Très Haut Débit : le VDSL2 en approche !

01 août 2013 à 18h06
0
0064000001894962-photo-logo-reseau-rj45-logo.jpg
Le protocole de transmission de données VDSL (Very high speed Digital Subscriber Line) est basé sur les mêmes principes généraux que le bien connu ADSL. Comme lui, il se contente de la paire de cuivre d'une ligne téléphonique classique pour transporter les informations, sans interférer avec la voix. La deuxième version de ce protocole, judicieusement appelée VDSL2, a été finalisée en 2005. Conçue dès le départ pour supporter les usages Internet les plus intensifs (notamment la vidéo HD), grâce à l'utilisation d'un spectre de fréquences plus large, cette norme permet d'atteindre théoriquement jusqu'à 250 Mbit/s à la source.

06145494-photo-debit-vdsl2.jpg
Sur des courtes distances, le VDSL2 (ici en profil 17a) offre des performances drastiquement supérieures à l'ADSL.


Naturellement, plus on s'éloigne de cette dernière, moins le débit est élevé. Au bout de 500 mètres, il faut se contenter de 100 Mbits théoriques, et on tombe à 50 Mbit/s au premier kilomètre. Des valeurs encore bien supérieures à ce qu'on atteint avec de l'ADSL classique, ou même de l'ADSL2+ (qui culmine à 25 Mbits/s à la source). En revanche, au-delà du kilomètre et demi le VDSL2 ne présente plus aucun intérêt et finit même par faire moins bien que les protocoles concurrents. De plus, il convient de relativiser ces performances théoriques, car il existe huit profils VDSL2 différents, qui n'offrent pas tous les mêmes débits.

ProfilFréquence (MHz)Nombre de porteusesFréquence des porteusesPuissance (dBm)Débit descendant max (Mbit/s)
8a8.83220484.3125+17.550
8b8.83220484.3125+20.550
8c8.519724.3125+11.550
8d8.83220484.3125+14.550
12a1227834.3125+14.568
12b1227834.3125+14.568
17a17.66440964.3125+14.5100
30a3034798.625+14.5200


Parmi ces huit profils, seuls les sept premiers ont été autorisés par l'Arcep. Les internautes français doivent donc d'ores et déjà faire une croix sur le 200 Mbit/s, et peuvent espérer bénéficier au maximum de 100 Mbit/s. Ce nombre n'est pas sans rappeler celui qu'on associe souvent à la fibre optique qui, dès lors, se trouve en concurrence directe avec le VDSL2. Du moins sur le premier kilomètre. Pour tous les usagers peu éloignés du DSLAM, le VDSL2 s'impose en effet comme une alternative idéale à la fibre, puisque la plupart des box modernes sont déjà compatibles avec la norme.

01F4000005099986-photo-freebox-r-volution.jpg
Chez la plupart des opérateurs, les box les plus récentes sont compatibles VDSL2.


Du coup, le passage au VDSL2 se fait de manière transparente et automatique, et l'on peut du jour au lendemain bénéficier d'une connexion quatre fois plus rapide. Du côté des opérateurs, le choix du VDSL2 est également intéressant puisque, contrairement à ce qu'il se passe avec la fibre, il n'y a pas à engager de gros et coûteux travaux de génie civil. Il suffit d'équiper les NRA avec du matériel compatible VDSL2. Seulement voilà, cette bonne opération est loin de pouvoir concerner tout le monde.

0258000005938446-photo-arcep-vdsl2.jpg


Du fait de l'absence du profil 30a et des performances pratiques nécessairement moins élevées que les chiffres théoriques, le VDSL2 n'est en réalité plus intéressant que l'ADSL qu'avec des lignes de cuivre de moins d'un kilomètre. Problème : selon l'Arcep, seuls 16,3 % de la population se retrouvent dès lors concernés. Le VDSL2 est donc une technologie qui s'adresse essentiellement à des internautes déjà privilégiés, tandis que la fibre est susceptible (au moins techniquement si ce n'est économiquement) de changer la vie d'un nombre de personnes bien plus important. Pour augmenter la portée du VDSL2, il reste tout de même la solution des NRA-Med (Montée en Débit), anciennement appelés NRA-ZO (Zone d'Ombre).

0280000006145468-photo-vdsl2.jpg


Le principe de ces NRA secondaires consiste à installer des DSLAM près des sous-répartiteurs (SR) France Telecom, initialement dévolus à la téléphonie analogique. Ainsi, la source Internet se rapproche des usagers. Le VDSL2 peut alors concerner plus de monde. Mais l'opérateur historique est le seul à pouvoir intervenir sur cette partie du réseau et des travaux de génie civil peuvent être nécessaires. D'autant plus que le passage par des sous-répartiteurs équipés avant 2005 ne fonctionne tout simplement pas. Dans ces conditions, le VDSL2 perd une partie de ses avantages face à la fibre.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Microsoft lancera son smartphone Surface Duo le 10 septembre à 1 399 $
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Hyperion dévoile une supercar à hydrogène dotée d'une autonomie de 1 600 km
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
L'inquiétude monte à l'international vis-à-vis d'hypothétiques
scroll top