En déclin sur le mobile, Samsung met le paquet sur les puces

Thomas Pontiroli
06 octobre 2014 à 13h52
0
Concurrencé par Huawei et Lenovo sur les smartphones, Samsung voit sa position s'éroder et doit faire jouer ses atouts pour continuer à créer de la valeur. Il va pour cela investir dans les semi-conducteurs.

Cela fait environ un an que Samsung tire son dynamisme non plus des smartphones, mais des semi-conducteurs. Numéro un mondial des puces pour mémoire et numéro deux mondial derrière Intel en ajoutant les microprocesseurs, le fabricant va investir quelque 14,7 milliards de dollars dans une nouvelle usine en Corée du Sud, à Pyeongtaek, à environ 75 km au sud de Séoul. Elle devrait entrer en production en 2017.


0140000006158370-photo-logo-samsung.jpg


L'objectif de Samsung est d'améliorer sa « compétitivité sur le marché des semi-conducteurs, qui jouit d'une solide croissance grâce à une hausse de la demande pour les appareils mobiles ». Car si les ventes de Samsung reculaient de 4% sur un an au deuxième trimestre selon IDC, il n'en est pas de même pour le reste de l'industrie. Les livraisons de smartphones ont progressé de 23% sur la période, grâce à la demande pour les modèles d'entrée de gamme de Lenovo et Huawei - qui rognent d'ailleurs des parts de marché à Samsung.

Miser sur les puces DRAM et NAND



En 2013, Samsung affichait une croissance de 7% dans l'industrie des semi-conducteurs, le plaçant deuxième du secteur avec 9,7% du gâteau selon Gartner. Plus dépendant d'un marché des PC en déclin et quasiment absent du domaine de la mobilité, Intel voyait sa position de leader s'éroder de 1% sur un an, avec 15,4% du secteur. Si Samsung réussit à accélérer dans les puces pour appareils mobiles, il pourrait enterrer les espoirs de l'américain - ce dernier a récemment annoncé un investissement de 1,5 milliard de dollars dans les puces mobiles en Chine, en entrant au capital des entreprises Spreadtrum Communications et RDA Microelectronics.

Mais la force de Samsung est la forte demande pour les puces DRAM. De la fin 2013 au début 2014, Samsung a considérablement accru sa part de marché. D'après Dramexchange, le fabricant est passé de 37% de parts de marché au troisième trimestre 2013, à 46% au premier trimestre 2014, loin devant Micron et SK Hynix.

Concernant la mémoire NAND, la hausse de la demande en disques SSD soutient la croissance de Samsung. En juin dernier, les semi-conducteurs de Samsung progressaient de 4% sur un an, et les mobiles perdaient 12%. Mais les mobiles pèsent toujours trois fois plus que les semi-conducteurs dans les comptes de la société.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
scroll top