Test Kingston V+200 et HyperX : SF2281, encore...

30 mars 2012 à 15h00
0
La note de la rédac
0078000005046352-photo-logo-kingston.jpg
Parmi la longue liste des constructeurs utilisant le dernier contrôleur SandForce, il manquait Kingston. L'oubli est réparé, puisque l'américain lance ses deux nouvelles gammes équipées du SF2281, les V+200 et HyperX.

Kingston propose ainsi ses premiers SSD en SandForce, après avoir successivement fait confiance à Intel pour sa première génération de SSD, puis à JMicron (le JM618 était présent au sein du V100) et enfin à Toshiba (le T6UG1XBG du V+100). D'ailleurs, le constructeur américain est probablement le plus volatil en ce qui concerne ses partenariats. Aujourd'hui, c'est donc avec SandForce que Kingston fait le grand saut vers le SATA 6 Gbps, après nombre de ses concurrents. Volonté de se donner le temps de mûrir son produit, méfiance vis-à-vis d'un contrôleur qui a connu quelques errances à ses débuts ?

Quoi qu'il en soit, les nouveaux SSD de Kingston arrivent à un moment où le marché est extrêmement compétitif, et où il devient difficile de se démarquer, particulièrement en utilisant le même contrôleur que la grande majorité des concurrents. Comment se composent les nouvelles gammes Kingston ? Quels sont les atouts de ces nouveaux modèles ? Réponses à suivre.

HyperX, une nouvelle gamme pour les enthousiastes

Jusqu'à présent, les SSD Kingston se répartissaient en deux gammes qui se différenciaient par le petit « + » qui caractérisait la plus performante (mais aussi la plus chère) des deux. On se souvient ainsi des SSDNow V et V+, et des séries V100 et V+100. La nouvelle génération n'échappe pas à la règle, et l'on retrouve bien la série V200, équipée d'un contrôleur JMicron (voir Kingston SSDNow V200 : nouveau SSD à modeste contrôleur JMicron), et la série V+200, qui accueille en son sein le SF2281 de SandForce. Inutile de s'attarder sur la série V200, dont le rapport performances / prix n'est clairement pas à la hauteur des autres modèles du marché, la faute à un contrôleur JMicron qui prend certes en charge le SATA 6 Gbps, mais dont les performances sont clairement dépassées.

Kingston a historiquement rendu sa série V+ à un niveau de performances supérieur à celui de la série V, tout en conservant une politique tarifaire particulièrement agressive. Au final, on peut même se demander si, à terme, la série V n'est pas tout simplement amenée à disparaître, la série V+ prenant sa place sur le marché. Car Kingston a choisi d'introduire cette année une nouvelle gamme pour ses SSD, qui se place au-dessus de la série V+ en termes de performances.

Il s'agit de la gamme HyperX, qui reprend la marque des modules de mémoire vive haut de gamme de Kingston. À l'image de ce qu'a récemment fait SanDisk avec son SSD Extreme (comme ses cartes-mémoire les plus performantes), Kingston a donc décidé d'utiliser sa marque emblématique, jusqu'à en reprendre les éléments graphiques : logo HyperX, couleur bleu, design « agressif ».

012C000004991564-photo-kingston-ssdnow-v200-120-go.jpg
 
012C000004991548-photo-kingston-hyperx-240-go.jpg


V+200 et HyperX, quelles différences ?

Dans le marché très compétitif qu'est celui des SSD, Kingston se démarque par la qualité de son packaging. Là où SanDisk ne fournit que le SSD et rien d'autre dans sa boîte en carton, Kingston accompagne son produit d'un adaptateur 2,5 vers 3,5 pouces, d'un câble SATA 6 Gbps, d'un boîtier USB pour un transfert facilité, et d'un logiciel de clonage (une solution Acronis). Une générosité qui se manifeste aussi bien sur la série V+200 que sur la gamme HyperX, cette dernière bénéficiant même d'un stylo-tournevis dont l'utilité reste toutefois à démontrer.

012C000004991566-photo-kingston-ssdnow-v200-120-go.jpg
 
012C000004991544-photo-kingston-hyperx-240-go.jpg

Hormis ce dernier accessoire et les éléments graphiques, rien ne différencie les deux séries. En revanche, la gamme V+200 est plus étendue, ce qui lui permettra d'être plus largement distribué sur le marché. Elle est ainsi déclinée dans de nombreuses versions (60, 90, 120, 240 et 480 Go). À l'inverse, le HyperX se destine a un marché plus restreint, celui des enthousiastes plus fortunés qui cherchent à la fois capacité et performances. Conséquence, seules deux versions sont disponibles aujourd'hui : 120 et 240 Go.

Passons maintenant aux entrailles de nos deux SSD pour y découvrir les véritables différences. Elles ne concernent pas le contrôleur, puisque c'est le SF2281 qui officie dans les deux cas, avec son cortège de fonctionnalités connues : compatibilité SATA 6 Gbps, NCQ et TRIM, compression des données à la volée, overprovisioning sur 6,25% de la capacité totale du SSD, ou encore le chiffrement AES sur 256 bits. Notez toutefois que Kingston a travaillé main dans la main avec SandForce pour produire un firmware personnalisé, comme l'a fait Intel pour sa série 520.

