Logitech Z-680

0
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
0056000000055161-photo-logo-logitech-aqua.jpg
Le Z-680 fait partie de ces ensembles "mammouths" qui fleurissent depuis quelques temps sur les catalogues des fabricants. Destinés principalement à sonoriser des PC, ces kits profitent en effet de l'engouement des utilisateurs pour le Home Cinema, la lecture de DivX et même l'écoute de disques audio multicanaux. Avec simplement quelques semaines de retard, Logitech emboîte donc le pas au couple Creative / Cambridge SoundWorks...

Logitech est un fabricant renommé dans le monde PC mais ce n'est certainement pas le domaine du son qui a permis à la compagnie helvète de devenir aussi célèbre. Evidemment, lorsque l'on parle de Logitech, ce sont des trackball sans fil, des souris optiques ou des clavier multimédias qui viennent à l'esprit. Il va pourtant falloir s'y faire car depuis déjà un moment les produits audio du fabricant suisse font parler d'eux et la dernière série haut de gamme fait déjà beaucoup de bruit !


Logitech et les enceintes

La dernière gamme d'enceintes fabriquées par Logitech se divise en fait en simplement cinq produits destinés à toucher tous les publics. On retrouve tout d'abord le Z-340, le benjamin qui n'offre que du 2.1. On passe ensuite directement à des modèles plus costauds avec les Z-540 et Z-560 dont les quatre satellites permettent une meilleure spatialisation du son. Enfin, les Z-640 et Z-680 sont plutôt destinés aux amateurs de DVD du fait de leurs cinq enceintes.

0154000000057024-photo-logitech-z-680.jpg

Logitech Z-680 : un bien bel ensemble !

Les produits 4.1 et 5.1 sont en fait à chaque fois déclinés en deux versions pour proposer deux niveaux de puissance différents. Les Z-540 n'offrent "que" 40 watts alors que les Z-560 se permettent d'afficher un impressionnant 400 watts au compteur. Les Z-640 et les Z-680 présentent la même différence avec un Z-680 pour le moins impressionnant : pas moins de 505 watts sont au programme de ce kit que nous testons maintenant. Avant d'entrer dans les détails, nous vous proposons de jeter un oeil à notre traditionnel tableau, il comporte les caractéristiques essentielles de cet ensemble audio.

01AF000000057048-photo-logitech-z-680-tableau-des-caract-ristiques-principales.jpg

0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
Au moins aussi impressionnant que les ensembles haut de gamme concurrents, le Logitech Z-680 occupe une place non négligeable. Son carton est évidemment très volumineux mais, plus remarquable encore, il accuse un peu plus de 25 kg sur la balance... C'est dans ces moments là que l'on déteste les escaliers !


Quatre satellites et une voie centrale

Evidemment, pour disposer d'un système 5.1 il fallait bien que Logitech livre de nombreux satellites ! C'est donc tout naturellement qu'au déballage, on découvre quatre petites enceintes et une voie centrale. Contrairement à Creative, Logitech fourni une voie centrale un peu différentes des enceintes surround. A défaut d'en avoir vraiment besoin pour le son, cela permet au moins d'avoir une forme plus adaptée (tout en longueur) à la position de ladite voie centrale.

Assez proches en taille des satellites fabriqués par Creative pour son MegaWorks, les enceintes Logitech sont moins puissantes avec "seulement" 62 watts chacune (69 watts pour la voix centrale). D'une conception plutôt réussie, elle dispose par contre d'une grille que vous pouvez voir sur les photos. Il me semble que ces grilles cassent un peu l'aspect général du produit et je ne me suis pas gêné pour les enlever. On obtient alors quelque chose de plus "brut" mais à mon sens nettement plus réussi.

00D2000000057022-photo-logitech-z-680-la-voix-centrale.jpg
0162000000057041-photo-logitech-z-680-trois-des-quatre-satellites.jpg

La voix centrale et les quatre satellites qui composent ce Z-680.


