Plextor - Yamaha 16x/10x/40x

0
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
Bien que l'on commence déjà à entendre parler de futurs gaveurs 24X, les ténors du marché affichent pour le moment un très confortable 16X au compteur. A ces vitesses c'est à un combat de japonais auquel on assiste et si Yamaha a été le premier à ouvrir le bal, il a rapidement été rejoint par le concurrent Plextor, si bien qu'aujourd'hui deux modèles se partagent le marché français des graveurs haut de gamme : le CRW2100E et le PX-W1610TA/SW.


0078000000047787-photo-yamaha-logo.jpg

Yamaha CRW2100E

00FA000000047788-photo-yamaha-crw2100e.jpg
Avant de se faire à nouveau rejoindre, Yamaha avait réussi à surprendre tout le monde en sortant très tôt une nouvelle famille de graveurs atteignant le 16X en mode CD-R et le 10X en CD-RW. Le modèle testé ici (le CDRW2100E) utilise l'interface IDE-ATAPI et s’installe donc comme un disque dur IDE, c’est à dire sans qu'il ne soit nécessaire d'ajouter une quelconque carte contrôleur. Cette utilisation de l’interface IDE n’empêche pas le CRW2100E de disposer de caractéristiques que l'on pourrait qualifier d'hors du commun, jugez par vous même : vitesse de gravure 16x, vitesse de gravure sur support réinscriptible 10x, vitesse de lecture 40x, temps d’accès moyen de 160 ms.

Bien sûr, il s’agit des spécifications annoncées par le constructeur et nous ne manquerons pas de les vérifier un peu plus tard dans cet article. Outre ces vitesses impressionnantes, le Yamaha CRW2100E propose des technologies et des fonctionnalités de pointe que nous allons maintenant détailler :

Yamaha a doté son nouveau graveur d'une mémoire cache impressionnante de 8Mo. Il faut dire qu’en proposant une vitesse de gravure de 16x, il était souhaitable de ne pas lésiner sur cette mémoire cache, d'autant que ce CRW2100E ne dispose pas des technologies qui permettent de lutter contre les erreurs de gravure liées aux problèmes de mémoire tampon, technologies plus connues sous les noms de BurnProof (par Sanyo) ou Justlink (par Ricoh).

00FA000000047794-photo-sp-cificit-s-du-yamaha-crw2100e.jpg
Le nouveau graveur Yamaha intègre également une technologie propriétaire baptisée "Pure Phase Laser", qui est destinée à réduire l’interférence de phase du rayon laser pendant le processus de gravure, et qui permet d’améliorer globalement la précision du laser. De fait cela réduit les erreurs pendant la phase de gravure, et améliore la qualité de la gravure en elle-même.

Yamaha a également équipé son nouveau produit du "Running OPC" qui permet d’ajuster au mieux la puissance du laser en fonction du type de CD vierge utilisé. Cette technologie permettrait ainsi de faire l’impasse sur certaines incompatibilités entre les CDs vierges et le graveur. Enfin, les classiques que sont le CD-Text, l’overburning ou les modes de gravures de type Disc-At-Once, Track-At-Once, Packet Writing sont bien évidemment au programme. Avec un tel condensé de technologie, il aurait vraiment été dommage qu'il en soit autrement !


0078000000047789-photo-plextor-logo.jpg

Plextor PX-W1610TA/SW

00FA000000047790-photo-plextor-px-w1610ta.jpg
S'il n'est pas toujours le plus innovant, Plextor est sans conteste le constructeur qui jouit de la meilleure réputation en matière de graveur. Longtemps cantonné aux modèles SCSI dont il est avec Teac l'un des farouches défenseurs, le fabricant japonais a depuis peu amorcé un virage vers l'IDE, au point que ses derniers modèles sortent d'abord à ce format. Il faut dire que le surcoût d'une solution SCSI était d'autant plus préjudiciable à Plextor que ses graveurs sont déjà onéreux.

Le PX-W1610 (on va s'arrêter là !) est donc son dernier modèle disponible en France. Comme l'indique son nom et le but de se comparatif, il permet la gravure des CD-R à la vitesse de 16x, des CD-RW en 10x et la lecture en 40x. Sachez aussi que Plextor annonce un temps d'accès de 140ms. Si cela ne remplace pas un lecteur de CD, c'est tout de même beaucoup mieux que ce qu'offre Yamaha, au moins en théorie. En fait le Plextor est basé sur une mécanique Sanyo et ressemble donc à s'y méprendre au modèle CRD-BP4 de ce dernier.

