Les Etats-Unis auraient implanté des "malwares offensifs" sur le réseau électrique russe

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
17 juin 2019 à 16h59
0
photo-1473341304170-971dccb5ac1e.jpg
Crédit illustration : Unsplash // Matthew Henry

D'après des sources du New York Times, l'United States Cyber Command - branche de l'armée américaine consacrée aux cyberconflits - aurait implanté des « malwares offensifs » sur le réseau électrique russe. Une conséquence directe des tensions 2.0 observées ces dernières années entre les deux puissances.

L'année dernière, l'US Cyber Command était élevée au rang de « unified command » par Donald Trump. Une formalité permettant à la branche numérique de l'armée américaine d'être considérée, du moins sur le papier, comme tout aussi importante que les autres commandements du Pentagone. Son rôle reste cependant le même depuis sa création en 2010 : défendre les réseaux d'information et conduire, si nécessaire, des opérations militaires dans ce que les autorités américaines décrivent comme le « cyberespace ». Une mission que le Général Paul Nakasone (chef de la NSA et de l'US Cyber Command) souhaitait, l'année dernière, mener de façon plus agressive. D'après le Times, nous y sommes.

Le réseau électrique russe ciblé

Depuis « au moins » 2012, précise Engadget, l'US Cyber Command mène des opérations de reconnaissance sur le réseau électrique russe. Le New York Times avançait toutefois ce 15 juin que l'armée était passée à la vitesse supérieure en y implantant des « malwares offensifs ». Les détails de cette infiltration ne sont pas clairement connus, pas plus que son ampleur. Difficile par ailleurs de savoir précisément quels impacts ces malwares pourraient avoir sur le réseau électrique russe.

Les intentions de l'USCC sont en revanche explicites : cette infiltration se veut dissuasive et doit servir d'arme en cas d'escalade digitale entre les Etats-Unis et la Russie.

Pour mener cette opération, l'armée aurait mis à profit une loi promulguée en 2018. Cette dernière autorise L'US Cyber Command à mener des campagnes en ligne secrètes ayant pour objectif « de dissuader, de protéger ou de se défendre contre » des cyberattaques sans être forcée d'en référer au président. Engadget explique ainsi que cette intégration de malwares sein du réseau électrique russe pourrait avoir été conduite sans que Donald Trump ne soit mis dans le secret.

Pour rappel, le président Trump estimait en juillet dernier que les cyberattaques russes avaient pris fin.



Les Etats-Unis veulent pouvoir riposter en cas de nouvelles attaques

Seul John Bolton, Conseiller à la sécurité nationale, a accepté de s'exprimer suite à la publication de l'enquête du New York Times. L'intéressé a déclaré cette semaine que les Etats-Unis cherchaient en effet à étendre le champ de leurs potentielles cyber-cibles. D'après lui, l'objectif est avant tout d'avertir la Russie : en cas de nouvelles cyberattaques, le Pentagone a de quoi riposter.

Avec cette opération, les Etats-Unis semblent vouloir figer le cyberconflit avec la Russie dans une forme de statu quo numérique... aux forts relents d'une guerre froide d'un genre nouveau.

Source : Engadget
Modifié le 17/06/2019 à 17h57
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Malwarebytes annonce avoir aussi été touchée par les même pirates de l'affaire SolarWinds
Soldes Cdiscount : 7 promotions sur le high-tech à saisir avant minuit
Trump gracie A.Levandowski, inculpé pour vol de documents secrets portant sur la voiture autonome Google
Test Sony KD-48A9 : un petit téléviseur OLED qui en fait trop … ou pas assez ?
Soldes Amazon et Cdiscount : le TOP des bons plans high-tech à saisir ce soir
Soldes Cdiscount : un PC portable Asus Vivobook vraiment moins cher !
L’activité criminelle liée aux crypto-monnaies a diminué en 2020, selon un récente étude
L'image du fan de séries amorphe et accro en partie démontée par le CNRS
Soldes Amazon : 3 accessoires pour smartphones en promotion
Sennheiser annonce le HD 250BT, version Bluetooth et allégée d'une légende du casque audio
Haut de page