Intel Smithfield chaud devant ...

Vincent
18 janvier 2005 à 13h58
0
00FA000000055337-photo-wafer-0-13-pour-pentium-4.jpg
L'année 2005 sera marquée dans le monde des Processeurs par l'arrivée des premiers processeurs grand public composés de deux cores (baptisés dual-core ou double noyaux). Chez Intel ces processeurs sont designés sous le nom de code de "Smithfield". Aujourd'hui on apprend toutefois que ces processeurs pourraient atteindre de nouveaux records en matière de dégagement thermique.

En effet, Tom's Hardware annonce que d'après des documents internes d'Intel, les SmithField qui devraient être cadencés aux alentours de 3 GHz auront un TDP (Thermal Design Power) de 130 watts ! Ce qui est environ 13% plus important que celui du prochain Pentium 4 6xx (doté de 2 Mo de mémoire cache) qui devrait dégager une chaleur calorifique de 115 watts. Le SmithField devrait donc être en plus gourmand qu'un Pentium 4 Extreme Edition 3.46 GHz (116.7 watts) ou qu'un Itanium 2 1.6 GHz (122 watts).

Le SmithField risque donc de demander une solution de refroidissement particulièrement efficace lors de sa sortie. Des optimisations au niveau du core et l'arrivée en 2006 de la finesse de gravure de 65 nanomètres devraient toutefois permettre à Intel de "refroidir" les évolutions du SmithField.
Modifié le 18/09/2018 à 14h57
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
Le vaisseau Starship de SpaceX est homologué par la FAA
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
scroll top