Rugby 2004

le 07 octobre 2003 à 17h00
0

La Coupe du Monde 2003 approche et le spécialiste du sport sur PC ne voulait pas rater ce rendez-vous. Trois ans après Rugby 2001, Electronic Arts nous en propose donc une suite !

00F0000000060232-photo-rugby-2004.jpg
Electronic Arts aborde chaque fin d'année de la même manière et se prépare donc à faire une nouvelle fois feu de tout bois avec une foule de titres aussi bien sur PC que sur le trio de consoles de salon. Les extensions des grosses sorties de l'année passée sont évidemment au rendez-vous, ainsi que les versions réactualisées des meilleures simulations de sport de l'éditeur américain. Parmi ses grosses machines, on repère tout de même rapidement un intrus au pays de l'Oncle Sam. Un intrus doté d'un ballon tout écrasé et il n'est pas question de football américain !

C'est bien sûr de rugby qu'il s'agit et ce n'est pas un hasard si Electronic Arts s'intéresse aujourd'hui à ce sport fort peu médiatisé outre-Atlantique. La Coupe du Monde approchant, nul doute que notre mastodonte du jeu vidéo ne voulait pas manquer pareil rendez-vous et face au désert vidéoludique qui entoure ce sport pourtant très spectaculaire, ce n'est pas nous qui allons nous en plaindre... Enfin pas tout de suite en tout cas !

En route pour la Coupe du Monde...[/anchor]Au fil des ans et des versions de ses jeux fétiches, EA Sports est parvenu à se forger une certaine réputation (NDLR : et une réputation certaine). Tant et si bien qu'aujourd'hui la présence du logo EA Sports sur la boîte d'un jeu est le garant d'un titre de qualité. Alors bien sûr, les avis divergent (NDLR : dix verges c'est énorme M. Desproges !), mais même lorsque le développeur se lance dans une nouvelle entreprise, il parvient à le faire de manière très correcte comme ce fût par exemple le cas avec F1 2001. C'est donc avec une certaine confiance que nous avons abordé le test de Rugby 2004. Peu d'informations avaient filtré avant la sortie du titre, mais EA Sports ne peut pas se planter, n'est-ce pas ?

Dans quelques jours, la Coupe du Monde 2003 de Rugby débute. Electronic Arts ne pouvait évidemment manquer pareil événement qui se trouve être le tremplin idéal pour un jeu de sport digne de ce nom. Fidèle à sa méthode, l'éditeur américain a bien fait les choses et s'est assuré de disposer d'une licence complète afin de pouvoir faire figurer les véritables joueurs, équipes et stades des quatre coins du monde. Cette magnifique licence nous donne au final quelque chose comme 1500 joueurs de toutes les nations et 65 stades pour réaliser vos exploits de Twickenham à Murrayfield en passant par Lansdowne Road. Les compétitions les plus célèbres sont également de la partie et vous pourrez par exemple prendre part à la Coupe du Monde mais aussi au Tri-Nations ou bien encore au Super 12.

00C8000000060229-photo-rugby-2004-entr-e-des-artistes.jpg
00C8000000060230-photo-rugby-2004-chacun-son-style.jpg
00C8000000060231-photo-rugby-2004-oui-c-est-moche.jpg

L'introduction, affreuse, ne présage rien de bon !

Après ce descriptif digne du plus élogieux des communiqués de presse, on se dit que Rugby 2004 a tout pour devenir la référence d'un sport très peu représenté sur nos machines préférées. Hélas, cette première impression plutôt positive est balayée au premier lancement du jeu. Après l'installation des quelques 780 Mo sur le disque dur et la sélection des paramètre graphiques, le jeu démarre et le calvaire du testeur peu commencer avec une introduction venue de la nuit des temps, d'une époque ou « motion capture » et « anti-aliasing » étaient encore des concepts lointains : les joueurs se dandinent à la manière de manchots empereurs déséquilibrés sur la banquise antarctique, la pixellisation nous rappelle aux bons souvenirs du 320x240 et les pires craintes peuvent se lire sur mon visage incrédule... Electronic Arts a laissé une telle vidéo ? Même celles de Splinter Cell, pourtant déjà bien lamentables, étaient plus réussies !

Ou Voyage Au Bout De L'Enfer ?[/anchor]Le drame de l'introduction laisse place à un menu tout aussi pixélisé, mais relativement bien conçu. Les titres des rubriques ne prêtent pas à confusion et les choix sont très clairs. Il peut paraître trivial de parler de ça, mais lorsque l'on teste un jeu, il faut parfois chercher pour trouver des points positifs ! La boîte du jeu nous promet « le rugby à l'état pur », mais vous allez voir que nous sommes en fait relativement loin du compte et c'est un %$#!? d'euphémisme que j'emploie là ! On traîne donc quelques minutes dans les menus histoire de voir un peu les nombreuses possibilités : le communiqué de presse n'a pas menti et c'est vraiment très complet, je ne savais même pas qu'on jouait au rugby en Géorgie moi. Finalement, on atterrit sur l'option la plus basique, « match simple », et on joue les modestes pour ce premier match : Angleterre - Canada, en principe ça passe ! Les joueurs entrent sur le terrain et voilà que me reprend le double syndrome de Tourrette et de Jacques de Molay ! Je suis pris d'horribles convulsions et profère les pires insanités tout en maudissant les programmeurs jusqu'à la septième génération... Non sans rire, comment peut-on oser sortir un truc pareil lorsque l'on s'appelle EA Sports ? Un petit développeur ayant travaillé pendant quatre ans et monopolisé toutes ses ressources je comprends, mais là ?!

