Sparkle : une GeForce GTS 450 alléchante en vue d'un prochain remplacement ?

30 novembre 2010 à 17h25
0
Sparkle profite aujourd'hui du calme (avant la tempête) sur le marché de la carte graphique pour annoncer une énième déclinaison de la GeForce GTS 450. Ce nouveau modèle met l'accent sur un système de refroidissement plus efficace et s'en tient pour ce faire aux spécifications de référence.

0140000003792842-photo-sparkle-geforce-gts-450.jpg

La « SXS450512D5NM » troque donc le dissipateur de la GeForce GTS 450 de référence pour un modèle maison, surmonté d'un ventilateur PWM de 92 mm de diamètre (12 mm de plus). Non content d'être plus efficace de 5 %, celui-ci revendique un fonctionnement plus silencieux de 9 %.

Son GPU GF106 cadencé à 783 MHz abrite 192 unités de calcul fonctionnant à 1566 MHz. Il est épaulé par 512 Mo de mémoire GDDR5 fonctionnant à 3608 MHz sur une interface 128 bits. On retrouve enfin une sortie mini HDMI en plus de deux sorties DVI dual link.

Pas de quoi casser trois pattes à un canard, donc. Sauf si le fabricant promet de nous « faire économiser de l'argent », en offrant « un rapport performance/prix sans précédent », autrement dit d'écouler ses stocks. Toutefois, aucun prix ni aucune date de disponibilité n'ont encore été communiqués. De là à penser que le lancement d'une GeForce GTS 550 est imminent...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Brevet Word : Microsoft bientôt devant la Cour suprême
Sony répond à Microsoft et annonce 4,1 millions de PS Move vendus
Flash 10.2 bêta inaugure l'API Stage Video
Le partenariat entre Asus et Lamborghini s'étend aux accessoires pour PC
BlackBerry 8980 Atlas, le successeur du Curve 8900
Google repousse ses initiatives dans le web communautaire
Gadget : un lecteur MP3 vintage pour les nostalgiques du baladeur cassette
La Justice US attaque le téléchargement illégal
Fonera SIMPL : retour aux fondamentaux du Wi-Fi communautaire pour 39 euros
Un directeur de Mozilla pointe du doigt les abus d'Apple, de Google et de Microsoft
Haut de page