NVIDIA s'explique sur le retard de Fermi

23 septembre 2010 à 06h46
0
A l'occasion de la GTC, la conférence annuelle organisée par NVIDIA autour du GPU et de ses développeurs, le président et co-fondateur de la firme, Jen-Hsun Huang est revenu sur les raisons du retard de Fermi. Rappelons que l'architecture Fermi, première architecture DirectX 11 de NVIDIA, était prévue pour l'année 2009... alors qu'elle a finalement vu le jour en 2010 avec la sortie tardive des GeForce de la série 400.

Pour Jen-Hsun Huang il y a deux raisons au retard de Fermi : les problèmes technique d'une part, les problèmes de management d'autre part. Concernant la technique, il y a eu sur la première version de la puce un problème sur l'interconnexion entre les processeurs de flux (les SM) et la mémoire. Ce système complexe, câblé, et ultra rapide, fait de métal avec fort peu de logique (il s'agit juste de déplacer des données d'un processeur à l'autre) était défectueux. Diverses interférences empêchaient en effet la bonne circulation des informations à ce niveau et NVIDIA s'est alors retrouvé avec une différence majeure entre les modélisations de la puce (les simulations en laboratoire censées indiquer le bon fonctionnement de la puce et de ses unités), les outils de TSMC et la réalité. Les premières puces Fermi disposaient donc d'unités de calcul qui ne pouvaient pas communiquer les unes avec les autres. Les équipes de NVIDIA ont donc du redesigner totalement cette partie de la puce pour qu'elle fonctionne.

Voilà pour le problème technique et Jen-Hsun Huang est bien conscient que si ce problème est réglé, la prochaine fois il sera peut être question d'un tout autre problème difficile à anticiper. Quant à la raison même de ce problème technique, elle n'est pas tant à trouver selon l'intéressé dans des soucis de fabrication ou de conception que dans des problématiques de management. La partie ayant posé problème pour Fermi étant sous la responsabilité de deux équipes différentes. Tout le monde et personne était donc à la fois responsable des interconnexions de la puce. Aussi Jen-Hsun Huang a désormais décrété qu'il devait y'avoir un pilote dans l'avion, littéralement pour assurer la sécurité... de l'avion.

0000015403577634-photo-nvidia-gtc-2010-jen-hsun-huang-u-table.jpg


Au final ces révélations n'ont rien d'extraordinaire. Il n'avait échappé à personne que Fermi était en retard et qu'un problème technique était forcément à l'origine de ce retard. Quant à l'utilisateur moyen, il n'est pas dit qu'il ait cure de la nature exacte dudit problème. En revanche, ce qui est intéressant ici c'est que NVIDIA n'attend pas la sortie de sa prochaine génération de puce graphique pour faire son auto-critique : un fait assez rare pour le souligner.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Il y a maintenant 300 satellites Starlink au-dessus de nos têtes
L'Arctique révèle deux millions de points chauds de méthane, selon un rapport de la NASA
Bugatti dévoile un concept d'hypercar dément, conçu par un étudiant en design
Jeff Bezos lance un fonds de 10 milliards de dollars pour lutter contre le dérèglement climatique
JerryRig met le Samsung Galaxy Z Flip à l'épreuve (et ça fait mal)

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top