FujiFilm vient-il de signer le compact « ultime » ?

le jeudi 24 janvier 2008
C'est une annonce pour le moins ambitieuse que vient d'effectuer FujiFilm en cette période de pré-PMA. D'ordinaire plutôt modeste dans sa communication, voilà le constructeur qui nous annonce rien moins que le compact ultime.

Que possède donc le F100fd pour mériter ce qualificatif, qui au sens strict désigne le dernier dans le temps mais dont la signification a peu à peu glissé jusqu'à vouloir signifier « suprême » ? Rien moins que toutes ces caractéristiques précieuses à la vue desquelles on se réjouit et dont à l'inverse on ne manque pas de déplorer l'absence à haute et intelligible voix. Un petit exploit technologique donc, mais surtout de jolies concessions sur le marketing qui s'alimente généralement de ces petits oublis volontaires qui font que l'on touche toujours du doigt l'appareil idéal sans jamais l'atteindre.

00fa000000770168-photo-fujifilm-finepix-f100fd.jpg
00fa000000770166-photo-fujifilm-finepix-f100fd.jpg

97,7 x 58,9 x 23,4 mm pour 153 grammes


Ces caractéristiques, les voici :
  • un dispositif de stabilisation par le capteur qui compense les bougés infligés par le photographe à l'appareil ;
  • un objectif grand-angle qui autorise la prise de vue en espaces confinés ;
  • un zoom de bonne amplitude qui permet d'aller chercher des détails à distance ;
  • une plage dynamique qui a été étendue de 400% de façon à pouvoir enregistrer des contrastes toujours plus importants, des très hautes lumières jusqu'aux ombres profondes ;
  • des modes avancés qui permettent de régler manuellement la vitesse et l'ouverture.
A ces caractéristiques vient s'ajouter la présence du capteur Super CCD que l'on a découvert sur le F10 et qui en est à présent à sa 8e génération. Associé au processeur RP III, c'est lui qui est depuis plusieurs saisons maintenant (F10, F11, F30... jusqu'au récent F50fd) le gage d'une gestion du bruit encore inégalée qui a fait la réputation de la marque. Ce F100fd bénéficie également de la fonction de détection des visages inaugurée sur le F31fd et depuis améliorée pour s'activer en moins de 0,037 seconde et permettre le repérage de visages de profil. Le F100fd est ainsi capable de repérer jusqu'à dix visages et d'optimiser sur eux la mise au point, l'exposition et la balance des blancs.

Que pourrait-on lui demander de plus ? Laissons pour cela la parole aux puristes :
  • un dispositif de stabilisation présent au niveau de l'optique et non du capteur pour un gain encore plus important en vitesse et pour bénéficier d'une image stabilisée sur l'écran ;
  • l'absence de viseur qui peut se montrer utile lorsque l'écran arrière est rendu illisible par une forte luminosité ambiante ;
  • une poignée mieux dessinée, synonyme de meilleure prise en main ;
  • un écran orientable si pratique pour réaliser des prises de vue atypiques.
Sans jouer à ce notre tour les puristes mais sans non plus totalement emboîter le pas à Fuji dans l'utilisation de ce qualificatif d'ultime, nous conclurons en disant que ce F100fd vient surtout tenir lieu de nouveau standard auxquel les autres constructeurs se devront de donner une réponse tôt ou tard.

Voici les principales spécifications du F100fd :
  • Capteur : Super CCD HR VIII 1/1,6'' de 12 millions de pixels
  • Objectif : 5 x équivalent à un 28-140 mm
  • Écran : LCD de 2,7" de 230 000 pixels
  • Sensibilité : de 64 à 3 200 Iso (et jusqu'à 12 800 Iso en 3 MP)
  • Vitesse d'obturation : de 4 à 1/1 500 s
  • Support d'enregistrement : cartes xD, SD et SDHC
  • Alimentation : batterie Ion Lithium
  • Vidéo : AVI Motion Jpeg avec son mono en 640 x 480 ou 320 x 240 à 30 i/s
Le FujiFilm F100fd sera disponible en avril et proposé au prix de 369 euros. Et nous finirons sur une question : peut-on d'ores et déjà taxer de mauvaise foi ceux qui, informés de l'existence de ce F100fd, se tourneront malgré tout vers un autre modèle ?
Modifié le 01/06/2018 à 15h36