Comment regarderez-vous la Coupe du monde en 2018 et au-delà ?

04 juillet 2014 à 15h04
0

2018, vraie année de la 4K ?

Et si la tendance de fond de la retransmission TV était bien moins spectaculaire et pourtant bien plus évidente que la réalité augmentée ou l'holographie ? À entendre tous les professionnels, elle porte un nom : c'est... l'Ultra Haute Définition, tout simplement. Le battage médiatique autour des très hautes résolutions ne fait seulement que commencer à porter ses timides premiers fruits : il s'est écoulé 10 000 écrans UHD en mai en France, soit autant que sur toute l'année 2013, certes jugée très décevante. Mais cela n'aura échappé à aucun possesseur de ces nouvelles dalles : en dépit du dispositif d'HBS et des innombrables publicités sur les bords de terrain, le contenu compatible est rare. Pas un seul match de poule n'a été diffusé en France en ultra haute définition, et Brésil-Chili, première rencontre retransmisse en 3840x2160, ne sera disponible qu'en vidéo à la demande, et non diffusée en direct. Bref, la diffusion de la coupe du monde au Brésil en 4K reste pour l'instant très théorique.

00E1000007472589-photo-coupe-du-monde.jpg
Comme nous l'explique une porte-parole de TF1, « ce n'est pas une question de mauvaise volonté, c'est juste que le poids du flux 4K est trop lourd pour être diffusé en direct. » Et pour cause : la TNT HD autorise un débit d'environ 7,5 Mb/s, tandis qu'un flux 4K en pèse 20. Les goulots étant pour l'instant trop petits, seul l'IPTV adossée à de très hauts débits, type câble ou fibre, permettraient aujourd'hui d'assurer le passage d'un match en direct. C'est un premier handicap lourd, auquel s'ajoute l'insuffisance des ressources matérielles actuelles.

00E1000007472591-photo-coupe-du-monde.jpg
Le poids du flux demande en effet tout un rééquipement important en amont, surtout pour des événements sportifs. « Une partie de l'étalonnage va demander plus de ressources pour les retransmissions en direct ou semi-direct, prévient Jean-Claude Pascal Flaccomio, chef opérateur. La régie doit tout envoyer à un mélangeur, le monteur fait son montage, et cela repart en diffusion par satellite. On passe de 2 Go à 6 Go par seconde, c'est énorme. » Tout l'enjeu consiste actuellement à développer un codec de compression qui parvienne à alléger au maximum le flux sans être destructeur pour la qualité vidéo. Fini donc, le Mpeg-4, codec roi de l'ère HD. Voici venir le HEVC, ou H.265, qui a été retenu pour la norme UHD, même si d'autres codecs concurrents comme le VP9 de Google lui coexistent. En effet, en termes de diffusion, 2014 n'est rien d'autre qu'une année d'expérimentations.

0190000007472593-photo-coupe-du-monde.jpg


Le HEVC a par exemple de nombreux atouts, mais il faudra du temps pour que son utilisation se répande dans l'industrie. « C'est un codec de compression qui est plus rapide et plus puissant, mais il demande beaucoup plus de puissance de calcul et de ressources mémoire, près de huit fois plus, confirme Boris Felts, vice-président Produits et Solutions d'Envivio, spécialisé dans l'encodage 4K. La loi de Moore est là pour nous dire à partir de quand cela sera financièrement accessible. » Mais comme le résume Luc Saint-Elie, de Panasonic, « rien n'est impossible, tout est question de temps et d'argent. C'est le sens de l'Histoire : les tuyaux sont de plus en plus gros, les contenus de plus en plus lourds. Il n'y a pas d'inquiétude à avoir. »

00C8000007472595-photo-coupe-du-monde.jpg
Les opérateurs, le CSA et les pouvoirs publics ont donc un rôle stratégique à jouer dans la diffusion du standard. Alors que la HD commence seulement à arriver partout, ce sont eux qui permettront aux contenus 4K de se démocratiser. Les essais vont en ce sens : un test de diffusion d'un match de Roland-Garros en UHD a eu lieu début juin, et les premières chaînes compatibles devraient arriver sur la TNT à partir de 2016. De son côté, en tant qu'opérateur IPTV, Orange travaille également au déploiement du format, et les premiers décodeurs 4K « devraient être disponibles prochainement », confie Pierre François Dubois, directeur des services de communication et services d'interaction multi écrans au sein du Technocentre d'Orange.

00C8000007472597-photo.jpg
Bref, en dépit de son omniprésence médiatique à cette Coupe du monde, en 2014, la 4K n'en est qu'à ses balbutiements. Cela avait déjà été le cas en 2006 avec la HD, dont les ventes avaient véritablement décollé en 2010, avec 8,7 millions de dalles écoulées - dont seulement 200 000 en 3D. La coupe du monde en Russie pourrait donc offrir un horizon similaire pour la norme UHD ; celui de la maturité. « 2018, c'est une échéance raisonnable, convient Boris Felts, d'Envivio. Cette année on est plus dans l'expérimentation technologique, viendra ensuite l'expérimentation commerciale, probablement en 2015, avec le lancement de programmes en 4K probablement réservé aux opérateurs satellite, qui ont besoin de ce genre de valeur ajoutée, puis un remplacement qui va s'accentuer, jusqu'à la coupe du monde 2018. »

00C8000007472605-photo-coupe-du-monde.jpg
Un élément penche en faveur d'un renouvellement croissant des téléviseurs au profit des dalles 4K : l'abandon progressif à partir de fin 2015 du DVB-T, la norme de diffusion utilisée par la télévision numérique terrestre, et son remplacement à partir de 2016 par le DVB-T2, qui permettra d'acheminer des flux multimédia plus lourds comme l'UHD. Mais pour en profiter, les consommateurs devront opter pour un téléviseur ou un décodeur compatible. Alors seulement, les chaînes pourront commencer à diffuser leurs premiers programmes en 4K. Au compte-gouttes, dans un premier temps, mais l'Euro 2016 en France pourrait servir de tremplin médiatique, en attendant la coupe du monde 2018, qui sera vraisemblablement l'un des rares programmes dont la diffusion en 4K est presque d'ores et déjà acquise.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Alain Damasio, Ken Loach... 111 assos et intellectuels se lèvent contre Amazon
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top