Interview de Gaël Duval (fondateur de Mandrake Linux)

Par
Le 15 septembre 2003
 0
0064000000059925-photo-ga-l-duval-fondateur-de-linux-mandrake.jpg
Clubic.com : Vous avez fait parti des initiateurs de l'aventure Mandrake Linux, en 1998. Quel était votre objectif à l'époque ?

Au départ, mon objectif avec Mandrake Linux était de proposer un système Linux qui soit simple à configurer et simple à utiliser, principalement pour une utilisation personnelle. L'idée était de proposer une version de Linux avec laquelle on ne passe pas la moitié de son temps à configurer le système.

Lorsqu'ensuite nous avons créé MandrakeSoft, Mandrake Linux s'est beaucoup enrichi, surtout au niveau utilisation serveur, en fonction de la demande que nous avons ressentie.

Dorénavant on peut dire que Mandrake Linux est une solution à la fois serveur et poste de travail, selon les options avec laquelle on l'installe. C'est ce qui fait toute sa force. Pour vous donner une idée, les toutes premières versions de Mandrake comportaient environ 600 paquets logiciels (un paquet peut être un logiciel ou une bibliothèque, ou une localisation par exemple). La version 9.2 s'annonce avec plus de 6000 paquets !

0096000000059928-photo-logo-mandrake-linux.jpg
Clubic.com : Est-ce qu'aujourd'hui, 5 ans après, vous avez changé d'avis ?

En 5 ans, Mandrake Linux est passé d'une version totalement inconnue de Linux, à l'une des 5 plus connues au monde, alors les 4 autres étaient déjà des versions majeures en 1998. Ceci avec des moyens souvent très inférieurs à ceux de nos concurrents. Pendant ces 5 mêmes années, il y a eu des centaines, voire des milliers, de distributions Linux qui se sont créées avec des succès pour le moins très inégaux. Donc dans le système Mandrake il existe bien une "force" qui répond à un besoin des utilisateurs. Par ailleurs on a vu apparaître des systèmes Linux purement orientés bureautiques, mais malgré tout nous n'avons jamais été tant reconnus pour la facilité d'accès au produit.

Par ailleurs, j'avais le secret espoir que Mandrake Linux puisse devenir une sorte de pillier qui aurait favorisé une nouvelle dynamique forte du secteur informatique en France et en Europe. Sur ce point là, ça n'a pour l'instant pas été à la hauteur de mes espérances, l'Amérique du Nord représentant une forte proportion de notre chiffre d'affaires.

Clubic.com : Linux - de façon générale - gagne des parts de marché sur le marché professionnel. Est-ce que Mandrake suit la même progression ?

Il existe en ce moment un véritable engouement pour Linux en tant que station de travail/station bureautique sur le marché des entreprises, et c'est un positionnement historique pour nous. Donc oui, nous progressons bien dans ce domaine.

Clubic.com : Vous venez tout juste de rendre public la Release Candidate 1 de la version Mandrake 9.2, qu'apporte-t-elle de neuf ?

Il y a aura moins de changements "visibles" dans la 9.2 que dans les deux versions précédentes. Néanmoins, nous avons continué les améliorations au niveau de l'ergonomie, ainsi que d'une multitude de petits détails. Evidemment nous publierons sur le web une page "nouveautés" lors du lancement de Mandrake 9.2.

Clubic.com : Pensez-vous qu'aujourd'hui, Mandrake Linux soit aussi puissant que Microsoft Windows ?

Moins puissante en termes de parts de marché, mais certainement beaucoup plus puissante en termes de robustesse ou de sécurité par exemple.

Clubic.com : Pensez-vous qu'aujourd'hui, Mandrake Linux soit aussi simple d'accès que Microsoft Windows ?

On s'en approche à grand pas, il est probable d'ailleurs que le facteur "simplicité d'accès" ne soit plus significatif concernant la pénétration de Linux, contrairement au nombre d'applications disponibles (en particulier les applications pour les utilisateurs individuels).

Clubic.com : Avec les récentes attaques virales affectant les systèmes d'exploitation Windows, la peur des failles informatiques est dans les esprits. Parallèlement, votre site de mise à jour contre les bugs et les failles de sécurité - MandrakeUpdate - multiplie les alertes ces derniers temps. Peut-on être vraiment plus serein avec Linux  comme on le dit si souvent ?

