Lexmark Z35, Z45, Z55 et Z65 au banc d'essai

Par
Le 24 mai 2002
 0
Lexmark est moins connu que ses trois concurrents HP, Epson et Canon et les part de marché de ce constructeur au niveau mondial avoisinent les 10%. Cette société a su se démarquer entre autre grâce à des Imprimantes jet d'encre parmi les plus rapides du marché.

La nouvelle gamme d'imprimantes jet d'encre couleur Lexmark vient de voir le jour et c'est l'occasion de la passer en revue. Au programme la petite Z35, la Z45 et les deux très proches Z55 et Z65.

Généralités sur la gamme


0096000000053021-photo-cartouche-d-encre-lexmark.jpg
Les quatre imprimantes testées utilisent toutes des cartouches d'encre à têtes d'impression intégrées. Cette particularité que l'on retrouve chez HP est un gage de qualité puisqu'à chaque renouvellement de la cartouche, les têtes sont changées.

Ces quatre imprimantes se connectent uniquement sur le port USB du PC à l'exception de la Z55 qui comprend aussi un port parallèle et de la Z65n qui se connecte en plus au réseau par le biais d'un port Ethernet. Notons au passage que, comme c'est la coutume chez tous les constructeurs d'imprimantes, le câble USB n'est pas livré (ce n'est pas tant le surcoût que cela entraîne mais plutôt l'énervement que cela procure d'arriver chez soi et de se rendre compte qu'on l'a oublié).

Ces quatre imprimantes sont conçues de la même manière. Le changement des cartouches se fait simplement en soulevant le capot avant, seul le format de celles-ci change. Leur design général laisse, lui aussi, bien penser qu'elles sont issues de la même lignée.

Côté mécanique, on notera que l'entraînement du papier semble ne s'effectuer que d'un côté ce qui donne l'impression les premiers temps que la feuille est mal engagée et qu'elle va être imprimée en biais. Il n'en est rien et lors de nos tests, les bourrages ne se sont produits que lorsque nous avons tenté des impressions de pages chargées (graphiques, photos) en recto ET verso.

00fa000000053029-photo-param-trage-de-l-impression-lexmark.jpg
Les pilotes logiciel de chacune de ces imprimantes sont similaires avec une interface claire. Tous les outils propres à l'imprimante (nettoyage des buses, niveau des cartouches...) sont réunis au sein du "Centre de solution Lexmark". Le nom est un peu "pompeux" mais il est assez pratique pour un débutant de pouvoir accéder à ces outils sans avoir à passer par le panneau de configuration Windows. Lors de l'impression il sera possible de choisir un des quatre modes d'impression. "Rapide" qui générera des tirages respectant les polices et les styles mais allégés sur les teintes, "Normale" qui est le mode d'impression par défaut, "Meilleur" qui peut être utile pour l'impression de graphiques détaillées et "Excellente" qui se réserve à l'impression photo.
Les pilotes permettent également d'activer ou pas le capteur d'analyse du papier. Celui-ci est par exemple capable de basculer en résolution "normale" lorsque c'est du papier 80g qui est chargé. Le chargement d'un papier glacé entrainera automatiquement une impression en qualité "excellente". Cela évite d'en faire le choix à chaque impression et c'est plutôt agréable.

Les CD fournis par le constructeur ne comprennent rien d'autre que les pilotes et les documentations au format .pdf. Pas de logiciel "cadeau" à se mettre sous la main.

Protocole de test


Le protocole de test que nous avons mis en place à pour but de couvrir toute l'utilisation d'une imprimante jet d'encre. Nous avons ainsi mesuré les trois caractéristiques principales d'une imprimante soit, la vitesse d'impression, la qualité d'impression et le coût à la page.

Vitesse d'impression

La vitesse d'impression est mesurée à l'aide de trois documents.

Un document de 10 pages contenant uniquement du texte dans lequel un vaste panel de type et de taille de police (serif ou sans serif) et de style (gras, italique, souligné) sont utilisés. On peut assimiler ce document à un rapport. La vitesse d'impression de ce document sera mesuré en mode "brouillon" afin d'obtenir une vitesse maximale et en mode "normal" qui représente l'utilisation courante de l'imprimante. Ces deux tirages seront effectués sur du papier courant (80g).

Le deuxième document permet de mesurer la vitesse d'impression d'un document de présentation, régulièrement utilisé en entreprise. Ce document d'une seule page comprend, des textes variés, un graphique couleur et un tableau de données dont certaines cellules et informations sont colorées. Ce tirage est établi sur du papier 80g généralement utilisé pour ce type de travail.

Le dernier document permet de tester l'utilisation "photo" de l'imprimante en mesurant la vitesse d'impression d'une page A4 composée de photographies haute résolution. Cette impression sera réalisée sur papier photo/glacé.

Qualité d'impression photo


La qualité d'impression est établie grâce à trois documents.

0096000000053027-photo-page-de-test-imprimante-photo.jpg
Une page au format 107 Illustrator contenant un vaste panel d'informations aptes à mesurer la qualité d'un tirage. Elle comprend entre autre des polices de tailles différentes, des dégradés et des aplats de couleurs, des traits d'épaisseur variable et des images. Ce document sera imprimé une fois sur papier standard (80g) et une autre sur papier photo (celui recommandé par le constructeur) en qualité maximale.

La "qualité photo" des impressions sera mesurée grâce au document qui a été utilisé pour mesurer la vitesse d'impression photo. Cette page A4 tirée sur le papier photo recommandé par le constructeur comprend des photos haute résolution imprimées à la qualité maximale. Les photos choisies reproduisent la variété du panel de tons utilisés lorsqu'on tire des photos numériques (peau, ciel, nuit noire, feuillages...).

Coût d'impression à la page


C'est généralement là que le bas blesse avec une imprimante jet d'encre. Le prix d'achat est souvent assez bas mais les constructeurs se rattrapent sur les consommables avec des prix parfois de l'ordre de grandeur de celui de l'imprimante (un comble).

Pour mesurer ce coût d'impression à la page, nous avons utilisé deux pages de test afin de reproduire le taux de couverture classique d'une page monochrome (5% de noir) et d'une page couleur (5% de cyan, 5% de magenta, 5% de jaune et 5% de noir).

Chacun de ces documents est imprimé jusqu'à venir à bout successivement de la cartouche noir puis de la cartouche couleur. Le nombre de pages imprimées est ramené au prix public de la cartouche d'encre pour déterminer un "coût à la page". A chaque fois, ce sont des cartouches grande capacité qui ont été utilisées, elles sont en effet économiquement préférables dans une utilisation courante.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top