00C8000000060234-photo-rugby-2004-l-entra-nement-beaucoup-trop-facile.jpg
00C8000000060233-photo-rugby-2004-la-coupe-du-monde-commence.jpg
00C8000000060235-photo-rugby-2004-un-beau-mouvement-se-pr-pare.jpg

Les menus sont complets, mais le jeu inintéressant : dommage...

Alors, le stade est plutôt bien fait, mais une caméra sûrement dirigée par un épileptique parkinsonien en pleine crise nous empêche de toute façon d'en voir autre chose que les innombrables clones des frères Bogdanoff en train d'applaudir bêtement même lorsqu'il ne se passe rien. Vient ensuite le moment de botter l'engagement et là le mot catastrophe prend tout son sens. La réalisation tout d'abord est du niveau de celle de l'introduction, la pixellisation en moins (j'avais activé le FSAA). On se retrouve donc avec des personnages composés de quelques pauvres polygones et d'une raideur à faire pâlir d'envie un amateur de Viagra ! Les effets météorologiques sont incroyablement mal rendus et la texture des différentes pelouses est réduite à sa plus simple expression. Jamais je ne pensais écrire ça un jour, mais ce sont finalement les commentateurs qui tirent leur épingle du jeu avec quelque chose de très moyen, mais tellement au-dessus du reste qu'on en vient à bénir Éric Bayle et Philippe Sella pour leur participation !

Après avoir manqué la réalisation, les développeurs ont dû se sentir en veine et ont donc joyeusement massacré le concept même du rugby en nous proposant une maniabilité totalement surréaliste. Les commandes changent régulièrement selon les phases de jeu, mais un titre comme Madden NFL nous y a habitué depuis un moment. Non, le problème est surtout que l'on ne retrouve pas du tout le rythme et l'intensité d'un match de rugby ! L'engagement des joueurs est relativement mou et les différentes phases de jeu sont entrecoupées de pauses aussi fréquentes qu'énervantes d'autant que la caméra nous montre alors systématiquement la même portion du terrain pour nous annoncer telle ou telle faute ! C'est presque anecdotique, mais sachez également que les parties sont un joyeux désordre. Les joueurs répondent quand ils en ont envie aux sollicitations du joueur, le radar occupe une place énorme dans la partie inférieure de l'écran et la caméra gigote dans tous les sens. Enfin pour couronner le tout, les débutants n'auront pas la moindre chance d'apprendre quoi que ce soit de ce sport puisque les phases ne sont pas du tout expliquées et que le mode entraînement est infiniment plus facile que les matchs: comme je suis magnanime, je ne vous parle même pas des pseudo-tactiques absolument pas respectées lors des mêlées et des touches !

00C8000000060236-photo-rugby-2004-je-ne-sais-que-choisir.jpg
00C8000000060239-photo-rugby-2004-wilkinson-en-route-pour-sixi-me-essai.jpg
00C8000000060238-photo-rugby-2004-le-pack-anglais-va-se-faire-massacrer.jpg

Tactiques, phases de jeu, mêlées : incompréhensible ou ridicule c'est selon !


Direction les vestiaires...[/anchor]Rugby 2004 est tout simplement une horreur ! Un jeu comme nous aimerions bien ne plus en voir a fortiori lorsqu'il est mis sur le marché par une compagnie du gabarit d'Electronic Arts. L'éditeur américain a largement les moyens de nous offrir une simulation de qualité et lorsque l'on s'appelle EA Sports on devrait même faire attention à sa réputation. Rugby 2001 n'était déjà pas une franche réussite, mais la tentative de transformation de ce nouvel essai est complètement loupée ! En réalité il est pire à pratiquement tous les niveaux : réalisation abominable, maniabilité catastrophique et réalisme pour ainsi dire inexistant ! Même après de nombreuses heures de pratique, le jeu est toujours très brouillon et la caméra toujours aussi peu coopérative. Restent deux commentateurs qui ne s'en tirent pas si mal alors qu'il s'agit bien souvent du plus important défaut des jeux EA Sports. Rugby 2004 ne vaut assurément pas les quelques 45 euros que l'on vous en demandera et même les fous furieux de rugby seront sans doute dépités par ce ratage total... C'est décidé je retrouve la disquette de World Class Rugby et je rebranche mon Amiga !
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Google déploie la nouvelle interface utilisateur de ses Smart Display
Insolite : un robot pour vous frapper quand vous jouez en VR (c'est plus réaliste!)
Bientôt des places de parking exclusivement réservées aux véhicules propres ?
VivaTech 2019 - Qwant et Microsoft s'associent pour rivaliser face à Google
Dota 2 : éviter les joueurs toxiques pourrait bientôt impliquer un abonnement
Spotify va tester son premier accessoire à destination des voitures
⚡ Bon plan : Ausdom Casque Bluetooth Réduction Bruit Active à 34,99€ au lieu de 49,99€
Test Rage 2 : un monde ouvert générique, prétexte à un FPS enivrant
Wing, la compagnie de drones d'Alphabet, va débuter ses premières livraisons en juin
AMD : certaines spécifications des puces EPYC 64 & 32 Cores en fuite
La définition d'un kilogramme change à partir d'aujourd'hui
Malgré le blocage américain, l’Europe ne veut pas exclure Huawei
L'assistant Nissan ProPILOT 2.0 autorise la conduite sans les mains sur autoroute
Les nouveaux Arduino arrivent, plus puissants et plus abordables
Google souhaite créer une initiative open source pour la conception de puce électroniques
scroll top