WannaCry : à 22 ans, il stoppe l’attaque en achetant un nom de domaine

15 mai 2017 à 10h50
0
Le monde a été frappé, vendredi 12 mai 2017, par la plus grosse attaque de ransomware de l'Histoire. Une attaque qui a fait quelque 200.000 victimes en quelques jours et qui a utilisé des failles majeures présentes dans Windows et déjà exploitées par la NSA pour espionner de cibles. Un (ou une) jeune britannique de 22 ans aurait réussi à freiner la propagation du virus, avec une technique un peu originale.

Si Europol s'attend à de nouvelles alertes d'infections par WannaCry, le ransomware utilisé par les pirates, la solution de @malwaretechblog pourrait avoir sauvé des millions d'ordinateurs dans le monde.

Un nom de domaine non enregistré par lequel tout passait

La solution a été trouvée un peu par hasard par @malwaretechblog, ce jeune de 22 ans dont on ne connaît pas l'identité. Son anonymat est voulu et assumé : il estime que ça ne servirait à rien d'autre qu'à lui rendre la vie compliquée, alors qu'il est sollicité par les médias du monde entier du fait de sa prouesse. Il faut dire que ce n'est pas tous les jours qu'on arrête une attaque informatique d'une telle envergure.

En analysant le code source du ransomware, il a découvert que celui-ci contenait une URL étonnante, composée d'une suite de lettres bizarres. Or, une partie du travail quotidien de ce spécialiste est justement l'enregistrement de noms de domaines absurdes (la plupart du temps une suite de lettres et chiffres sans aucun sens) utilisés par les malwares. C'est à un autre spécialiste que l'on doit l'explication : le virus contenait une étape de vérification avec cette URL. Si le nom de domaine n'était pas enregistré, le virus continuait à s'installer et se propager ... mais s'il l'était, le virus s'arrêtait net.




Enregistrer le nom de domaine a mis fin à la propagation, pour l'instant

@malwaretechblog a donc enregistré au nom de son entreprise le nom de domaine en question, une pratique qu'il fait des milliers de fois par an. Il ne s'attendait pas à ce que ce soit la solution au problème, du moins en partie. Darien Huss, de chez ProofPoint, a confirmé sur Twitter que le ransomware était désactivé depuis que le nom de domaine avait été enregistré.

@malwaretechblog a mené ses propres tests pour confirmer que c'était bien son action qui avait, semble-t-il, mis un terme à l'infection. C'était le cas.

Naturellement, d'autres spécialistes se sont penchés sur la question et le risque d'infection n'est pas du tout écarté : de nouvelles versions de WannaCry actives ont déjà été identifiées.

Microsoft, de son côté, a publié un correctif de sécurité au lendemain de la fuite, sur Internet, de la faille utilisée par la NSA, mais pas pour Windows XP. Or, de nombreuses entreprises, les principales cibles de cette attaque, utilisent encore Windows XP. Certaines ayant des OS plus récents ont été touchées, car elles n'avaient pas mis à jour à temps leur logiciel.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...
SpaceX : plutôt 42 000 satellites pour Starlink ?

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top