Nvision 08: Puces défectueuses, NVIDIA s'exprime

27 août 2008 à 04h53
0
0000014001567276-photo-nvidia-jen-sen.jpg
Alors que tout allait bien ces dernières années pour la firme au caméléon, la situation s'est subitement dégradée, et ce en l'espace de quelques semaines, avec d'une part le retour sur le devant de la scène d'un concurrent de poids, AMD, d'autre part l'accentuation de la pression mise par Intel, et surtout la publication de comptes trimestriels plombés par une charge exceptionnelle de 200 millions de dollars. Charge qui trouve son origine dans la découverte d'un grave problème affectant la fiabilité des puces graphiques GeForce 8400 et 8600M utilisées dans nombre d'ordinateurs portables. Bien que NVIDIA ait admis publiquement le problème, en provisionnant une charge censée couvrir le coût généré par l'échange ou la réparation des ordinateurs portables défectueux, la firme s'est toujours refusé à communiquer les modèles de puces exactement incriminés par ce problème, un problème qui trouverait ses origines dans l'un des matériaux utilisés lors de la fabrication et qui se traduit pour l'utilisateur par un affichage corrompu.

Interrogé, lors d'une session de questions/réponses pour la presse, sur la raison qui pousse NVIDIA a ne pas communiquer d'informations supplémentaires sur les puces défectueuses, Jen-Hsun Huang a répondu sans détour :

« Comment pouvez-vous dire ça ? Je suis déçu ! J'ai été le premier au monde à parler de ce problème en publiant un communiqué de presse tout en enregistrant une charge de 200 millions de dollars. Alors que nous vendons une puce graphique mobile une vingtaine de dollars, je dépense peut être 200 dollars pour réparer l'ordinateur. Personne n'a jamais fait ça auparavant. »

Selon Jen-Hsun Huang, la non publication d'informations plus détaillées sur la nature du problème s'explique par « une logique impeccable. Nous savons qu'il y a des défauts associés à certaines de nos puces, mais nous savons aussi que ce défaut ne se produit que dans certains cas spécifiques ; cela dépend en effet de la conception de l'ordinateur portable ».

A la question, de savoir qui est véritablement responsable de ce fiasco, Jen-Hsun Huang répond : « Nous utilisons un procédé industriel standard, nous fabriquons nos puces de la même manière que beaucoup d'autres compagnies et le matériau défectueux en question a déjà été utilisé pour fabriquer des milliards de puces. C'est juste qu'il y a des circonstances heureuses et d'autres malheureuses. C'est ce qui nous est arrivé. Je suis en parti responsable de ce problème, de même que les OEM avec qui nous travaillons se sentent responsables puisqu'il s'agit après tout de leurs ordinateurs portables ».

Quant à Chris Malachowsky, co-fondateur de NVIDIA, la question de savoir si sa compagnie avait correctement géré ce problème l'a quelque peu agacé puisqu'il a terminé en déclarant : « Je ne peux pas en dire plus, nous avons fait des choses honorables. Ne parlons plus de ça ».

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
DeepNude : les copies de l'app aussi se font bannir de Github
Windows 10 bientôt libéré de tout mot de passe ? C'est l'objectif de Microsoft
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Voiture autonome : PSA franchit une étape supplémentaire dans la conduite
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Une
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
La taxe GAFA tout juste adoptée ne plait pas du tout à Trump
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
scroll top