Le branchement des satellites est très pratique et si Logitech a opté pour des "borniers" (nettement plus pratique pour remplacer un câble), on appréciera le type connecteur utilisé ("bornier" à vis). Si le socle fourni avec chacun des satellites est tout à fait satisfaisant, on regrettera par contre qu'aucun pied ne soit livré pour surélever les enceintes arrières. Enfin, le système de fixation murale n'est pas forcément ce qu'il y a de plus pratique (il faut démonter le socle et le revisser en position inverse).


Le meilleur outil de contrôle jamais vu !

00D2000000057044-photo-logitech-z-680-le-choix-des-armes.jpg
De grande qualité, les différentes composantes de cet ensemble audio n'en restent pas moins relativement classiques au regard de ce que propose la concurrence. Certes la voie centrale diffère des quatre satellites mais en définitive on ne peut pas dire que le Z-680 se démarque vraiment d'un produit comme le MegaWorks 510D du moins en apparence comme nous allons le voir en ce qui concerne le caisson de basses. Mais avant cela, il nous faut nous attarder sur ce que l'on pourrait appeler un accessoire mais qui s'avère très rapidement indispensable tant il est bien pensé : le système de contrôle.

Composée de deux parties indépendantes, ce système va nettement plus loin que les classiques télécommandes. Reliée au caisson par un câble au diamètre imposant, la "console de contrôle" offre un petit écran à cristaux liquides qui donne un retour sur les réglages effectués. Cette console permet, via différents boutons, de choisir le type d'entrée son utilisée ainsi que le volume du caisson, des satellites et de la voie centrale indépendamment les uns des autres. Elle permet bien sûr de régler le volume général, mais aussi d'appliquer quelques effets lorsque le format Dolby Pro Logic II est sélectionné. Il est possible de mettre le son en sourdine ou bien tout simplement de mettre en veille l'appareil. Il est important de préciser que c'est cette console qui sert de relais entre le caisson de basse et l'appareil source. C'est donc elle qui nous permet de choisir entre branchement analogique, numérique optique ou numérique coaxial. Enfin, elle dispose de deux connecteurs en façade afin de brancher un casque et une autre source sonore.

0093000000057042-photo-logitech-z-680-la-console-de-contr-le.jpg
00D2000000057028-photo-logitech-z-680-les-entr-es-audio.jpg
0131000000057045-photo-logitech-z-680-la-t-l-commande-infrarouge.jpg

Un système de contrôle pratiquement parfait !


Déjà très complète, cette console n'est pourtant pas seule puisque Logitech a juger bon de l'accompagner d'une petite télécommande infrarouge... On ne l'en remerciera jamais assez ! La console sert de récepteur afin de capter les signaux de la télécommande, ce qui constitue une bonne idée car cette console se trouvera généralement plus en évidence que le caisson. En plus cela permet de lire l'écran à cristaux liquides de la console même s'il faut se trouver bien en face. La télécommande dispose, malgré sa petite taille, de tous les réglages importants : volume du caisson, de la voie centrale, des satellites, volume général, sourdine, mise en veille, choix de l'entrée, choix du format sonore et même les paramétrages du Dolby Pro Logic II ! Le seul reproche que l'on peut lui faire est l'absence de balance avant / arrière et gauche / droite, réglage qui fait d'ailleurs également défaut à la console.


0096000000057021-photo-logitech-z-680-branchement-des-satellites.jpg

Un caisson amplificateur et décodeur

Le gros de l'ensemble est évidemment constitué du caisson de basses. Avec ses 15 kg et ses mensurations impressionnantes, il boxe à peu près dans la même catégorie que le caisson du MegaWorks 510D et sert d'ailleurs, lui aussi, de centrale de branchement. S'il permet de connecter toutes les enceintes, nous avons déjà vu que ce n'était pas lui qui était chargé de recevoir les sources audio. Son panneau est de ce fait un peu plus dépouillé puisqu'en plus des dix connecteurs (deux par enceinte) de type "borniers" (merci Logitech !), on ne trouve qu'un interrupteur de mise sous tension.

