Trine : action, plateformes et matière grise

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
01 juin 2018 à 15h36
0
00F0000002300380-photo-trine.jpg
Difficile de se faire connaître dans le jeu vidéo quand on ne dispose pas des moyens de certaines grandes équipes américaines ou japonaises. Méconnus du grand public, les Finlandais de Frozenbyte ont toutefois réussi à marquer de nombreux joueurs PC avec la série des Shadowgrounds. Aujourd'hui, le développeur change de formule en troquant « l'action 100 % » contre un mélange d'action et de plateformes, mais reste fidèle au concept « petit jeu rempli de bonnes idées ».

Trois Vikings pas perdus pour tout le monde ?[/anchor]Des bonnes idées qui ne seront pas sans éveiller quelques souvenirs chez les plus anciens d'entre nous, Frozenbyte semble effectivement s'être inspiré d'un jeu vieux d'une quinzaine d'années, The Lost Vikings, conçu par Silicon & Synapse, un studio que l'on connaît aujourd'hui sous le nom de Blizzard... En tant que joueurs, on aurait plus tomber plus mal et la première règle retenue par l'équipe finlandaise se résume en un mot : « gameplay ». Du coup, pas question de nous assommer avec des cinématiques par dizaines ou des dialogues à n'en plus finir.


Trine débute donc très simplement, à la manière d'un conte de fées. Sur un fond ocre se détache un magnifique château alors qu'une douce voix articule l'inévitable « il était une fois, dans un royaume très, très lointain ». Le reste est moins « chevaleresque » et c'est en essayant de mettre la main sur une pierre, le Trine, que nos héros se sont retrouvés pris au piège. En lieu et place des trois vikings de Silicon & Synapse, nous pouvons compter sur Zoya la voleuse, Pontius le guerrier et Amadeus le magicien.

00F0000002300386-photo-trine.jpg
Au contact du Trine, nos trois héros ont été comme paralysés et liés les uns autres par une magie très puissante. Ainsi constituée, la fine équipe est seule capable de remettre le Royaume sur de « bons rails ». Grâce aux aptitudes spécifiques de chacun de ses membres, cette fine équipe est surtout la seule à pouvoir déjouer les pièges des quinze niveaux du jeu... Un jeu qui se découvre à la manière du plus classique des titres de plateformes avec un environnement en deux dimensions et un défilement latéral en fonction de notre progression.

Une progression qui nous permet bien sûr de retrouver les astuces les plus classiques d'un jeu du genre avec des plateformes mobiles, des gouffres hérissés de pieux ou des lieux particulièrement difficile d'accès. Ce n'est cependant pas tout et les développeurs de Frozenbyte ont intelligemment intégré la gestion de la physique afin, par exemple, de nous obliger à jouer avec des mécanismes, des piles de caisses ou des chausse-trappes on ne peut plus variés. Le but étant de nous obliger à réfléchir au meilleur moyen de franchir ces obstacles.

« Il faut alors sérieusement se creuser les méninges pour trouver une solution à tel ou tel problème »[/anchor]Pour ce faire, il faut évidemment utiliser les aptitudes de chacun des trois personnages. En solo, on ne contrôle qu'un seul des trois à la fois, mais il est possible de passer de l'un à l'autre à volonté. Lorsque le passage requiert de l'adresse, il faut ainsi faire confiance à Zoya et à son grappin. Même chose lorsque les ennemis sont encore à bonne distance alors qu'au corps à corps, c'est évidemment Pontius qui doit trimer. Grâce à son bouclier, notre guerrier est également le plus à même de se protéger de la chute d'objets.

Sans doute le plus ingénieux, Amadeus le magicien est doué pour la télékinésie et peut ainsi déplacer toute sorte d'objet... ou de plateformes ! Mieux, il est également capable d'invoquer des objets comme des cubes ou des plaques : autant d'éléments qui ne seront pas de trop pour franchir certains obstacles. Lorsque les trois personnages sont disponibles, il ne faut généralement pas trop longtemps pour boucler un niveau, mais les choses se corsent quand une des héros est mis hors de combat par quelques squelettes.