00B7000000047791-photo-logo-burn-proof.jpg
Plextor a de ce fait surtout misé sur l'innovation pour contrer son compatriote, en proposant un graveur doté de la technologie Burn-Proof toujours de Sanyo. Avant de continuer nous allons détailler un peu cette fameuse technologie dont nous jugerons de l'efficacité un peu plus tard. Lorsque l'on grave des données, elles sont au préalable stockées dans une mémoire que l'on appelle le "buffer", de cette mémoire, elles sont ensuite envoyées vers le graveur et le CD-R. Plus les graveurs sont rapides et plus le "buffer" a besoin d'être alimenté rapidement sous peine de se retrouver avec une magnifique erreur du type "buffer underrun" et un CD aussi intéressant qu'un frisbee.

Jusqu'ici les constructeurs n'avaient d'autre choix que d'augmenter la quantité de mémoire cache embarquée avec le graveur. Avec une mémoire plus importante, il était ainsi possible de "tenir" plus longtemps avant de devoir arrêter la gravure. Ce genre de problème bloquaient complètement l'utilisateur pendant sa gravure qui ne pouvait travailler sur un autre logiciel susceptible d'accaparer les précieuses ressources systèmes.

Récemment Ricoh et Sanyo ont chacun présenté une technologie capable de palier à ce problème, ce sont les fameux Justlink et Burn Proof. Sans entrer dans les détails, on peut dire qu'elles fonctionnent selon le même principe et permettent de "mettre en veille" la gravure si le flux des données est interrompu, pour la reprendre une fois que celui-ci sera rétabli. Cette technologie a en plus l'avantage de permettre une certaine économie sur la mémoire intégrée aux graveurs, le Plextor paraît de ce fait un peu ridicule avec seulement 2Mo quand le Yamaha en propose 8.

00FA000000047795-photo-sp-cificit-s-du-plextor-px-w1610ta.jpg
Mis à part ce Burn-Proof, le graveur Plextor est plus que classique. Il supporte bien sûr toutes les technologies actuelles : CD-Text, overburning, Disc-At-Once, Track-At-Once et Packet Writing. Il est aussi reconnu par la plupart des logiciels de gravure, même le très difficile Clone-CD en a bien voulu !

Doté de caractéristiques absolument renversantes, le PX-W1610 affiche un prix à la hauteur et ne devrait pas être disponible à moins de 2100 francs en version OEM. C'est un sacré handicap dans sa confrontation avec le modèle de Yamaha qui lui se négocie à moins de 1700 francs. Reste à voir si la conception du graveur de Plextor justifie un tel écart de prix...Les choses intéressantes commencent ! Sur le papier les performances de ces deux graveurs sont assez hallucinantes, imaginez un CD gravé en moins de 6 minutes... Ca laisse rêveur ! Mais avant de féliciter les deux constructeurs, il convient tout de même quelques vérifications, car à des vitesses pareilles il n'est pas évident que la qualité soit encore au rendez-vous.


Mises en garde

012C000000046457-photo-traxdata-cdrw-10x.jpg
Avant de nous lancer dans les tests, il convient toutefois de faire quelques remarques concernant justement ces gravures à très haute vitesse. Il y a effectivement quelques restrictions qu'il convient de connaître.

  • En ce qui concerne la vitesse de gravure en mode CD-R, sachez qu’elle ne monte pas à 16x pendant toute la phase de gravure. Le Yamaha CRW2100E utilisant une technologie de type CAV partielle, la gravure ne s’effectue qu’à la vitesse de 12x sur les parties internes du CD-R (mode CLV) puis au fur et à mesure que le laser se rapproche des parties externes du CD la vitesse de gravure augmente progressivement vers la vitesse maximale de 16x (mode CAV). Pendant que la gravure en 12x s’effectue sur les parties internes le graveur contrôle le type de CD-R utilisé et pourra alors rester à la vitesse de 12x si le média n’est pas adapté à la vitesse de gravure 16x. Le Plextor n'utilisant pas cette "supercherie", il devrait théoriquement avoir de meilleurs performances en gravure 16x. Nous tacherons de le vérifier pendant les tests.