0118000000057391-photo-illustration-virus.jpg
Sous Linux, on devient effectivement moins serein quand on est victime du ralentissement général d'Internet à cause des propagations de virus, mais aussi quand on reçoit des dizaines de messages par jour qui sont dûs à ces virus. Mais en revanche, on redevient très serein en pensant que tout ceci n'a aucune chance de mettre en péril son système Linux alors que les utilisateurs de Windows en bavent tous, et de plus en plus.

On ne le dira jamais assez : un système Linux comme Mandrake est fortement hierarchisé dans sa structure et dans ses droits, avec des couches logicielles qui sont bien indépendantes. Cela constitue un premier rempart aux virus. Par ailleurs il n'y a pas de client email sous Linux qui permet d'éxecuter un attachement. C'est une règle de base en sécurité informatique, règle largement ignorée par les logiciels Microsoft.

Enfin, Mandrake Linux est historiquement très fortement orientée "sécurité", avec des niveaux de sécurité, des alertes de sécurité, un Firewall intégré etc.

Clubic.com : Vous proposez pour la première fois de passer par le système Bittorent pour le téléchargement, croyez-vous dans ces nouvelles méthodes de distribution via le PeerToPeer « légal » ?

Il n'y a rien d'illégal dans le fait que deux utilisateurs s'échangent un logiciel libre ou un morceau de ce logiciel. C'est exactement ce qui se passe en utilisant Bittorent.

Clubic.com : Contrairement à d'autres distributions réservées à leurs clients « payant », on peut télécharger une version pleinement fonctionnelle et à jour sur Internet de la distribution Linux. Pourquoi ce choix ?

La raison est simple : nous pensons que le logiciel libre est meilleur. Donc nous en acceptons les règles et nous cherchons un modèle d'affaire qui fonctionne avec ces règles - modèle que nous avons trouvé avec le Club Mandrake.

Si nous n'acceptions pas ce modèle, alors nous ferions du logiciel propriétaire, et ce serait assez ignoble de réutiliser le travail de centaines de milliers de contributeurs sans leur rendre la monnaie de leur pièce, en l'occurence un système de base très complet et fonctionnel.

Remarquez que les deux autres distributions Linux les plus répandues avec Mandrake sont 113 et Debian qui jouent les mêmes règles du jeu que nous.

0144000000059927-photo-mandrake-club.jpg
Pour en revenir au Club Mandrake, c'est un modèle vraiment puissant qui nous permet de "monnayer" notre base importante d'utilisateurs dans le monde entier. Le Club Mandrake permet d'offrir "encore plus" à ceux qui payent. C'est une démarche beaucoup plus positive à tous les niveaux que d'offrir moins à ceux qui ne payent pas.

Clubic.com : Quels en sont les bénéfices pour les utilisateurs ? Quel est le nombre d'abonnés ?

Il y a à l'heure actuelle plus de 16 000 abonnés. Les bénéfices sont multiples : commerciaux (remises importantes sur les produits MandrakeSoft vendus sur MandrakeStore), accès à différents services comme le téléchargement de plus de 50 000 paquets logiciels (dont les logiciels commerciaux qu'on ne trouve que dans les packs Mandrake), accès en priorité à la documentation Mandrake (avec un système permettant aux utilisateurs d'enrichir cette doc) etc.

L'abonnement permet également d'ajouter directement à son système Mandrake la source des logiciels disponibles sur le Club Mandrake pour une installation d'un seul click.

Clubic.com : Quelle est la part de marché estimée de la distribution Mandrake (et ses dérivées) au sein du parc Linux ? au sein du parc de PC ?

Mandrake représente entre 15 et 25% des distributions Linux utilisées dans le monde. Donc si l'on évalue, comme le fait LinuxCounter.org, à 18 millions le nombre d'utilisateurs de Linux, on arrive à un chiffre moyen pour Mandrake de 3,6 millions d'utilisateurs. En pourcentage du nombre total d'utilisateurs ou de PC, ça reste modeste, mais ça progresse continuellement depuis 5 ans. Avec des pics dans certains domaines comme pour les systèmes hébergeant un serveur web.

Clubic.com : Avez vous des chiffres sur le nombre de distributions téléchargées gratuitement ? sur le nombre de « Pack » Mandrake vendus ? sur le nombre de « Pack » Mandrake vendues sur le MandrakeStore ?

Il nous est difficile d'évaluer le nombre de distributions téléchargées gratuitement, car nous sommes obligés d'utiliser un système de mirroirs FTP pour distribuer nos produits. Quant aux nombres de packs vendus, c'est un chiffre que nous ne pouvons pas diffuser. La seule chose importante que l'on peut dire concernant les packs, c'est que c'est un marché en baisse continuelle depuis 3 ans, toutes distributions Linux confondues, bien évidemment à cause de l'explosion des accès Internet haut-débit. C'est principalement pour cette raison que nous devions trouver un meilleur modèle économique pour l'avenir. D'où le Club Mandrake, qui est en fait un service en ligne.