00C8000002300388-photo-trine.jpg
00C8000002300390-photo-trine.jpg
00C8000002300392-photo-trine.jpg

De nombreux objets à collecter et un système d'expérience font oublier un bestiaire pour le moins limité !

Il faut alors sérieusement se creuser les méninges pour trouver une solution à tel ou tel problème et c'est là que les petits gars de Frozenbyte ont fait fort : une solution existe toujours ! Les énigmes peuvent paraître simples, mais le défi proposé par les Finlandais monte en puissance au fur et à mesure des niveaux de sorte qu'on ne se lasse jamais ! Pire, on aurait plutôt tendance à enchaîner les niveaux jusqu'à la fin du jeu ! Hélas, cette fin arrive trop rapidement puisqu'il faut à peine cinq heures pour boucler ce Trine.

00F0000002300394-photo-trine.jpg
Reste alors le mode multijoueur qui a des petits côtés de LittleBigPlanet, mais qui n'a pas la même saveur. Entièrement coopératif, ce mode permet à trois amis de contrôler chacun un personnage et de traverser les niveaux du jeu. Autant être clair, ce mode est plus « récréatif » qu'autre chose : les joueurs auront généralement déjà terminé le jeu et les pièges n'auront donc guère de secret pour eux, mais, pire, en disposant systématiquement des trois personnages à la fois, le défi est nettement moins élevé qu'en solo où il faut alterner entre les héros.

00F0000002300396-photo-trine.jpg
Comme souvent lorsqu'un jeu est bon, on regrette vivement qu'il ne soit pas plus long et cette durée de vie est clairement le talon d'Achille du titre de Frozenbyte. C'est d'autant plus dommage qu'aucun éditeur de niveaux n'est disponible et que la version PC est tout de même commercialisée « au prix fort » : 40 euros en magasins ou 30 euros sur Steam, cela reste 10 euros de plus que la mouture consoles... Heureusement, l'aspect incroyablement ludique de l'ensemble, la réalisation enchanteresse et l'ambiance très agréable qui en ressort devraient être suffisants pour captiver nombre de joueurs.

Conclusion[/anchor]Titre singulier qui rappelle donc fortement les Lost Vikings de Silicon & Synapse, Trine est une petite perle de jouabilité. Le gameplay inventif, les pièges sans cesse renouvelés et l'utilisation intelligente de la physique sont autant de points qui plaident en faveur du jeu de Frozenbyte. On prend un immense plaisir à contrôler ces trois « gentils vauriens » dont les aptitudes sont parfaitement complémentaires. Difficile d'ailleurs de lâcher le jeu avant d'en avoir bouclé les quinze niveaux, hélas synonymes de durée de vie extrêmement faible. On les refera au moins une fois en coopératif avec deux amis, preuve que la qualité est au rendez-vous, mais on regrettera surtout qu'aucun éditeur de niveaux ne soit au programme.


00C8000002300604-photo-trine.jpg
00C8000002300610-photo-trine.jpg
00C8000002300612-photo-trine.jpg
00C8000002300618-photo-trine.jpg
00C8000002300642-photo-trine.jpg
00C8000002300656-photo-trine.jpg
00C8000002300640-photo-trine.jpg
00C8000002300648-photo-trine.jpg
00C8000002300634-photo-trine.jpg
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Test de Trine : nos (Silicon &) Synapses à l'épreuve
Dépenses IT 2009 : Gartner et Forrester revoient leurs prévisions
Nouveaux Opteron Istanbul à consommation réduite
Donut, Eclair et Flan : Google distille des informations sur le futur du sytème Android
Snow Leopard : petites nouveautés de la build 10A402
Test de Trine : nos (Silicon &) Synapses à l'épreuve
4ème licence 3G : l'appel d'offres lancé dans moins de 15 jours
F-Secure rachète Steek, spécialiste du stockage
Google Apps bientôt compatible OpenID ?
  World At War  : le 2nd pack de cartes gratuit sur PC
Haut de page