En dehors de sa puissance plus qu'impressionnante (188 watts tout de même), le caisson dispose de caractéristiques très intéressantes. Il est en effet doté de décodeurs intégrés afin de permettre un branchement plus universel que l'essentiel des ensembles audio PC. Un kit comme le MegaWorks 510D ne peut recevoir le son directement, il faut nécessairement passer par un décodeur pour sortir le moindre bruit. Avec le Z-680 c'est tout à fait différent, puisque ce kit décode lui-même le Dolby Digital, le DTS et le récent Dolby Pro Logic II. Du fait de la certification THX on peut raisonnablement espérer un rendu de qualité, ce que nous vérifierons évidemment dans la suite de notre test.

00D2000000057018-photo-logitech-z-680-le-caisson-de-basses-1.jpg
00D2000000057019-photo-logitech-z-680-le-caisson-de-basses-2.jpg
00D2000000057020-photo-logitech-z-680-le-caisson-de-basses-3.jpg

Le caisson de basses produit un son incroyable même si son design est un peu étrange.

Mais il faut savoir que ce décodage intégré permettra par exemple de brancher le Z-680 directement sur un lecteur DVD ou sur une console nouvelle génération comme les Playstation 2 ou autres Xbox qui offrent du son au format 5.1. Ce n'est toutefois pas le seul intérêt d'avoir un décodeur intégré et cela s'avère utile même aux possesseurs de PC. Il faut en effet savoir que le décodage d'une piste multicanaux demande beaucoup de travail au processeur principal : autant de travail qui sera pris en charge par le Z-680. Enfin, cela permettra de se passer d'un coûteux logiciel de lecture DVD puisqu'il suffira de disposer d'une option "pass-thru" afin que le logiciel ne se préoccupe que de l'image, laissant au Z-680 le soin de décoder la bande son.
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
De la présentation générale du Z-680, on retiendra l'image d'un produit remarquablement bien pensé et doté d'un grand nombre de fonctions. On apprécie bien sûr la télécommande infrarouge mais aussi le module de contrôle ou la présence de "borniers" sur les deux extrémités des branchements. Un produit, aussi complet soit-il, ne se juge toutefois pas sur la seule qualité de ses "accessoires" et nous avons bien sûr fait passer au Z-680 nos habituels tests acoustiques.


Comportement ludique

Reconnaissons tout de suite que le jeu n'est évidemment pas la destination première d'un tel ensemble sonore, au moins en ce qui concerne les joueurs PC. La qualité de restitution n'est nullement en question mais c'est plutôt la puissance délivrée par le Z-680 qui est totalement disproportionnée pour une utilisation PC. L'utilisateur se trouvant en général assez proche de l'écran et des enceintes, les quelques 505 watts RMS du Z-680 sont évidemment un peu surdimensionnés. Mais qu'importe puisque comme chacun le sait : qui peut le plus, peut le moins ! Dans le cadre d'une utilisation PC, nous ne ferons donc tout simplement pas appel à toute la puissance du Z-680.

Dès les premiers essais, on est frappé par la puissance et la qualité des basses. Elles sont bien rondes, bien définies et "occupent" véritablement l'espace : une grande pièce est vivement conseillée. Réglées simplement à la troisième graduation (sur dix), elles sont encore trop présentes pour moi ! Dans un titre comme Unreal II, les explosions font véritablement trembler les murs et l'impression de lourdeur des pas de notre héros (toujours en armure / combinaison) est parfaitement bien rendue : les mouvements sont sourds et résonnent de belle manière.

00D2000000056661-photo-unreal2-isaak.jpg
00D2000000056654-photo-unreal2-ca-ne-vous-rappelle-pas-quelque-chose.jpg
00D2000000056662-photo-unreal2-aida.jpg

que l'on apprécie le jeu ou pas, Unreal II reste une belle démonstration sonore !

