Fujitsu améliore ses disques grâce aux UV

Par Alex
le 10 avril 2006 à 16h18
0
Fujitsu vient de mettre au point une technologie basée sur le traitement aux ultra-violets de la couche de protection de la surface d'un disque dur. Cette dernière devrait selon le constructeur permettre d'améliorer la densité de stockage des disques tout en les protégeant plus efficacement de la corrosion. Cette amélioration est présentée par Fujitsu comme l'une de celles qui lui permettront d'atteindre une densité d'un téraoctet par pouce carré d'ici 2010, contre 160 Go actuellement.

Un plateau de disque dur se compose de quatre couches :

  • un substrat
  • une couche magnétique sur laquelle sont inscrites et lues les données
  • une couche de protection
  • une couche de lubrifiant

Viennent ensuite se placer les têtes de lecture/écriture, qui ne touchent jamais la surface du disque. Elles sont portées par le déplacement d'air que génère la très rapide rotation du plateau (7200 tours/min par exemple pour la plupart des Disques durs 3,5 pouces) et « volent » à environ 10 nanomètres de la surface. Elles ne doivent jamais heurter la surface, sous peine de voir disparaitre les données contenues à l'endroit de l'impact. A l'arrêt, les têtes sortent du plateau, ou se rangent dans une zone spéciale.

Pour augmenter la densité de stockage d'un disque, il est nécessaire de rapprocher le plus possible les têtes de la surface : plus l'on se tient près, plus l'on peut réduire la taille qu'occupe chaque unité d'information. Or les têtes ne peuvent guère être plus proches de la surface, un minimum d'espace étant nécessaire pour que l'air circule. Pour augmenter la densité de stockage, les ingénieurs de Fujitsu ont donc retourné le problème et décidé de rapprocher les têtes de la zone où sont contenues les données en réduisant l'épaisseur des couches supérieures.

0190000000294379-photo-sch-ma-disque-dur-fujitsu.jpg
Substrat, couche magnétique, couche de protection, couche de lubrifiant


La couche dite de « protection » est là pour empêcher la couche magnétique contenant les données de subir les méfaits de la corrosion, un phénomène inévitable dû, entre autres, à la poussière ou à l'humidité présente dans l'air. La couche dite de « lubrifiant » sert quant à elle à protéger la couche inférieure de la chaleur que produit le déplacement de l'air et des têtes à sa surface. Si elle n'était pas présente, la couche de protection se dégraderait rapidement, exposant donc d'autant plus vite les données à la corrosion.

Alors que chaque couche est indispensable et qu'il parait presque impossible de réduire l'une d'entre elles, Fujitsu indique être parvenu à fusionner le la couche de protection et la couche de lubrifiant après avoir épaissi cette dernière de 150 %, en bombardant l'ensemble avec des rayons ultraviolets. Le traitement permettrait d'aboutir à une surface résistante à la corrosion et moins susceptible d'absorber les scories ou l'humidité, tout en favorisant l'augmentation de la densité de stockage.
Modifié le 18/09/2018 à 15h02
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Un nouveau kilo, Huawei, SFR, Parcoursup : les actualités tech' de la semaine
LG veut être neutre en émissions carbone d'ici à 2030 et explique comment
Star Wars : après l'échec de Solo, Lucasfilm abandonne les spin-off
Comparatif 2019 : quels processeurs pour jouer et travailler ?
Où en est la législation française sur les travailleurs d'Uber, Deliveroo et consorts ?
Des capteurs inspirés des araignées pour permettre aux drones de réagir plus vite
Chine : une sonnerie de téléphone pour stigmatiser les citoyens endettés
Google lance la livraison de repas directe depuis Search, Maps et l'Assistant
AIDA64, l'outil de bench et de diagnostic, disponible en version 6.0
La transition écologique de l'industrie chimique va demander beaucoup d'énergie renouvelable
scroll top