Intel détaille l'architecture Ivy Bridge

0
C'était l'une des sessions techniques les plus attendues de la journée. C'est dans une salle comble que les ingénieurs et architectes d'Intel ont présenté en détails les changements apportés par Ivy-Bridge, l'évolution de la micro-architecture Sandy-Bridge. Attendue pour 2012, l'architecture Ivy Bridge est en effet un tick selon le double cadencement d'Intel, où le tick inaugure une architecture légèrement améliorée sur un tout nouveau procédé de fabrication avec une finesse de gravure supérieure, quand le tock consiste à proposer sur le même procédé de gravure une toute nouvelle micro-architecture.

Tick oblige, Ivy Bridge profitera logiquement d'une finesse de gravure de 22nm pour toute la puce. Jusque là pas de surprise. Précisons au passage que Ivy Bridge est rétro-compatible avec le Socket LGA-1155 et donc avec les cartes mères Sandy Bridge actuelles. Du côté de la partie processeur, on retrouve un agencement très similaire à celui que l'on connaît pour Sandy Bridge avec des coeurs d'exécution au nombre de quatre dans la version standard de la puce et une interconnexion par un ring bus des différents éléments de la puce, y compris les blocs de mémoire cache. En ce qui concerne les nouveautés du côté de l'architecture processeur on note l'arrivée d'une instruction pour la génération de nombres aléatoire, une fonction SMEP ou Supervisor Mode Execution Protection dédiée à la sécurité et visant à réduire les risques d'élévation de privilèges ainsi que des améliorations de performance par petites touches. Ces dernières se situent à trois niveaux : les registres FS et GS disposent d'un accès rapide via le ring et ce au moyen de 4 nouvelles instructions, les instructions de déplacement de chaînes sont plus rapides et enfin Intel propose des instructions pour convertir des flottants 16 bits.

0118000004578364-photo-intel-idf-2011-ivy-bridge-architecture-1.jpg
0118000004578366-photo-intel-idf-2011-ivy-bridge-architecture-2.jpg


On retrouve également quelques améliorations au niveau de la gestion de l'énergie. C'est ainsi que toute la partie dédiée au contrôleur mémoire peut être éteinte au repos (C state) alors qu'Intel a apporté des optimisations pour réduire l'alimentation en mode S3. Ivy Bridge devrait également bénéficier d'un TDP configurable : il s'agit d'avoir un TDP variant en fonction du contexte d'utilisation. On a ainsi pas loin de trois TDP différents : le TDP normal, le TDP pour un mode d'économie maximum de la batterie et enfin un TDP amélioré si la plate-forme dispose d'un dock qui lui fournira une ventilation additionnelle. Les versions mobiles d'Ivy Bridge prendront qui plus est en charge la DDR3L basse consommation.

Du côté de l'overclocking il est question de ratio étendu (63x max contre 57x précédemment), d'un overclocking dynamique sans redémarrage lors des changements de ratio ou d'une prise en charge de la DDR3-2800 (contre 2133 précédemment) et l'ajout d'étapes supplémentaires affinées pour ajuster la fréquence.

0122000004578374-photo-intel-idf-2011-architecture-ivy-bridge-5.jpg


En ce qui concerne le graphique, Intel apporte des changements bien plus significatifs. C'est ainsi que le coeur graphique des Ivy Bridge est annoncé comme un Tick+ rien que ça. Première nouveauté de taille... la prise en charge de DirectX 11 ! Il était temps... Cela implique l'arrivée d'une unité de tesselation et du coup l'architecture du circuit graphique est partitionnée selon cinq domaines. L'autre nouveauté c'est l'arrivée d'un cache de troisième niveau dans notre pipeline graphique, un cache qui aurait été pressentie à l'époque de Sandy Bridge mais supprimé car insuffisamment efficace vu le niveau de performances du circuit graphique. Ce n'est plus le cas avec Ivy Bridge où le cache L3 se justifierait pleinement selon les ingénieurs d'Intel d'autant qu'il sauvegarde la bande passante du ring bus.

011D000004578368-photo-intel-idf-2011-ivy-bridge-architecture-3.jpg
011D000004578370-photo-intel-idf-2011-ivy-bridge-architecture-4.jpg


On notera au passage la prise en charge des shaders de type compute ou encore des améliorations de performance au niveau de la géométrie, un débit accru pour toutes les opérations de compute, ou des améliorations au niveau de la qualité de l'anisotropie. Il est du reste intéressant de signaler que le nombre d'unités d'exécution, s'il n'a pas été précisé pour le moment, ne sera pas le seul paramètre à varier entre les deux déclinaisons du coeur graphique GT1 et GT2. La version la plus avancée disposera certes de plus d'EU mais pas que puisque les blocs complets seront multipliés. Enfin les fonctionnalités dédiées au codage/décodage, via Quick Sync sont améliorées avec notamment un débit supérieur pour les Media Sampler ou l'intégration de la correction du contraste et de la colorimétrie. N'oublions pas une nouveauté importante du côté de la gestion des sorties avec la prise en charge de trois affichages indépendants !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

La coupe du monde de Rugby attire les pirates
Facebook travaille sur la réduction des notifications par mail (MàJ)
SSL frauduleux : GlobalSign confirme le piratage d'un serveur isolé
Akio : la solution de relation client multicanal intègre les chats sur Facebook
NW-Z1000 : Sony détaille son Walkman sous Android, alternative à l'iPod touch
Neteven intègre sa plateforme à CDiscount et La Redoute
McAfee DeepSafe : sécurisation assistée par matériel
Intel et Google ensemble pour optimiser la plate-forme Android
Paul Otellini : Ultrabooks, l'après Ivy Bridge Haswell et bientôt le 14nm
Samsung fournit la première tablette Windows 8 !
Haut de page