Cambridge MegaWorks 510D

Par
Le 17 avril 2002
 0
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
00fa000000052746-photo-cambridge-megaworks-510d.jpg
Alors qu'il y a très peu de temps nous testions la Sound Extigy en insistant sur sa qualité de rendu lorsqu'elle est accompagnée de bons haut-parleurs, c'est tout naturellement que nous testons aujourd'hui un kit d'enceintes haut de gamme qui ne joue clairement pas dans la même catégorie que les ensembles auxquels nous avons été jusque là habitués : les MegaWorks 510D.

Cambridge Soundworks a été racheté il y a quelques années par le géant du son PC : Creative. La compagnie de Singapour justifiait cette acquisition par une politique visant à toucher les différents publics du monde PC. La célèbre marque lui offrait son expérience dans le domaine des enceintes et permit à Creative de proposer différents kits son de grande qualité.


Cambridge Soundworks, le son PC haut de gamme


Aujourd'hui, Creative revoit sa stratégie et décide de réserver l'utilisation du nom Cambridge Soundworks à ses ensembles d'enceintes les plus aboutis. Les modèles plus "accessibles" seront pour leur part distribués sous la marque Creative comme cela a été le cas avec les récents Inspire 5300 et Inspire 5700. Cette idée n'est pas mauvaise dans la mesure où rien qu'avec la marque on aura déjà une idée du public visé. Le Megaworks 510D s'adresse donc aux amateurs capables d'investir une somme plus que conséquente dans leurs enceintes (550€ !).

La réputation de Cambridge Soundworks laisse augurer d'enceintes de haute qualité qui se rapprochent tellement des systèmes sons dédiés au home-cinema qu'on se demande vraiment si elles ont encore leur place parmi les autres kits multimédia PC. Mais avant de présenter plus précisément cet ensemble audio, en voici réunies dans un unique tableau, les principales caractéristiques techniques.

01af000000052743-photo-cambridge-megaworks-510d-les-caract-ristiques.jpg



Premières impressions


00fa000000052747-photo-cambridge-megaworks-510d-un-carton-pas-si-imposant.jpg
Les dimensions du carton des MegaWorks 510D ne sont pas faramineuses et on a même du mal à s'imaginer qu'il puisse contenir cinq enceintes, un caisson de basses et tous les câbles nécessaires au bon fonctionnement de l'ensemble. En revanche, soupeser ce "petit" carton a de quoi rassurer les plus soupçonneux : il y a de la matière là-dedans... Une quinzaine de kilos de matière même !

L'ensemble est plutôt bien rangé, mais une fois le tout déballé, on s'étonnera du choix fait par Cambridge Soundworks : il n'y a pas de pieds pour les satellites arrières ! On regrettera évidemment un tel choix d'autant plus surprenant que le kit n'est pas spécialement bon marché et que d'autres ensembles du même constructeurs comprenaient ce genre d'accessoires. Il faudra donc faire avec ce que l'on nous donne, c'est à dire de petites pièces pour poser les enceintes sur un bureau ou de quoi les fixer aux murs.

Dans la plus pure tradition des kits multimédia, c'est le caisson de basse qui centralise les branchements et qui fait également office d'alimentation et d'amplificateur. On se réjouira de l'intégration de l'alimentation au caisson qui nous évite d'avoir à trouver de la place pour le transformateur et qui réduira un peu le nombre de fils. Il faut noter que, système 5.1 oblige, ces derniers sont particulièrement nombreux et particulièrement longs !

01f4000000052751-photo-cambridge-megaworks-510d-les-connecteurs-du-caisson-de-basses.jpg

L'imposant caisson (près de 10kg tout de même) offre tout ce qu'il faut pour le branchement des enceintes et de la télécommande, il offre aussi deux possibilités de liaisons à une carte son ou à un ampli/décodeur. Vous aurez ainsi le choix entre un branchement analogique ou digital, sachant que, pour leur part, les cinq enceintes ont leur prise clairement indiquée.

0096000000052748-photo-cambridge-megaworks-510d-un-satellite.jpg
008d000000052749-photo-cambridge-megaworks-510d-les-prises-des-satellites.jpg
0096000000052750-photo-cambridge-megaworks-510d-un-satellite-tout-nu.jpg

Les satellites sous toutes leurs coutures

00c8000000052752-photo-cambridge-megaworks-510d-la-voie-centrale-est-un-satellite-comme-un-autre.jpg
Ces satellites sont responsables de la taille plutôt réduite de l'ensemble. Ils sont en effet étonnamment petits et on a bien du mal à imaginer que ce sont ces enceintes qui doivent rivaliser avec ce qui se fait dans le monde du home-cinema. Une fois la grille enlevée, on s'aperçoit qu'ils ne possèdent qu'une seule voie au contraire de certaines marques concurrentes comme Altec Lansing... Il faudra en vérifier l'impact sur la qualité sonore. Notez également que la voie centrale est strictement identique aux autres satellites.

Enfin la télécommande est des plus surprenante. En effet, le caisson de basse ne disposant que de réglages très sommaires (volume des basses et interrupteur de niveau d'aigus), on s'attendait à disposer d'une télécommande plus élaborée. Ce n'est pas le cas et cette dernière s'inscrit en fait assez bien dans l'optique de Cambridge Soundworks : le MegaWorks 510D ne se conçoit pas seul, mais bien sûr relié à un ampli ou à un PC capable de tous les réglages souhaitables. Il n'y a donc tout naturellement qu'un unique réglage du volume général sur cette télécommande filaire.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
scroll top