Val d’Isère : un hackathon pour réinventer la station de ski

le 04 décembre 2014 à 09h25
0
Durant le hackathon du Val d'Isère, les développeurs/skieurs amateurs doivent créer la meilleure application pour les vacances et les sports d'hiver. Les organisateurs de l'événement reviennent pour la rédaction sur ce qui a motivé leur démarche.

00C8000007792491-photo-hackathon-au-val-d-is-re-3.jpg
Le projet, initié par la société en charge des remontées mécaniques Val d'Isère téléphériques et la Compagnie des Alpes, regroupe l'ensemble des acteurs de la station. Joël Boissière, le directeur du projet, Amandine Royer, Daniel Jasmin, de la Caisse des dépôts (qui accompagne également les initiateurs du hackathon), et les autres membres au cœur du projet nous dévoilent les motivations qui les poussent à créer cet événement.

Pourquoi lancer un tel projet ?

Nous voulons développer la relation avec les clients de la station. Avoir un lien plus direct avec eux. Nous avons déjà une application mobile, mais il nous faut quelque chose de plus innovant, plus personnalisable, cela va nous permettre d'affiner nos services.

Par ailleurs, il s'agit de poser la première brique de la numérisation de la Compagnie des Alpes. Ce hackathon au Val d'Isère doit nous permettre de concevoir une application mobile qui sera utilisée dans toutes les stations gérées par la Compagnie. Et puis, évidemment, nous cherchons à satisfaire les besoins des acteurs de la station.

« Nous voulons que l'application soit créée par les utilisateurs, pour les utilisateurs »



Quels sont les besoins technologiques dans le tourisme d'hiver ?

Quand on part en station de ski, le mobile est la seule interface facilement utilisable. Et l'on a peu de temps d'adaptation pour comprendre comment tout fonctionne. Souvent, les clients en perdent pour chercher l'Office du tourisme, la laverie, ou bien leurs amis. La géolocalisation joue alors un rôle pivot pour les aider à trouver ce dont ils ont besoin. Il est donc important de pouvoir fournir ce genre de fonctionnalités.

Nous avons également besoin d'agréger les services proposés par la station dans un seul environnement, car ils sont nombreux. Les objets connectés pourraient aussi nous être utiles. Par exemple, pour avoir accès aux informations de son forfait de ski ou payer rapidement.

Quel est l'intérêt d'organiser un hackathon plutôt que de faire appel à un prestataire ?

Si nous avions fait ainsi, nous aurions dû inventer nous-mêmes les fonctionnalités de l'application. Il nous semblait plus cohérent de laisser cela à des experts du numérique qui sont également skieurs, afin qu'ils ciblent mieux les besoins de nos clients et les services nécessaires. Nous voulons que l'application soit créée par les utilisateurs, pour les utilisateurs.

0208000007792487-photo-hackathon-au-val-d-is-re-1.jpg


Comment va se dérouler ce hackathon ?

Le hackathon se déroule sur 6 jours. Les 3 premiers jours, nous ouvrons les portes de la station aux développeurs pour qu'ils découvrent nos services. Ils ont également accès à nos données et ressources disponibles. Ils rencontrent les acteurs du Val d'Isère et skient, avant de se mettre à coder. Grâce à cela, nous pensons qu'ils pourront nous proposer des applications réellement adaptées à la réalité des acteurs de la station. Durant les 3 derniers jours, ils vont développer leurs projets, en se concentrant sur 3 fonctionnalités clés. A la fin, ils nous rendent un pack et présentent leur travail.

Comment avez-vous sélectionné les participants et qu'attendez-vous d'eux ?

Nous avons reçu une trentaine de candidatures. Chaque équipe a présenté une application test, ses références, et les membres qui la composent. Puis, un jury a sélectionné 10 participants. Nous voulions des équipes avec des références originales, très différentes les unes des autres. Nous avons des étudiants, des développeurs Freelance, des experts spécialisés dans certaines technologies comme l'iBeacon, des équipes étrangères : certains participants sont suisses, polonais, roumains... Comme nous avons beaucoup de clients étrangers, c'est intéressant d'avoir des équipes qui le sont également.