00fa000000059659-photo-brevets-logiciels.jpg
Clubic.com : Aujourd'hui, Linux est au centre d'une controverse : selon SCO, une partie du code source leur appartient et ils réclament des royalties pour chaque Linux installé. Ils proposent de se mettre en règle - c'est à dire payer la licence - rapidement pour éviter d'être poursuivi par la suite. Quelle est la position de Mandrake sur le sujet ? Doit-on payer cette licence (699 US$ avant le 15 Octobre et 1399 US$ après cette date) ?

Il faut savoir que SCO, qui d'après ce que l'on peut lire connait actuellement des difficultés économiques, est train d'attaquer 17 en justice sur cette affaire, tout en leur faisant savoir qu'un arrangement à l'amiable peut être trouvé (c'est à dire si IBM est prêt à payer). Il faut savoir aussi qu'IBM a été intransigeant avec SCO et est en train de les attaquer en justice en retour. Par ailleurs, Red Hat a créé un fond d'1M$ pour défendre les intérêts des licences libres comme la GPL et va attaquer SCO également. Il est en effet inacceptable de subir une telle campagne de dénigrement de Linux, et en particulier de la part d'une société qui avait jusqu'à très récemment sa propre distribution Linux avec une majeure partie de composants sous licence libre. Par ailleurs, SCO n'a toujours fourni publiquement aucune preuve de ses allégations et beaucoup d'analystes de la situation pensent qu'ils n'en fourniront jamais, préferrant continuer leur coup de poker. Au passage, SCO a même été jusqu'à prétendre posséder la marque UNIX, ce qui a évidemment été aussitot démenti par l'Open Group, un groupe d'éditeurs UNIX incluant IBM, Sun, et HP... et qui possède cette marque. Il est intéressant de savoir également que c'est l'Open Group qui définit les spécifications d'UNIX (Single UNIX Specification) et qui certifie sur cette base les systèmes d'exploitations UNIX, SCO ne possédant les droits que du code source d'une implémentation d'UNIX.

Les utilisateurs de Linux ne doivent donc pas être effrayés par cette campagne de dénigrement de Linux du type "FUD" (Fear, Uncertainty, Doubt). Linux et le logiciel libre sont une véritable vague de fond qui est soutenue par des géants de l'industrie du logiciel, dont IBM, et par une communauté d'utilisateurs très importante et dynamique que SCO vient de se mettre à dos. La pérénité de Linux est donc garantie, contrairement peut-être à celle des technologies de ses détracteurs.

Clubic.com : Plus généralement, considérez vous les projets de loi concernant la brevetabilité des logiciels comme un danger ?

Oui c'est un véritable danger, pas uniquement pour les acteurs du monde Linux. Par exemple, aux USA on peut breveter tout et n'importe quoi. Du coup on assiste à des demandes de raçon, enfin... à des procès, totalement sur-réalistes, à cause de brevets comme celui sur les hyperliens, détenu par British Telecom, et bien d'autres procès de ce genre. Si l'on accepte de breveter les logiciels en Europe, la moindre idée deviendra brevetable, est-ce que l'on souhaite cela ? En tant que PME du secteur informatique, MandrakeSoft ne le souhaite pas, en tant que citoyen Européen je ne le souhaite pas.

En outre il faut être bien conscient que les brevets sont une manière pour les gros acteurs de l'industrie d'écraser les acteurs émergeants qui n'ont pas les moyens de déposer des brevets contrairement aux grosses sociétés qui font la course au dépot.

Beaucoup d'analystes ont donc souligné le non-sens économique de ces pratiques, et le fait qu'elles sont une entrave à la création de richesse et donc à la croissance.

Clubic.com : On voit se multiplier sur le marché des distributions Linux chez les géants de l'informatique. Par exemple, Sun propose une distribution Sun Linux pour sa nouvelle entrée de gamme PC, développée sur une base Suse, en plus de la solution Redhat pour ses serveurs x86. Novel a pour sa part racheté l'éditeur OpenSource Ximian, lancé par Miguel de Icaza, développeur à l'origine de Gnome et de Mono, l'équivalent logiciel libre du .net de Microsoft. Et bien sûr IBM qui présente aujourd'hui Linux comme un attaquant de choix pour relever les défis de l'e-business (rappellez vous la publicité sur un stade de basket).
Que pensez vous de cet engouement pour les logiciels libres ? Développez-vous des partenariats avec de tels géants ?