Avec des titres qui l'utilise, le 5.1 fait des merveilles et les voix sont nettement détachées du reste de la bande son. On peut encore prendre l'exemple d'Unreal II mais ceux de Soldier Of Fortune II ou de Freelancer (ça a du bon d'être testeur) sont tout aussi probants. Enfin, n'oublions pas les compositions musicales de nos traditionnels Dungeon Siege et Diablo 2 : elles ne souffrent pas de la comparaison et si nous avons parfois, là encore, l'impression que les basses sont trop prononcées, il suffit de modifier un peu les réglages : très simple avec la télécommande infrarouge !


Tests musicaux

Pour tester le rendu véritablement musical du caisson, nous avons décidé d'employer quelques disques un peu particuliers en plus de nos traditionnels CD Audio. Le Logitech Z-680 dispose en effet d'un décodeur DTS et il nous a semblé intéressant de tester davantage cette fonctionnalité. C'est pourquoi nous avons employé quelques CD au format DTS comme le Brand New Day de Sting, les Globe Sessions de Sheryl Crow et le magnifique Love Scenes de Diana Krall.

0082000000057033-photo-diana-krall-love-scenes.jpg
0082000000057034-photo-sting-brand-new-day.jpg
0082000000057035-photo-sheryl-crow-globe-sessions.jpg

Bien que peu répandus, les CD Audio au format DTS n'ont pas grand chose à envier aux DVD Audio.

Quelque soit l'artiste choisi, le constat est à peu près le même. Les différents instruments se détachent toujours extrêmement bien les uns des autres, des effets jusque là inaudibles ressortent très clairement et jamais un son prend le pas sur le reste. On apprécie tout particulièrement la voix de Diana Krall et en définitive seul un léger problème de souffle se fait sentir lorsque le son s'interrompt. Ce problème se remarque mais reste heureusement fort discret lorsqu'il n'y a aucun son pour devenir totalement imperceptible sitôt que la musique reprend. Il s'agit donc bien d'un défaut mais avouons que ce n'est pas gênant.

0096000000057036-photo-misplaced-childhood.jpg
Nos tests "musicaux" se sont terminés par des essais avec nos plus ordinaires CD Audio. Lorsque nous écoutons un album comme Misplaced Childhood de Marillion par exemple on peut remarquer que le son du Z-680 est légèrement différent de celui produit par le MegaWorks 510D. Il est très difficile de dire objectivement lequel est le meilleur mais il est certain que le son n'est pas le même. Les basses paraissent mieux définies sur le Z-680, mais à contrario le 510D semble offrir un relief plus important sur les médiums. S'il faut vraiment faire un classement, je dirais que ma préférence va vers le 510D mais cela ne tient à pas grand chose. Sur la plupart des autres tests, nous avons pu relever le même genre de différences mais plus marquées sur tous les morceaux "calmes". Suzanne Vega ou Enya mettait cette distinction nettement en évidence alors que sur Ska-P, les Mighty Mighty Bosstones ou U2 c'était moins perceptible. En dehors de cette petite différence, on ne peut tirer qu'une seule conclusion de ces tests : le Z-680 offre une restitution splendide !


Home Cinema

Malgré ces nombreuses qualités, c'est dans le domaine du Home Cinema que le Z-680 montre toute l'étendue de ces possibilités du fait des décodeurs Dolby Digital et DTS intégrés ! Moins utilisé, le Dolby Pro-Logic II pourra éventuellement dépanner quelques utilisateurs. Du fait de ces décodeurs intégrés, il est possible, comme nous l'avons déjà signalé, de brancher directement le Z-680 sur un lecteur de DVD par exemple sans avoir à passer par un décodeur externe. Les DVD au format DTS sont de plus en nombreux nous avons donc évidemment privilégié ce format sur le Dolby Digital. Il faut toutefois savoir que les mixages DTS ne sont pas tous équivalents et qu'il est même tout à fait possible d'avoir du DTS de moins bonne qualité que le Dolby Digital 5.1. Sans entrer dans des détails inutiles, disons que le DTS peut être plein ou mi-débit. Seul, le plein débit permet de profiter véritablement du DTS.

01C2000000057031-photo-moulin-rouge.jpg

Le Logitech Z-680 est un bien beau support pour le Moulin Rouge de Baz Luhrmann.


