WannaCry : quand les pirates utilisent les outils de la NSA

15 mai 2017 à 09h26
0
Des pirates informatiques non encore identifiés ont réussi, vendredi 12 mai 2017, a réaliser ce qui semble être la plus grosse attaque par ransomware (« rançongiciel » en français) de l'Histoire d'Internet. Une attaque qui a ciblé les ordinateurs de plus de 150 pays, selon Europol, et qui a fait plus de 200.000 victimes en quelques heures.

Le directeur d'Europol, l'office européen de police, s'inquiète même du fait que l'attaque pourrait faire de nouvelles victimes cette semaine du 15 mai 2017 et en particulier le lundi, avec la fin du week-end. Mais selon certains spécialistes en sécurité informatique, sa propagation aurait été stoppée.

Wannacry : un ransomware couplé d'un ver informatique



Le ransomware WannaCry (littéralement "tu veux pleurer" en anglais) est connu par les spécialistes en cybersécurité. Il prend également le nom de WanaCryptor ou Wcry. Son but est simple : il s'installe sur l'ordinateur de la victime via un malware, puis chiffre les données de l'ordinateur infecté, le rendant inutilisable. Le moyen le plus simple de s'en sortir est de payer les pirates, via la crypto-monnaie Bitcoins.

Lors de cette attaque, toutefois, le ransomware a été couplé avec un ver informatique. Ce dernier exploite une faille de Windows découverte par la NSA, l'agence de sécurité américaine. Cette faille a été dévoilée au grand jour par le groupe de pirates Shadow Brockers et s'appelle "EternalBlue" ; les pirates à l'origine de l'attaque WannaCry ont donc amélioré le ransomware pour qu'il puisse, par cette faille, infecter d'autres ordinateurs.

01F4000008374556-photo-piratage-ban.jpg


200.000 victimes en quelques heures dans plus de 150 pays



En exploitant la faille EternalBlue, les pirates ont fait en sorte que le ransomware se propage à une vitesse inégalée. En quelques heures, les ordinateurs touchés se comptaient en centaines de milliers, notamment car le virus visait des entreprises. Les hôpitaux de Londres, la Deutsche Bahn (les autoroutes allemandes), Renault ou encore le transporteur américain Fedex, pour ne citer que quelques victimes, ont été touchés.

Il semblerait, toutefois, que les pirates n'aient pas totalement réussi leur coup : malgré l'infection de plus de 200.000 ordinateurs dans le monde et une rançon comprise entre 300 et 600 dollars, ils n'auraient touché, selon le spécialiste de la sécurité Radware, que 30.000 dollars en bitcoins. Seulement une centaine de victimes auraient payé.

Ça paraît logique : les experts en sécurité estiment toujours qu'il ne faut pas payer les pirates. Payer la rançon ne garantit pas le déblocage de l'ordinateur et, surtout, ne permet pas de savoir si l'infection n'est pas toujours présente dans le système.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Apple annonce les iPhone 11 et iPhone 11 Pro : de nouveaux modèles en panne d’inspiration
En fait, le bouton X de la manette PlayStation... se prononce
Salon de Francfort - Volkswagen ID.3, la très attendue compacte électrique de VW, est là !
Le paiement sur Internet s'arme d'un nouveau système antifraude fonctionnel dès demain
Thierry Bolloré prédit une Renault électrique à moins de 10 000€ dans 5 ans
Apple Watch Series 5 : la montre connectée se dote d’un écran always-on
Les ventes d’appareils photo atteignent un niveau historiquement bas
Un ordinateur vendu sur cinq est un PC gamer
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
Uber s'enfonce (un peu plus) dans l'incertitude et licencie plus de 400 employés

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top