NSO, l'éditeur du spyware Pegasus, recentre son marché sur les pays membres de l'OTAN

22 août 2022 à 14h40
3
Pegasus

L'entreprise à l'origine du célèbre logiciel espion Pegasus va également se réorganiser avec le départ de son dirigeant.

Après le scandale né de l'utilisation du logiciel Pegasus sur les smartphones de plusieurs dirigeants internationaux, l'entreprise israélienne semble confrontée à de nombreuses difficultés.

Cent employés sur le départ, ainsi que le P-.D.G. de la société

C'est dans un mémo que NSO Group a annoncé aujourd'hui une réorganisation d'ampleur qui passe par la démission de Shalev Hulio, co-fondateur et dirigeant de l'entreprise. Ce départ avec effet immédiat entraîne la nomination de Yaron Shohat, directeur des opérations de l'entreprise, en tant que P.-D.G. par intérim.

Le conseil d'administration de la société va très prochainement étudier plusieurs candidatures pour trouver un remplaçant à M. Hulio. En 2021 déjà, un nouveau P.-D.G. avait été nommé mais Isaac Benbenisti n'avait tenu que quinze jours avant de rapidement démissionner.

NSO Group va également se réorganiser, ce qui implique le licenciement prochain d'une centaine d'employés, soit 15 % de sa masse salariale, afin de limiter ses coûts.

NSO Group veut limiter le nombre de ses clients pour s'attirer les bonnes grâces du gouvernement américain

Désormais dégagé de la gestion quotidienne de NSO Group, Shalev Hulio ne devrait toutefois pas prendre de vacances mais se mettre en quête d'un acquéreur pour sa société. Il y a quelques semaines, on apprenait en effet que NSO Group avait tenté de vendre son logiciel espion à des sociétés classées « à risque » afin d'éponger des dettes importantes et de renflouer les caisses. Un rachat serait aujourd'hui la seule option viable pour maintenir l'activité de l'entreprise.

M.Hulio devrait également s'employer à convaincre le gouvernement américain de retirer NSO Group de sa liste noire afin de pouvoir de nouveau travailler avec des entreprises et des organisations aux États-Unis.

NSO Group annonce enfin vouloir affiner sa liste de clients et s'éviter d'autres scandales en ne travaillant qu'avec des pays membres de l'OTAN. Auparavant, l'entreprise était moins regardante sur le pédigrée de ses clients, ce qui a conduit à l'espionnage des smartphones d'activistes, de journalistes ou même de dirigeants de premier plan par des puissances étrangères.

Source : The Register

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
gothax
Ils sont tellement fauxcul qu’ils vont ajouter un drapeau ukrainien et des bébés chats dans leur logo bientôt ?!?<br /> Édit : les turcs et les polonais sont dans l’OTAN … Ça fait rêver!
Zakalwe
Le pdg dégage : NSO vient de donner à la Pomme le correctif du 19 août (que j’ai eu aussi sur mon 6s) qui concerne tous les produits à la Pomme pour contrer Pegasus. Il n’y aura donc pas de poursuite. Y’en a qui ont plus de droits que d’autres. Imagine-t-on une boîte Fr. dans le même cas, elle n’existerait plus.
cid1
C’est ce que je me suis dit, alors ils vendent leur logiciel espion à qui en a les moyens, et puis ils reviennent la tête enfarinée, donnant leur anti-Pegasus et pas de poursuites judiciaires!!! Si moi je fait ça je valse en prison pour 200 ans, sans possibilité de remise de peine, ils devraient au moins rembourser les victimes…
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Encore plus de pub sur Instagram, surtout là où vous n'en vouliez pas
Piratage : Google a reçu plus de 6 milliards de demandes de retrait
Une TV OLED à ce prix là, c'est une offre à ne pas louper en vue du mondial !
Stadia : des fans cherchent des solutions pour sauver les manettes, et Google ?
La modération de Facebook face à un dilemme en Iran
Le mois de la cybersécurité se place sous les meilleurs auspices avec Bitdefender Total Security
Clubic recherche un(e) responsable guides d'achat
Ce superbe casque Sony à réduction de bruit est à prix cassé ici !
Achetez le smartphone Motorola Edge 30 Neo et recevez 50 € + un assistant vocal
Nest Doorbell : la nouvelle sonnette connectée de Google est pleine de bonnes idées
Haut de page