  • Pour ce qui est de la vitesse de gravure 10x avec les CD réinscriptibles (CD-RW), sachez que le Yamaha ne peut l'atteindre qu’en mode "Packet-Writing", dans les autres modes de gravure (Disc At Once ou Track At Once) il faudra se contenter d’une vitesse maximale de 8x. Il est toutefois important de noter que la gravure de CD-RW, que ce soit en 8x ou en 10x, nécessite un nouveau type de CD-RW vierges baptisés "CD-RW High Speed". L'utilisation de CD-RW classique limitera automatiquement la vitesse de gravure maximale à 4x.

    Compatiblité

    Au moins ce n'est pas ici qu'il y aura des jaloux puisqu'ils sont tout deux reconnus pas les plus grands logiciels du marché. Il a ainsi été possible de graver des CDs avec CD-R Win (v3.8D), CloneCD (v2.8.4.3), Easy CD Creator (v4.02), Nero Burning Rom (v5.0.4.4) et WinOnCD (v3.8). Il est d'ailleurs intéressant de noter que les deux graveurs ont permis de graver des CDs protégés par SafeDisc grâce à Clone CD et son mode DAO.

    0096000000047780-photo-yamaha-crw2100e-et-clonecd.jpg
    0096000000047781-photo-plextor-px-w1610-et-clonecd.jpg

    Cliquez sur les images pour agrandir

    Une remarque importante toutefois pour ceux qui seraient tenté par le Yamaha. Il faut bien vérifier que le firmware de celui-ci soit en version 1.0H pour être reconnu par CloneCD. En revanche pour le Plextor aucun problème et de toute façon il n'existe pas encore de mise à jour firmware pour ce modèle !


    Performances en gravure

    Pour comparer la qualité de gravure des deux concurrents, nous avons utilisé différentes marques de CDs et nous avons essayé de les faire passer au maximum qu'autorise les graveurs : le 16x. A cette vitesse ce n'est pas moins de 2400ko/s qui sont transférés ! Les marques que nous avons utilisé sont les suivantes : TDK, Memorex, Mitsui, Fujifilm et des sans-marques. Aussi étonnants que cela puisse paraître aucun de ces CDs n'a provoqué d'erreur de gravure et surtout tous ont pu l'être en 16x, cela sur les deux graveurs ! Il n'y a vraiment pas à se plaindre de ce côté-là.

    018C000000047796-photo-gravure.jpg

    Les tests ont montré une légère supériorité du Plextor dans tout les cas de figure. Mais cette domination n'est pas vraiment significative... On n'est quand même pas à 15 secondes quand on grave en moins de 6 minutes. En revanche le Plextor fait mieux dans la gravure de CD-RW. Les tests ne le montrent pas car ils ont été effectués en mode "Packet Writing" et ont donc permi au Yamaha de faire jeu égal (10x). Mais ce dernier ne peut graver en 10x que dans ce mode là, ce qui n'est pas le cas du PX-W1610.

    Une dernière remarque pour en finir avec la gravure. Nos deux compétiteurs ne sont pas égalité devant l'initialisation d'un CD-RW. En effet sous Nero, il a été impossible de dépasser le 8x avec le Yamaha alors que le média était bel et bien certifié 10x (un coup du "Packet Writing" ?). Le Plextor, lui n'a pas fait de chichis et a effectué cette opération à 10x en 47 secondes contre 69 pour le Yamaha.

    0096000000047782-photo-vitesse-d-effacement-yamaha-crw2100e.jpg
    0096000000047783-photo-vitesse-d-effacement-plextor-px-w1610.jpg

    Cliquez sur les images pour agrandir

    Performances en lecture

    Bien qu'il ne soit que très rarement amené à remplacer le lecteur de CD-ROM, il est intéressant d'avoir un graveur qui sache se comporter convenablement pendant la lecture de CDs. En effet, ils sont souvent bien meilleurs en ce qui concerne la correction d'erreur et eux-seuls permettent de contourner certaines protections. Afin de les mettre sur un pied d'égalité, nous avons bien sûr effectué les tests avec les mêmes logiciels et une configuration identique dont voici le détail :
    - Duron 800@1000
    - Abit KT7
    - 384Mo RAM PC133
    - 45Go 7200t/mn.
    - Windows 98SE

