Le ransomware Clop serait à l'origine de la cyberattaque du CHU de Rouen : les détails de l'ANSSI

28 novembre 2019 à 13h43
0
ransomware-rançongiciel.jpg
© Pixabay

Clop, le rançongiciel, a été identifié par les services français au début de l'année. Il est principalement distribué sous forme d'une campagne d'hameçonnage, comme ce fut visiblement le cas pour le centre hospitalier normand.

L'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) a présenté, le 22 novembre, un court rapport consacré au ransomware Clop, un code malveillant qui chiffre les documents présents sur les systèmes d'information et y ajoute les extensions « .CIop » ou « .Clop ». L'Agence s'est aperçue que le chiffrement des postes de travail était précédé d'actions manuelles de l'attaquant, au sein du réseau victime. Une phase qui dure plusieurs jours et qui, surtout, pourrait théoriquement permettre la détection de l'attaque avant l'installation du rançongiciel.

L'ANSSI avait repéré Clop au mois de février

Clop fut observé pour la première fois en février 2019. L'ANSSI nous dit de lui qu'il est une variante des rançongiciels CryptoMix, et qu'il est généralement distribué via des campagnes d'hameçonnage plutôt massives. Ne pouvant se propager automatiquement, les hackers cherchent d'abord à se propager au sein du réseau de la victime, grâce à des codes malveillants. L'objectif des attaquants est alors d'acquérir les droits d'administration réseau, pour ensuite déployer du code de chiffrement à plus grande échelle.


De façon astucieuse, le ransomware est déployé en début ou veille de week-end, à un moment où les équipes de sécurité sont forcément moins réactives. Clop bénéficie par ailleurs d'une fonction de suppression des copies cachées Windows, la fameuse fonction Volume Shadow copies.

TA505, le groupe de cybercriminels qui se cache derrière Clop

Plusieurs indices rattachent Clop au groupe TA505. Par exemple, une souche du rançongiciel a été signée avec le même certificat qu'une souche de FlawedAmmyy, un cheval de Troie associé au groupe de hackers. Un lien similaire a également été identifié en Corée du Sud.

Le groupe TA505, actif depuis 2014, utilise des techniques de plus en plus sophistiquées et s'attaque aux secteurs de la finance, de la distribution ainsi qu'aux institutions gouvernementales. Depuis 2019, il a élargi son champ d'action aux secteurs de l'aviation, de l'énergie, de la recherche et... de la santé, comme peut en témoigner le CHU de Rouen.


Ce qui intéresse TA505, c'est l'argent. Le groupe, actif dans le monde entier (États-Unis, Grèce, Singapour, Émirats Arabes unis, Suède, Géorgie etc.) a même récemment chercher à monétiser de la propriété intellectuelle volée dans le cadre de ses activités cybercriminelles, soit via des trojans bancaires, soit grâce à des rançongiciels. « Afin d'éviter autant que possible le déclenchement de la charge de chiffrement, un durcissement du poste de travail doit être effectué (contrôle d'exécution de fichier, outils d'analyse comportementale) », préconise l'ANSSI comme principale recommandation.



Source : ANSSI
Modifié le 28/11/2019 à 14h37
25
13
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Contrôle technique : le CNPA alerte sur d'importants retards en 2019
Malgré l’essor des voitures électriques, les constructeurs pourraient supprimer 80 000 postes

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top