Les fraudes et les vols dans la finance décentralisée ont explosé en 2021

Vincent Touveneau
Cryptomonnaies
24 novembre 2021 à 19h30
8
cybercrime

L’année 2021 a encore été une année de records dans la galaxie crypto . Alors que l’on se familiarise rapidement avec les applications décentralisées (dApps), cette manne financière intéresse déjà les hackers.

En effet, les vols de devises numériques ont progressé de façon exponentielle. Alors que les pertes liées au piratage s’élevaient à 1,5 milliards de dollars en 2020, nous sommes plus proches de 10 milliards à la fin 2021. Les agents de la Financial Action Task Force ont remarqué que le blanchiment d’argent prospère sur les applications décentralisées et que certaines blockchains sont plus vulnérables que d’autres.

La blockchain Ethereum et Binance prises pour cibles

À l’origine des failles de sécurité, c’est souvent l’erreur humaine qui prime. Comme l’indique Tom Robinson de la société Elliptic, « les applications décentralisées sont conçues pour éliminer l'accès et le contrôle par une partie tierce, mais vous devez avoir confiance dans le fait que les codeurs n’ont pas commis d’erreurs de protocoles ».

Entre l’essor fulgurant des NFT et des applications décentralisées, l’année 2021 aura vu des innovations technologiques importantes. Début 2021, les dApps représentaient 22 milliards en volume échangé. En novembre 2021, ces sommes atteignent les 260 milliards de dollars.

Le revers de la médaille est que le nombre de vols et le blanchiment d’argent a explosé dans ces écosystèmes. Les applications de la blockchain Ethereum prennent la première place, avec 8,6 milliards de dollars dérobés cette année. Deuxième au classement, la Binance Smart Chain essuie des pertes de plus de 2,5 milliards de dollars. Les récents hacks géants d’exchange comme KuCoin ne font que renforcer cette tendance.

Un besoin accru de nouvelles régulations

Comme tous les domaines technologiques récents, les bases juridiques de la régulation des dApps ne sont pas encore clairement définies. Selon la Financial Action Task Force, les applications décentralisées ne sont pas des fournisseurs de services financiers agréées. Ainsi, elles devront passer plus d’examens pour être régulées et garantir des remboursements contre les pertes subies par leurs utilisateurs.

Pour l’instant, de nombreux hackers passent par les dApps pour blanchir de l’argent gagné de façon malhonnête. Ils sont particulièrement efficaces pour identifier les failles de sécurité d’un écosystème crypto. C’est une tendance notable sur les marchés asiatiques, avec des villes comme Hong Kong ou Singapour, très touchées par les crimes financiers.

Source : Forkast

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
8
norwy
Les fraudes dans la finance en général, non ?<br /> La blockchain et les cryptos n’est qu’un nouveau nid à pigeons à dépouiller, parce que c’est la mode d’y mettre ses sousous, malheureusement…
Gweegoo
« les applications décentralisées ne sont pas des fournisseurs de services financiers agréées »<br /> C’est un peu un pb entre l’œuf et la poule, non? D’un côté on ne veut pas « officialiser » les monnaies numériques et de l’autre on se plaint que des sociétés technologiques ne soient pas des institutions financières.
carinae
Ben non …ce n’est pas une plainte… c’est un fait. Ce sont des institutions financières auto proclamées et sans réel accord avec les états et les marchés financiers…,sauf au Salvador
Gweegoo
Par « plainte », je faisais référence au fait que les sociétés en question n’aient pas les mêmes exigences qu’une institution financière. (Car elles n’en ont pas l’obligation).<br /> Et pourtant il me semble qu’une institution financière est définie légalement comme facilitant le mouvement d’argent (ex: VISA, Mastercard). Une banque quand à elle est définie comme ayant une activité de stocker l’argent (par un compte).<br /> Comme dit, si les cryptos ne sont pas considérées comme de l’argent, difficile de considérer les sociétés crypto comme institutions financières ou plus.<br /> Mais je me pose encore la question comment les Apple et Google Wallets parviennent à échapper à la réglementation financière. En son temps, PayPal avait été obligé de prendre officiellement le statut de banque.
Blackalf
@stefr message supprimé pour le motif message non constructif.
Zimt
Il en faut toujours un peu de temps avant un crack mondial…
pecore
Avec toute la foultitudes de blockchains proposant des services de finance décentralisée, la sécurité du protocole sera sans doute l’un des critères qui permettrons à certaines de prévaloir. Ça m’em…bête de le dire mais ici les hackers font office de sélection naturelle.
SPH
Il y a de plus en plus de commentaires sur les crypto où l’auteur affirme savoir tout ce qui concerne les rouages de la blockchain.<br /> A chaque fois, ça me pique les yeux…
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Omicron, le nouveau variant du COVID inspire les investisseurs : le cours de la crypto-monnaie Omicron décolle
Venus massivement de Chine, les cryptomineurs posent un gros problème au Kazakhstan
Au Japon, un consortium se prépare à lancer une crypto-monnaie adossée au Yen en 2022
Après Pokemon GO, Niantic a confié à Fold le développement d'un jeu permettant de capturer des Bitcoins dans le metaverse
Le crypto-wallet Exodus se lance dans les paris sportifs
Le Salvador veut construire la première
La Suède demande à l’Europe de bannir le bitcoin au nom du Pacte de Paris pour l’environnement
Le manuscrit du
Secretum : une nouvelle messagerie décentralisée qui supporte le trading in-app
Lydia permet désormais de stocker et trader des crypto-monnaies sur son app
Haut de page