebours - et “Prog” - un programmateur basique - permettent d'établir des horaires de fonctionnement pour chaque bloc. Il est ainsi très simple de prévoir une extinction automatique de la lampe de chevet à 22h par exemple ou l'allumage de la cafetière à 7h du matin.

Konyks Polyco - Programmateur
Konyks Polyco - CaR

Si ces programmations vous semblent trop simplistes, sachez qu'il est possible d'aller plus loin grâce à l'onglet Automatisation de l'application Konyks. Vous pouvez ainsi créer des scénarios en fonction de la localisation GPS de votre smartphone, de la météo locale, d'un planning ou du changement d'état d'un autre appareil Konyks. On tombe ici sur un fonctionnement Si -> Alors comme sur IFTTT. Pour le coup, ça va plus loin que beaucoup d'application concurrentes.

Konyks Polyco - Automatisation

Konyks se pare donc d'une partie logicielle plutôt solide, simple à utiliser et bien réfléchie. Dommage quand même qu'on ne puisse pas profiter d'un compteur de consommation. Il aurait été intéressant de pouvoir suivre au jour le jour la conso de chaque appareil utilisé sur la Polyco. Pouvoir renommer chaque interrupteur dans l'application ne serait pas non plus du luxe. Fort heureusement, c'est chose possible avec les assistants vocaux.

Intégration avec Google Assistant et Amazon Alexa

Si l'automatisation intégrée dans l'appli Konyks permet de se dédouaner en grande partie du smartphone, il reste bien plus agréable de se servir de la multiprise connectée avec un assistant vocal. Enceinte connectée ou écran connecté, vous avez maintenant un large choix pour assouvir vos envies de domotique. Pour ce test, nous nous sommes penchés sur l'usage avec un smart display Echo Show 5 et une enceinte portable TicHome Mini avec Google Assistant.

Avant tout, il faudra configurer la prise depuis les applications Amazon Alexa et Google Home. Dans les deux cas, la mise en place ne demande que quelques dizaines de secondes. Si vous avez déjà un compte Konyks configuré, le nouveau matériel sera immédiatement détecté. Et la bonne nouvelle, c'est que vous pourrez nommer chaque interrupteur selon votre bon vouloir : télévision, console, lampe, etc. On va ici un peu plus loin que l'application de base. Le tout s'intègre d'ailleurs parfaitement aux routines Google et Amazon.

Konyks Polyco - Google Assistant
Konyks Polyco - Alexa

Le contrôle vocal fonctionne très bien quelle que soit l'IA utilisée. Il faut juste compter deux secondes environ le temps que l'ordre transite et soit exécuté sur la prise. On perd la réactivité de l'application - l'exécution est presque instantanée - mais on gagne en confort. Plus besoin de sortir le smartphone à chaque fois qu'on veut couper une prise !

Konyks Polyco - Echo Show 5

Le combo voix + multiprise connectée se montre donc très efficace au quotidien. De plus, on réalise quelques économies puisque les appareils branchés sur la Polyco ne restent pas en veille, ils sont complètement éteints lorsqu'on en donne l'ordre.

Konyks Polyco : le verdict de Clubic

La multiprise connectée de Konyks n'est pas une révolution. Elle fait néanmoins très bien son boulot, à savoir gérer indépendamment chaque prise depuis l'application dédiée ou avec la voix. De la configuration à l'emploi quotidien avec des routines, tout est simple. D'ailleurs, Konyks va même plus loin que la plupart des concurrents en proposant un système à la IFTTT plutôt complet au sein de son appli.

Malheureusement, si la partie logicielle est soignée, il n'en va pas de même pour la conception. Entre des finitions très cheap, un sifflement au niveau du bloc USB et des patins antidérapants qui ne tiennent pas en place, on ne peut s'empêcher de craindre le pire quant à la durabilité de cet objet connecté...

C'est d'autant plus dommage qu'on trouve des modèles absolument identiques pour 10€ de moins sur le net. Difficile dès lors de vous recommander de foncer sur cette prise connectée. Elle semble bien fonctionner - du moins ce fut le cas durant notre semaine de test - mais on ne peut que vous engager à la prudence avant tout achat.

Konyks Polyco

6

Les plus

  • Compatible IFTTT, Google Assistant et Amazon Alexa
  • Mise en service simple et rapide
  • Application complète, en particulier pour l'automatisation
  • Nombre de prises disponibles : 4 secteur + 4 USB

Les moins

  • Pas de compatibilité Apple HomeKit
  • Pas de Wi-Fi 5 GHz
  • Prix élevé
  • Conception très cheap
  • Sifflements de la partie USB

Mise en service9

Fonctionnalités8

Application8

Prix5


1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
scroll top