Lumix G1 : Panasonic signe le 1er bridge Micro 4/3

12 septembre 2008 à 10h24
0
00FA000001599242-photo-panasonic-lumix-g1.jpg
Il n'aura fallu patienter qu'un mois après l'annonce technologique du Micro 4/3 pour voir apparaitre le premier bridge numérique à objectif interchangeable. Dévoilée conjointement par Olympus et Panasonic, partenaires d'assez longue date pour ce qui est de la conception de reflex, cette technologie se concrétise aujourd'hui sous la forme du Lumix DMC-G1.

En quoi consiste ce G1, appareil hybride, mi-reflex mi-compact ? On pourrait presque dire qu'il s'agit d'un appareil « manifeste » qui s'attaque aux idées reçues qui veulent qu'un appareil performant soit encombrant, lourd et complexe d'utilisation. Pour ce qui est de l'encombrement, ce modèle le réduit en abandonnant le miroir des reflex au profit d'un système de visée électronique (viseur + écran arrière), qui permet de réduire l'encombrement de 50%. En faisant ce choix, le G1 nous prive des indéniables qualités de la visée reflex (au premier rang desquelles la luminosité) pour les remplacer par celles de la visée électronique bien connues de tous les utilisateurs de compacts et bridges : la prévisualisation en temps réel et l'affichage d'informations sur l'écran.

La question épineuse occasionnée par ce changement est celle de la précision de la visée, sachant que jusqu'à présent les dispositifs de visée électronique n'ont jamais égalé les dispositifs optiques. Seuls les tests pourront dire ce qu'il en est dans le cas du G1, mais au vu de la fiche technique, on peut dès à présent imaginer qu'un pas a été franchi, son viseur et son écran bénéficiant d'une résolution particulièrement élevée, d'un rafraichissement de l'ordre de 60 images par seconde et d'une fonction d'ajustement automatique de la luminosité en fonction de l'environnement. On note également que Panasonic a opté pour un dispositif que commute automatiquement l'affichage sur le viseur ou sur l'écran en fonction de la position de l'œil. Les cadrages originaux (au raz du sol, au-dessus d'une foule), seront ensuite facilités par le fait que l'écran soit orientable (180° horizontalement et 270° verticalement).

00FA000001599236-photo-panasonic-lumix-g1.jpg
00FA000001599240-photo-panasonic-lumix-g1.jpg


00FA000001599238-photo-panasonic-lumix-g1.jpg
00FA000001599248-photo-panasonic-lumix-g1.jpg

124 x 84 x 45 mm pour 380 grammes


En ce qui concerne la simplicité d'utilisation, le G1 fait ensuite avancer les choses en se dotant d'un mode automatique intelligent qui regroupe six dispositifs : celui de stabilisation optique qui s'active en cas de bougé, celui d'Iso intelligent en cas de présence d'un sujet en mouvement, celui de détection des visages pour une meilleure mise au point et une meilleure exposition, celui de détection de la scène pour une commutation automatique dans le mode le plus approprié, celui de détection de la luminosité pour un ajustement automatique de celle de l'écran et enfin celui de suivi autofocus pour faciliter la capture des sujets en mouvement. On note ensuite que, tout complet qu'il est au niveau des modes manuel et priorité, le G1 fait largement appel aux modes scène (environ 25 sont présent ici) destinés à rassurer les utilisateurs débutants. Cependant et étrangement, à l'heure où la vidéo reste encore l'argument majeur des compacts et bridges, et où celle-ci devient même possible sur les reflex (voir l'annonce du Nikon D90), le Lumix G1 fait l'impasse sur ce mode. Voilà un compromis étonnant pour un appareil qui semblait bien placé pour profiter du meilleur des deux technologies et que son constructeur a équipé d'une sortie mini-HDMI pour une connexion à un téléviseur.

Ce bridge qui emprunte aux reflex le principe des objectifs interchangeables devient pour le coup vulnérable aux poussières susceptibles de se déposer sur le capteur lors des changements d'objectif, Panasonic réagissant au problème en le dotant d'un dispositif de protection au moyen d'un filtre supersonique. Pour ce qui est de la compatibilité des optiques, on note que le G1 utilise les nouvelles Micro 4/3 et qu'il peut également accepter les classiques 4/3 à condition d'utiliser un adaptateur. Un gain en encombrement et poids est là aussi rendu possible du fait de la réduction du diamètre de la monture. Ce gain peut s'avérer particulièrement intéressant dans le cas des objectifs grand-angle et super téléobjectifs dont la construction optique complexe a un impact sur l'encombrement. On retient enfin que deux objectifs ont dès à présent été annoncés, un Lumix G VARIO 14-45 mm f/3,5-5,6 ASPH et un Lumix G VARIO 45-200 mm f/4-5,6, tous deux stabilisés.

00FA000001599246-photo-panasonic-lumix-g1.jpg
00FA000001599244-photo-panasonic-lumix-g1.jpg

Les Lumix G VARIO 14-45 mm f/3,5-5,6 ASPH et Lumix G VARIO 45-200 mm f/4-5,6


Voici ses principales spécifications :
  • Capteur : Live MOS 4:3 de 12,11 millions de pixels
  • Écran : LCD de 3" de 460 000 pixels
  • Viseur : électronique à 100% de 1 440 000 pixels, grossissement 1,4 x
  • Sensibilité : de 100 à 3 200 Iso
  • Flash : synchro 1/160 seconde
  • Vitesse d'obturation : de 1/4 000 à 60 secondes
  • Support d'enregistrement : SD / SDHC / MMC
  • Alimentation : batterie Lithium Ion
Reste à signaler une caractéristique peu habituelle pour un appareil à objectif interchangeable, voir tout à fait inhabituelle : la déclinaison du boîtier en trois coloris, noir, rouge et bleu. Quant aux prix et à la disponibilité du Lumix G1, ils ne sont pas encore connus, cet appareil n'ayant pour le moment été annoncé que par le seul Panasonic Japon.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
scroll top