WannaCry : une attaque de la Corée du Nord ?

16 mai 2017 à 09h17
0
Le vendredi 12 mai 2017, le monde a été frappé par ce qui est, à ce jour, la plus grosse attaque informatique par ransomware jamais identifiée. Plus de 200.000 ordinateurs infectés dans plus de 150 pays et une technique inédite : l'utilisation d'une faille Windows dévoilée par les hackers Shadow Brokers et qui était utilisée par la NSA.

Alors que les spécialistes en sécurité informatique ont réussi à freiner la propagation du malware, qui ciblait essentiellement Windows XP et des versions non à jour des OS plus récents de Microsoft, on commence à chercher les coupables.

Les hackers nord-coréens Lazarus Group suspectés

Selon Reuters, qui a contacté sous réserve d'anonymat plusieurs représentants des autorités américaines et européennes en charge du dossier, il n'est pas encore sûr que la Corée du Nord soit responsable de l'attaque WannaCry, mais elle est un suspect. En particulier, les hackers du collectif nord-coréens Lazarus Group pourraient avoir joué un rôle dans le développement du malware.

Les deux firmes spécialisées dans la sécurité informatique Symantec et Kaspersky Lab auraient en effet identifié des indices reliant WannaCry et un malware utilisé par Lazarus Group, selon leurs déclarations de lundi 15 mai 2017. Mais les preuves ne sont pas suffisantes : on sait que les hackers tendent à copier-coller des morceaux de code de malwares existants pour créer les leurs. L'analyse du malware n'a donc, 4 jours après l'attaque, pas encore dévoilé les responsables.

01F4000008702134-photo-logo-turbo-1280-piratage.jpg


WannaCry : une menace encore active

Si les pirates derrière l'attaque WannaCry restent inconnus et que toutes les pistes sont étudiées, l'attaque est encore en cours. La première version de WannaCry a été bloquée par un Britannique de 22 ans qui a enregistré un nom de domaine utilisé par le malware, mais de nouvelles versions sont apparues et sont toujours en cours de propagation.

L'attaque a fait entre 200.000 et 300.000 victimes, bien que seulement quelques centaines de personnes aient payé les 300 à 600 dollars réclamés par le ransomware pour débloquer les données. Les pirates ont récolté moins de 50.000 dollars, mais ont démontré leur capacité à utiliser les outils d'espionnage de la NSA lorsqu'ils sont dévoilés sur Internet, ce qui inquiète désormais tous les spécialistes en sécurité informatique.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
The Mandalorian : que vaut le premier épisode de la série TV Star Wars ?
Selon Bloomberg, un MacBook 16

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top