012C000005049218-photo-kingston-v-200.jpg
 
012C000005049214-photo-kingston-hyperx.jpg

Les deux contrôleurs sont strictement identiques.

Pas de différence non plus au niveau du soin apporté au refroidissement de ce contrôleur et des puces mémoire : que ce soit sur le V+200 ou sur l'HyperX, Kingston a ajouté de part et d'autre de ses SSD un pad thermique visant à transmettre plus efficacement la chaleur vers la surface. Félicitons le constructeur pour cette initiative, car rares sont les SSD pourvus d'un tel dispositif.

012C000004991570-photo-kingston-ssdnow-v200-120-go.jpg
 
012C000004991552-photo-kingston-hyperx-240-go.jpg

Finalement, c'est au niveau des puces mémoire que tout se joue, à l'image de ce qui existe sur les Agility et les Vertex 3 d'OCZ, ou les Corsair Force 3 et Force GT. Car si on trouve sur nos deux modèles de la mémoire flash de type MLC gravée en 25 nm par IM (la joint-venture créée par Intel et Micron), les puces de notre HyperX ont un fonctionnement de type synchrone, quand celles du V+200 sont de type asynchrone, avec tout ce que cela implique en terme de performances, puisque ces dernières ne peuvent pas assumer la même bande passante (chaque canal est limité à 50 Mo/s au lieu des 200 Mo/s).

012C000005049220-photo-kingston-v-200.jpg
 
012C000005049216-photo-kingston-hyperx.jpg

Contrairement au contrôleur, les puces mémoire diffèrent. Celles de l'HyperX, à droite, sont les plus performantes.

Conséquence, les promesses diffèrent logiquement d'un modèle à l'autre, notamment au niveau du nombre d'opérations d'entrées / sorties par seconde :

 V+200
60 Go
V+200
90 Go
V+200
120 Go
V+200
240 Go
V+200
480 Go
HyperX
120 Go
HyperX
240 Go
HyperX
480 Go
Lecture séquentielle 535 Mo/s555 Mo/s540 Mo/s
Ecriture séquentielle460 Mo/s480 Mo/s510 Mo/s450 Mo/s
Lecture : IOPS (4Ko)12 00020 00036 00043 00020 00040 00060 000
Ecriture : IOPS (4Ko)47 00044 00043 00030 00060 00057 00045 000
Lecture : IOPS max (4Ko)85 00075 00087 00075 000
Ecriture : IOPS max (4Ko)60 00057 00055 00043 00034 00070 00058 00047 000



00B5000004037488-photo-compteur-performance.jpg

Tests synthétiques et pratiques

Que donne ce SSD face à un logiciel de test comme Everest ? Quels résultats dans des tests pratiques de transferts de données ? Vous trouverez des résultats chiffrés et comparés dans les pages suivantes :


Notre avis

Kingston renouvelle enfin ses gammes de SSD, et il était temps ! En effet, alors que de nombreux constructeurs s'apprêtent à lancer leurs secondes générations de SSD en SATA 6 Gbps, Kingston arrive seulement sur ce marché. Un double problème, puisque les V+200 et les HyperX vont devoir afronter des modèles plus récents et probablement plus performants, mais aussi avec des produits en SATA 6 Gpbs qui ont déjà vu leurs prix fondre de manière significative.

Les produits du constructeur américain ont-ils alors les moyens de se trouver une place au soleil ? Kingston a choisi de se démarquer par la qualité de son bundle, et on ne s'en plaindra pas. De plus, le Kingstone opère un glissement stratégique de ses gammes en introduisant astucieusement ses HyperX, une marque forte qui jouit d'une bonne réputation. Et côté performances, si le V+200 pâtit de ses puces mémoire de la même façon qu'un Corsair Force 3 ou un OCZ Agility, le HyperX est au contraire l'un des SSD les plus performants du moment, tenant la dragée haute au Samsung 830 et autres Intel 520.

Reste la problématique du prix : comptez 160 euros pour le HyperX en version 120 Go, là où les Vertex 3 et Samsung 830 se trouvent à 145 et 150 euros, respectivement. Si l'on choisit un modèle de 240 Go, la différence est encore plus notable : 340 euros au lieu de 300 pour ses deux concurrents. Quant au V+200, si on le compare à l'Agility d'OCZ, on s'aperçoit qu'il est plus cher qu'elle que soit la capacité : 84 euros contre 76 en version 60 Go, 140 euros contre 130 pour 120 Go. Même si la garantie de 3 ans et le bundle jouent clairement pour Kingston, il va falloir que la marque descende encore un peu ses prix pour rester dans la course...

Kingston V+200 120 Go

Les plus
+ Bundle
+ Performances en applicatif
+ Pad thermique
Les moins
- Puces asynchrones
- Performances sur les gros fichiers
- Prix un peu élevé
Performances synthétiques
Performances pratiques
Performances / prix
2.5

Kingston HyperX 240 Go

Les plus
+ Performances au top
+ Bundle
+ Pad thermique
Les moins
- Prix trop élevé
Performances synthétiques
Performances pratiques
Performances / prix
4


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le MIT met au point un outil de captation du CO2 plus efficace et moins cher
Une Tesla Model S dépasse le million de kilomètres
L'ancien salarié d'une auto-école condamné pour un avis négatif posté sur Google+
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
La Volkswagen e-up! 2.0 électrique affiche ses prix en France
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top