Valve : les joueurs pour financer les jeux ?

21 juillet 2009 à 11h53
0
00D2000000089839-photo-compagnie-logo-valve-software.jpg
Le sémillant Gabe Newell de Valve, lors d'une interview accordée à Good Game, a révélé qu'il pensait que les communautés devraient aider à la finance des jeux :

« Un des sujets qui m'intéressent le plus aujourd'hui est la façon dont nous pouvons financer les jeux grâce à la communauté. A l'heure actuelle, ce qui arrive typiquement est que vous avez votre budget - il a besoin d'être énorme, environ 10 à 30 millions de dollars et - a besoin d'être réuni dès le début du projet. Il y a un gros risque associé à ces dollars et les décisions sont donc incroyablement conservatrices.

Je pense qu'il serait mieux si la communauté pouvait financer les jeux. En d'autres mots : 'hey, j'aime beaucoup l'idée que vous avez. Je serai un investisseur du projet et, en conséquence, je ferai du bénéfice sur le produit, en plus d'avoir une copie du jeu'
».

Déjà existant pour la musique ou même le cinéma, ce système propose plusieurs avantages pour les créateurs comme pour le public, devenant donc co-producteur du jeu. Une question demeure cependant : est-ce au public de prendre les risques que des investisseurs, dont c'est le métier et la source de revenus, n'osent prendre ?
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Airbus dévoile ses trois concepts d'avion à hydrogène, opérationnel d'ici 2035
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
Microsoft rachète Bethesda Softworks et l'ensemble de ses studios
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
scroll top