ParaWorld : la stratégie rencontre les dinosaures

0
012C000000206705-photo-paraworld.jpg
Studio allemand basé à Berlin, SEK (qui signifie en réalité SpieleEntwicklungsKombinat !) n'en est encore qu'à ses débuts puisqu'il ne compte qu'un seul jeu à son actif. Depuis la sortie de ce méconnu Diggles, l'équipe est cependant devenue plus ambitieuse et avec le studio de Sunflowers (à qui nous devons notamment Anno 1602 : A La Conquête D'Un Nouveau Monde et Anno 1503 : Le Nouveau Monde), elle s'est mise en tête de développer un jeu de stratégie temps réel, ParaWorld, genre particulièrement représenté sur PC.

Pour se distinguer, SEK compte sur plusieurs choses et tout d'abord sur le contexte de son jeu qui se base sur un scénario relativement original. À la fin du XIXe siècle, des scientifiques ont ainsi trouvé le moyen de rejoindre différents mondes parallèles. Bien sûr, une telle découverte a créé des tensions dans le groupe et trois scientifiques se retrouvent bloqués sur le monde baptisé ParaWorld : Stina Holmlund (botaniste), Anthony Cole (géologue) et Andreas Benedek (physicien). Tous trois vont devoir faire équipe pour trouver un moyen de rentrer eux, mais ils devront d'abord se concentrer sur leur propre survie : ParaWorld n'est pas un monde particulièrement hospitalier ! Vous vous en doutez très certainement, la survie sur ParaWorld va passer par la guerre, mais pas n'importe quelle guerre puisque ParaWorld se distingue par les espèces qu'il héberge. Différentes tribus barbares se partagent la planète, mais c'est surtout la présence de nombreux dinosaures qui apporte une certaine originalité à l'ensemble. Ainsi, quelques dinosaures servent de fantassins de base alors que d'autres se transforment en unités de siège (une fois équipé d'une bombarde ou d'une catapulte) et que certains sont métamorphosés en transports de troupes pour, par exemple, accueillir une escouade d'archers.

Même si en définitive, les caractéristiques de ces unités « sauriennes » restent assez classiques, la présence de dinosaures change agréablement des traditionnelles unités fantastiques / modernes. Pour apporter encore un peu plus de variété à son jeu, SEK compte également sur le système des héros que le studio a plus ou moins emprunté à WarCraft 3 : Reign Of Chaos. Ainsi, dans ParaWorld, les trois personnages principaux du scénario font office de véritables héros. Ils sont rejoints au cours de l'aventure par d'autres personnages importants pour finalement aboutir à un total de neuf héros aux caractéristiques très différentes. Plus intéressant encore, ces héros influent directement sur le reste des unités grâce à un système d'expérience et de bonus très simplement intégré à l'interface. Il faut jeter un oeil aux captures d'écrans pour bien comprendre comment cela fonctionne-t-il. Sur la droite de l'écran se trouve un outil appelé « army controller ». Pas encore tout à fait finalisé, cet outil rassemble toutes les unités sous le commandement du joueur. Ainsi, il est inutile de chercher un peu partout sur la carte où se trouve telle ou telle unité, un simple clic nous mène à elle. De la même manière, on peut ainsi voir en un instant ce que fait chaque « paysan ». Mais le plus important avec cet « army contrôller » concerne la gestion des points de vie, de l'expérience de chacun, des promotions au sein des troupes et des bonus offerts par ces promotions.

012C000000206703-photo-paraworld.jpg
012C000000206704-photo-paraworld.jpg

Tout d'abord, une barre de vie permet de voir en instant, quelle unité est mal en point et, ce faisant, la retirer du champ de bataille pour qu'elle se remette de ses émotions. Ensuite, il faut savoir que chaque unité adverse éliminée rapporte un certain nombre de « crânes ». Ces derniers agissent à la manière d'une expérience commune à toute l'armée et peuvent ensuite être exploités pour faire monter en grade telle ou telle unité. Cinq grades sont ainsi disponibles et avec eux, une augmentation des caractéristiques de base de l'unité en question. Mais ce n'est pas tout, car ce système d'expérience fonctionne selon un principe pyramidal. Plus on monte dans la hiérarchie et moins il y a de place. Ainsi, une seule unité à la fois peut être de niveau cinq et seulement trois de niveau quatre : il est donc important de faire progresser des unités qui correspondent davantage à votre style de jeu et vous ne croyez pas si bien dire. Il faut effectivement savoir que les héros offrent des bonus supplémentaires à toute l'armée lorsqu'ils atteignent le cinquième niveau. Bien sûr, ces bonus sont différents pour chacun et il sera ainsi plus intéressant de privilégier Andreas Benedek si vous êtes amateur de combats à distance alors qu'Anthony Cole sera plus indiqué pour les adeptes du corps à corps.

Bien sûr, il reste encore beaucoup de choses à dire à propos de ParaWorld. Avant sa sortie prévue au cours du printemps 2006 (sous la houlette de Sunflowers donc, mais aussi de Koch Media), nous aurons toutefois bien le temps de revenir dessus et, par exemple, de parler de ses cinq environnements différents ou bien encore des nombreuses missions qui devraient offrir d'après les développeurs entre 20 et 30 heures de jeu. Avant de terminer, nous voudrions tout de même revenir sur un point assez intéressant. En charge du projet, Thomas Langhanki que nous avons pu rencontrer nous a ainsi parlé de son intérêt pour les résolutions « larges ». Avec ParaWorld, SEK devrait ainsi profiter des résolutions particulières des écrans 16/10 (1680x1050 ou 1920x1440), mais surtout gérer deux écrans à la fois comme le prouvent ces quelques captures exclusives. Associé à la qualité graphique plus que prometteuse du jeu, avouez que c'est assez sympathique, non ?

0140000000206700-photo-paraworld.jpg
0140000000206701-photo-paraworld.jpg

0140000000206702-photo-paraworld.jpg

Très joliment réalisé, ParaWorld devrait supporter des résolutions comme le 2560x1024 !
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page