    Les logiciels de test n'ont de rien de révolutionnaires, ce sont donc les classiques mais efficaces CD Speed 99 et CDDAE 99 que nous avons utilisés. Le premier sert à évaluer à peu près tout ce qu'il est possible de mesurer en matière de lecture CD (temps d'accès, occupation CPU, transfert...) alors que le second est plus spécifiquement dédié à l'extraction audio. Il donne de ce fait une bonne idée de la vitesse des ces graveurs dans ces conditions. Attention toutefois à bien prendre l'ensemble des pistes du CD Audio afin d'avoir une vue plus précise des choses. De même il convient de choisir un CD de longue durée pour que les tests soient plus démonstratifs. Nous avons choisi le CD Audio "No Quarter" de Jimmy Page et Robert Plant, qui en plus d'être de qualité (bien subjectif tout çà !), à l'avantage de faire plus de 79 minutes.

    00C8000000047784-photo-cd-speed-yamaha-crw2100e.jpg
    00C8000000047785-photo-cd-speed-plextor-px-w1610.jpg

    Cliquez sur les images pour agrandir

    Les fiches CD Speed des deux graveurs parlent d'elles-mêmes et il faut vraiment en vouloir pour mettre en évidence un quelconque vainqueur ! Attention toutefois à ne pas se laisser abuser pas le taux d'occupation du Plextor en mode 1x. Le test a été fait seul et alors le pourcentage est retombé à une valeur plus normale de 2%. Il doit sans doute s'agir d'un petit bug des tests complets en relation avec le bench précédent. De même si le Yamaha donne l'impression de s'effondrer après 74 minutes, cela n'influe que très peu sur les performances générales et n'a pas été relevé sur tout les CDs.

    A noter, pour ceux qui souhaitent comparer les performances avec leur matériel sous CD Speed, la possibilité de télécharger nos résultats sous la forme de fichiers .dat en cliquant ici pour le Yamaha et pour le Plextor.

    0191000000047786-photo-extraction-audio.jpg

    En ce qui concerne l'extraction audio, la seule conclusion qui s'impose est : ça va vite ! En effet les performances sont absolument remarquables dans un cas comme dans l'autre. On dépasse les 35x en fin de CD ! Vraiment il y a de quoi être satisfait avec en plus une moyenne supérieure à 25x. La qualité des morceaux ainsi récupérés est d'ailleurs parfaite. Alors bien sûr le Plextor semble légèrement au-dessus mais avouons qu'il n'y a pas de quoi pavoiser. En revanche là où la différence est plus nette dans un domaine plus délicat à montrer par le Web : le bruit. C'est lors de l'extraction audio qu'on s'en rend le plus compte : le Yamaha fait un vrombissement à réveiller les morts ! Non que le Plextor soit un modèle de silence mais sa rotation se fait tout de même beaucoup plus discrète.

    Finissons sur un défaut commun aux deux graveurs afin de ne pas faire de jaloux ! Si sur le papier le PX-W1610 dispose d'un temps d'accès inférieur au CRW2100E, dans la pratique c'est à peine visible et tout deux sont désespérants de lenteurs comparés à un lecteur de CD. Bien sûr ils n'ont pas vocation à remplacer ce dernier, mais comme un constructeur a déjà fait la preuve qu'un graveur peut avoir un bon temps d'accès (Teac pour ne pas le nommer), on devient plus exigeant !


    Conclusion

    Finalement on voit que ces deux graveurs sont vraiment au coude à coude. S'ils méritent tout deux notre sélection Clubic, le Yamaha peut cependant faire valoir un avantage qui bien souvent est décisif : le prix. On l'a déjà dit, mais il est vendu environ 500 francs moins cher que son concurrent, à 1600 francs contre 2100 francs pour les versions OEM (sans boîte). Dès lors il peut sembler facile de conclure : à performances quasiment identique, le Yamaha l'emporte largement grâce au tarif pratiqué. Et pourtant je me garderais bien d'écrire une telle phrase (mais non, je ne l'ai pas fait... C'était pour l'exemple !). Les petits plus du Plextor finissent par lui donner un avantage certain même s'il n'a rien à voir avec les performances. Il reconnaît plus rapidement les CDs qu'on lui donne, est un peu meilleur en lecture mais fait surtout beaucoup moins de bruit.

    Maintenant vous avez à peu près tout les outils pour faire votre choix entre ces deux champions de vitesse, mais quel qu'il soit je suis certain que vous ne le regretterez pas !
  • Haut de page