Concernant 51, ils offraient auparavant une distribution basée sur Red Hat, et ils développent maintenant leur propre distribution.

Pour le reste il est vrai que Linux est un mouvement important dans l'industrie informatique, auquel beaucoup cherchent à se rallier, et en particulier IBM qui oriente de plus en plus sa stratégie autour de Linux. Concernant MandrakeSoft, nous développons évidemment au maximum les partenariats avec des géants comme HP, Intel, AMD... Mais pour l'instant on peut encore se demander quelle forme cela va prendre. Est-ce que les acteurs traditionnels vont absorber les petits ou est-ce que les petits vont finir par concurrencer les gros ?

Clubic.com : Au début de l'année, MandrakeSoft qui oriente le développement et distribue les versions en pack a été mises en cessation de paiement. Vous aviez alors lancé un appel à la solidarité. Qu'en est-il aujourd'hui ?

Suite aux excés des "années folles", MandrakeSoft a en effet dû être placé en redressement judiciaire pour se protéger de ses créanciers. Nous avons obtenu une première période d'observation qui vient d'être renouvellée jusq'à début 2004. Dans le même temps nous avons dû restructurer la société de façon importante, pour "réduire la voilure" en attendant des jours meilleurs.

Clubic.com : Parlons d'avenir : L'industrie informatique s'oriente aujourd'hui sur la mobilité :
Où en est on de l'implantation des nouveaux standards dans les distributions Mandrake : Wifi, Bluetooth, ?
Après le SPV développé par Orange et Microsoft, on vient de voir apparaître des Smartphone (téléphone portable équipés comme des PDA) équipés d'une variante de la distribution MontaVista Linux (Motorola A760). Travaillez vous aussi sur ce marché ?
Quels sont les autres projets de Mandrake dans ce domaine ?


Mandrake Linux est davantage une solution d'infrastructure et d'équipement, et nous n'avons pas comme projet pour l'instant de nous orienter vers le marché des portables/PDA. C'est un domaine très particulier et le business-model pour Linux en terme de produit y est très flou dès lors que l'on déborde du transfert des compétences. Néanmoins nos produits supportent depuis plusieurs versions les matériels permettant de faire du WiFi et du Bluetooth car ces technologies se développent aussi bien dans le cadre d'une utilisation personnelle qu'en entreprise.

Clubic.com : Mis à part ceux développés par les équipes Mandrake Linux, quels sont selon vous les projets logiciels les plus prometteurs ?

Les prochains projets de MandrakeSoft :-) Quelques mois après la sortie de Mandrake 9.2, rendez-vous pour un projet très novateur.

009a000000055332-photo-dino-mozilla.jpg
Clubic.com : Nombreux sont les utilisateurs à voir dans Mozilla un sérieux challenger à Internet Explorer mais un frein important à son développement est peut être aussi son respect trop scrupuleux des standards ce qui fait que certains sites (mal développés) s'affichent mal. Ne pensez vous pas que les développeurs de Mozilla (et plus généralement la communauté Open Source) devrait faire preuve d'un peu moins de rigidité (faire quelques concessions) afin de prendre des parts de marché (il est plus facile d'imposer des choix lorsqu'on est en position de force que l'inverse) ?

C'était peut-être vrai il y a sans doute encore deux ans, mais à l'heure actuelle, Mozilla est un navigateur qui dépasse vraisemblablement Internet Explorer en terme de qualité et de fonctionnalités, et il n'y a plus de problèmes d'incompatibilités - je l'utilise quotidiennement, donc je vous dis ça en toute franchise :-) Konqueror, qui est le navigateur web par défaut dans l'environnement graphique KDE, est également un navigateur web très mature, il a d'ailleurs été récemment adopté par 2.

Clubic.com : Qu'est ce qui pourrait arriver de mieux pour aider les logiciels libres aujourd'hui ?

Que les éditeurs de logiciels se mettent à porter massivement tous leurs logiciels pour Linux. Il y a une attente considérable de se côté là de la part des utilisateurs qui souhaitent passer à Linux aussi vite que possible.

Quels sont les sites internet que vous visitez fréquemment ?

A titre professionnel, les sites Mandrake, évidemment :-) Pour le reste je consulte une quantité de sites Linux quotidiennement, et en particulier Slashdot.org et LinuxFR.org. A titre personnel, c'est souvent LeMonde.fr. Et évidemment, Google.

Merci pour ces réponses
Modifié le 18/09/2018 à 12h00
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
scroll top