« Si l'une des équipes gagnantes nous donne envie de travailler avec elle, nous le ferons »



Ce que nous attendons, c'est surtout d'être surpris. Mais nous souhaitons aussi obtenir un travail de qualité professionnelle : que le code de l'application soit propre et aéré, nous serons très attentifs à cela.

Quelles difficultés avez-vous rencontré pour l'organisation de cet événement ?

Il a fallu coordonner tous les acteurs de la vallée pour qu'ils soient disponibles durant la semaine, et organiser le parcours de découverte de la station pour les développeurs. Ils doivent rencontrer l'Ecole du Ski Français, les régisseurs des pistes, les équipes d'entretien du domaine skiable, les employés de Val d'Isère Téléphériques, le canal d'informations de la station : Radio Val d'Isère, les restaurateurs, les clients et autres professionnels. Il a également fallu s'occuper de la logistique.

Enfin, nous avons travaillé à rendre les données des acteurs de la station disponibles. Ce n'est pas simple d'ouvrir aux développeurs les données des pistes de ski, les horaires des navettes, la géolocalisation des bus, les webcams situées dans les sommets, ou bien les données météo. Mais c'était impératif pour qu'ils réalisent des projets qui fonctionnent réellement en pratique.

0208000007792489-photo-hackathon-au-val-d-is-re-2.jpg


Que vont devenir les applications des vainqueurs du hackathon ? Allez-vous sélectionner l'une d'entre-elles pour l'utiliser ?

Le jury désignera 3 gagnants. Puis, les applications seront testées par les clients de la station en janvier. Enfin, nous réunirons les fonctionnalités les plus populaires au sein d'une seule et même application, qui sera lancée dès la saison prochaine.

Les gagnants participeront ils à l'application finale, ou allez-vous solliciter un prestataire pour cela ?

Nous ne nous sommes pas engagés vis-à-vis des participants du concours. Si l'une des équipes gagnantes nous donne envie de travailler avec elle, nous le ferons. Sinon, nous passerons en effet par un prestataire. Nous ne sommes pas encore décidés. Tout dépendra de la capacité des vainqueurs à industrialiser leur travail.

Qu'arriverait-il si l'un des gagnants refusait de vous laisser utiliser les fonctionnalités qu'il a codées ?

Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser aux développeurs la propriété intellectuelle des applications créées dans le cadre du hackathon. Si nous voulions utiliser l'une de leurs fonctionnalités d'ici deux ou trois ans, cela serait plus compliqué, nous devrions payer. En plus, nous allons sûrement devoir refaire toute l'application. Et ce n'est pas forcément pratique d'utiliser les lignes de code des autres. Les développeurs pourront toujours utiliser leur travail, mais ils devront nous demander l'autorisation. Si leur projet ne concurrence pas directement le nôtre, nous les y autoriserons.

En échange, nous avons fait en sorte de leur offrir des compensations. Les participants profitent de la station pendant 3 jours, et les vainqueurs repartent avec des cadeaux. Nous estimons que le marché est juste.

Que gagneront les participants ?

L'équipe qui arrivera en première position aura le choix entre un Macbook Pro par personne ou un forfait de ski illimité jusqu'en 2032. La seconde équipe gagnera un iPhone 6 par personne. La troisième des iPad Air, la quatrième des PlayStation 4, et les autres auront un lot de consolation que nous ne pouvons pas encore révéler avant le jour des délibérations du jury.

Pour retrouver plus d'informations sur cet événement, vous pouvez consulter l'agenda de Clubic Pro.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés : Salons high-tech
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

AIDA64, l'outil de bench et de diagnostic, disponible en version 6.0
La transition écologique de l'industrie chimique va demander beaucoup d'énergie renouvelable
Le serveur test de PlayerUnknown's Battlegrounds arrive sur consoles
Télescope : ce qu’il faut savoir pour débuter et choisir un modèle
42 pays adoptent des normes pour une IA plus
Pourquoi installer un antivirus ou une suite de sécurité pour Mac ?
Skoda lance la CITIGO-e iV, une toute électrique à moins de 20 000 $
Apple lancera bien trois nouveaux iPhone en septembre prochain
Londres : les utilisateurs du Wi-Fi public du métro seront trackés dès cet été
Rotten Tomatoes va (enfin !) vérifier si vous avez vu un film avant de le noter
scroll top