00D2000000057032-photo-le-pacte-des-loups.jpg
Pour nos tests, nous avons choisi quelques uns des DVD les plus réputés en matière de bande son même si ce genre de qualificatifs prête évidemment à commentaires. Un titre comme Moulin Rouge permet de "voir" à quel point le Z-680 parvient à bien dissocier les différentes sonorités. Sur Le Pacte Des Loups ce sont le rendu des basses et la voix "rocailleuse" du narrateur (Jaques Perrin) qui impressionnent. La première scène de combat mélange les bruitages excessifs des mouvements de Marc Dacascos à la pluie battante et le rendu est simplement fantastique. Cette scène permet d'ailleurs, comme plusieurs autres, au DTS de l'emporter largement sur le Dolby Digital 5.1 qui ne retranscrit pas aussi bien les choses.

Le côté épique de Lords Of The Rings : Fellowship Of The Ring n'est jamais trahi par le rendu du Z-680. Les partitions d'Howard Shore sont parfaitement reproduites et les différentes voix (en particuliers lors des dialogues en elfiques) sont magnifiques. Reconnaissons enfin que le DTS ne fait pas tout. Déjà les pistes audios DTS en Zone 2 sont majoritairement en français, mais surtout lorsque l'on assiste à la projection de titres comme Saving Private Ryan, on se rend compte que le Dolby Digital 5.1 a de jolis arguments à faire valoir.


Conclusion

00FA000000057025-photo-logitech-z-680.jpg
Les enceintes font partie de ces composants qu'il vaut mieux pouvoir tester soi-même avant d'acheter. Au même titre que celles d'un écran, les "performances" des enceintes sont en effet tout ce qu'il y a de plus subjectives. Il est d'autant plus important de se faire sa petite idée que le prix de l'ensemble qui nous préoccupe aujourd'hui est élevé : à près de 400 €, il vaut mieux ne pas se tromper !

Logitech devrait toutefois faire l'unanimité au sein des utilisateurs PC. Le Z-680 souffre de quelques défauts qu'il convient de ne pas ignorer comme des basses un peu trop présentes, des satellites très légèrement en difficulté avec les médiums et des réglages pas assez progressifs et un léger souffle. Ces défauts restent cependant très peu gênants et ne se remarquent qu'une fois le Z-680 comparé au MegaWorks 510D. Par rapport au kit de Creative / Cambridge, le produit Logitech apporte des basses encore plus réussies, une télécommande rapidement indispensable et des fonctions de décodage très pratiques.

Alors que le test du MegaWorks 550D ne devrait plus tarder, ce Z-680 s'impose comme un ensemble de choix pour sonoriser votre installation qu'il s'agisse d'un PC, d'une console de jeux ou même d'un lecteur de DVD. Là où Creative négligeait un peu les accessoires, Logitech montre qu'il est possible d'allier qualité et fonctionnalités. Dites-vous bien cependant que ni vraiment meilleur, ni vraiment moins bon que celui d'un MegaWorks 510D, le son délivré par le Z-680 est surtout différent : à vous de voir !


Logitech Z-680

8

Les plus

  • Décodeurs DD, DTS, DPLII intégrés
  • Excellente qualité de restitution
  • Caisson de basses impressionnant
  • Excellente télécommande

Les moins

  • Absence de réglage de balance
  • Très léger souffle

Note globale9

Qualité sonore9

Puissance9

Fonctionnalités10

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Logitech Z-680 en test sur Clubic
Les démos technologiques GeForce FX dispo
BenQ et les baladeurs audio/vidéo
Nouveau Sony NetMD disponible en France
Nouveaux prix Intel et tarifs des nouveaux P4
Blitzkrieg dispose d'un site en français
Iomega ajuste ses tarifs
L'UE veut préciser les orientations du programme eTEN
9Telecom fait la promo de l'Internet illimité bas et haut débit
Le service 3G de NTT DoCoMo va-t-il décoller ?
Haut de page