Les webcams de certains MacBook activables à l'insu de l'utilisateur

19 décembre 2013 à 14h18
0
Des chercheurs de l'université Johns Hopkins de Baltimore ont démontré dans une étude la possibilité de prendre le contrôle de la webcam d'un possesseur de MacBook à son insu, en désactivant l'allumage de la LED associée. Une pratique qui serait utilisée de longue date, notamment par le FBI.

00FA000005655196-photo-espion-logo-spy-gb-sq.jpg
Il y a quelques mois, une jeune Américaine avait été victime de chantage par un pirate, qui avait réalisé des photos d'elle, nue devant son ordinateur, sans qu'elle s'en aperçoive. Le maître-chanteur avait utilisé la webcam de sa machine à plusieurs reprises, via un procédé permettant d'en prendre le contrôle en toute discrétion. Si le pirate a depuis été identifié et condamné, le mystère planait par rapport à la procédure employée.

Des chercheurs américains ont depuis levé le voile sur cette démarche, qui concernera principalement les ordinateurs d'Apple sorti avant 2008. Néanmoins, si l'expérience a été réalisée sur des MacBook et des iMac datant de cette période, les chercheurs de l'université Johns Hopkins estiment que la démarche est applicable à des machines plus récentes, au prix de nombreux efforts.

Concrètement, les chercheurs expliquent que la faille vient des « multiples puces » présentes dans les ordinateurs. « Il y a une puce dans la batterie, une puce dans le clavier, une puce dans l'appareil photo ». En théorie, les MacBook sont conçus pour empêcher la webcam d'être activée sans déclencher l'allumage du LED, qui indique qu'elle est en fonctionnement. Mais les chercheurs ont compris comment reprogrammer le microcontrôleur à l'intérieur de l'appareil photo pour désolidariser ce dernier de la LED. La démarche est réalisée par l'intermédiaire d'un petit logiciel, qui peut prendre la forme d'un malware.

Une vidéo mise en ligne par le Washington Post met en avant la facilité avec laquelle le programme est capable de désactiver la lumière.



Les chercheurs insistent sur le fait que la reprogrammation de microcontrôleurs spécifiques est en train de devenir de plus en plus commun. « Les gens commencent à comprendre ce qu'il se passe lorsqu'on reprogramme des composants individuellement » explique Charlie Miller, un expert en sécurité de Twitter. Ce dernier a démontré, l'année dernière, qu'il était possible de reprogrammer la puce d'une batterie de Macbook Pro pour la pousser à consommer plus, voir même à exploser.

La mise en lumière de ce type de faille matérielle a donc de quoi inquiéter, même si les chercheurs insistent sur le fait qu'il n'est pas accessible au premier venu et nécessite beaucoup de travail. Il faut également insister que le procédé, même s'il est expliqué dans cette démonstration, est utilisé depuis un moment déjà, notamment par le FBI, qui s'en est récemment servi pour traquer un terroriste présumé.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020
Certains MacBook Pro récents s'éteignent
Depuis la démocratisation des smartphones les gens ont plus d'accident dus à leur téléphone #SansDec
Cyberharcèlement, usurpation d'identité : une Française vivant aux USA condamnée à de la prison
Grève du 5 décembre : les meilleures applications mobiles pour contourner les perturbations
L'arrivée du « premier contraceptif masculin » en 2020 ?

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top