Cloud : Oracle lance son infrastructure à la demande privée

16 janvier 2013 à 18h36
0
Avec sa solution d'infrastructure en cloud privé, Oracle entend faire profiter les entreprise de son offre complète (analytique, stockage, calcul...) sur leur propre site, à l'abri de leur pare-feu. Le tout pour un coût pouvant être réduit de 30% sur une période de trois ans.

00C8000005659474-photo-oracle-exadata.jpg
L'américian Oracle s'apprête à lancer son offre d'infrastructure en tant que service (IaaS) en mode privé, que les entreprises pourront utiliser sur site, derrière leur firewall. Avantages pour les clients : la gestion est assurée par le fournisseur moyennant un tarif forfaitaire mensuel, mais les serveurs sont localisés sur site, ce qui peut être vu comme un gage de contrôle et de sécurité des infrastructures. Oracle ne joue donc pas sur le même terrain qu'Amazon Web Services et son cloud public.

Le cloud d'Oracle se voit plutôt comme une alternative à un déploiement sur site classique (« on-premise »), dont la facture est souvent plus corsée. Sur ce point, la société de Larry Ellison fait valoir l'avantage tarifaire que procure sa solution. Sur une durée de trois ans - qui correspond en fait à la durée minimale d'engagement -, son IaaS reviendrait environ à 1,08 million de dollars, contre 1,36 million pour son système Exadata s'il était acheté, déployé et géré par l'entreprise elle-même. Une simulation qui ne prend pas en compte l'achat de ressources supplémentaires (Capacity on Demand), auquel cas la solution cloud reviendrait à 1,32 million de dollars.

« Pour la première fois, nos clients peuvent bénéficier du rendement, de l'évolutivité et de la fiabilité des systèmes Oracle déployés sur leur propre site, à l'abri de leur pare-feu, grâce à un abonnement mensuel », a commenté Juan Loazia dans un communiqué, vice-président du développement logiciel chez Oracle. « Et grâce à l'option Capacity on Demand, ils peuvent ajuster le prix en fonction de la charge de travail demandée » a-t-il ajouté, vantant les économies que cela peut engendrer pour le client.

Parmi les systèmes pris en compte par cette IaaS, on retrouve Exadata Database Machine (base de données), Exalogic Elastic Cloud (serveur d'applications), SPARC SuperCluster (calcul), Exalytics In-Memory Machine (analytique) et Sun ZFS Storage Appliance (stockage). Plus de détails sur cette offre seront néanmoins donnés à l'occasion d'une présentation organisée par Oracle le 22 janvier.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Les caractéristiques du BlackBerry Z10 fuitées sur la Toile ?
Adblock Freebox : Xavier Niel demandera l'avis des abonnés
Neutralité du Net : Neelie Kroes pas opposée à des offres d'accès segmentées
Freebox : Free relance son bloqueur de pub, désactivé par défaut
Qualité de la 3G : L'UFC-Que Choisir porte plainte contre Free Mobile
Numérisation : la BNF annonce deux accords avec des sociétés privées
Insolite : un développeur d'une entreprise faisait sous-traiter son travail en Chine
Un émulateur Super NES fait son apparition sur Windows Phone 8
La liseuse Kindle Paperwhite d'Amazon disponible en France
Orange compte sur sa taille pour se faire payer par Google
Haut de page