Canon PowerShot S100 : le compact expert de poche entièrement mis à niveau

Canon a annoncé jeudi dernier le renouvellement de son compact expert. Si le PowerShot S95 n'était qu'une mise à jour mineure (mais bienvenue) du S90, le nouveau « PowerShot S100 » apporte quant à lui toute une panoplie d'innovations majeures.

01E0000004604828-photo-canon-powershot-s100.jpg
98,9 x 59,9 x 26,7 mm pour 198 g

On retrouve donc la même approche, sans équivalent sur le marché, d'un compact expert qui rentre dans une poche de jean, mais il ne reste plus grand-chose de la fiche technique des prédécesseurs. Capteur, puce de traitement et objectif bénéficient effectivement tous trois d'une mise à niveau conséquente et bienvenue.

Nouveau capteur et nouvelle puce de traitement

Le « Canon S100 » troque pour commencer le capteur CCD de 1/1,7 pouce à 10 millions de pixels pour un capteur CMOS rétroéclairé de même dimension à 12,1 millions de pixels. Si l'ancien offrait une densité raisonnable, le nouveau fait appel à un procédé plus efficace avec lequel il s'améliore à plus d'un titre.

Combiné à la nouvelle puce de traitement « Digic 5 », celui-ci photographie désormais jusqu'à 6400 ISO, avec un résultat à priori convaincant jusqu'à 3200 ISO, et avec une cadence grimpant jusqu'à 9,5 i/s sur 8 vues (avec mise au point fixe). La plus grande rapidité du couple ouvre en outre la voie à la vidéo Full HD 1080p, certes à 24 i/s seulement, mais c'est un apport bienvenu par rapport à la HD 720p du S95. Une touche d'enregistrement dédiée fait d'ailleurs son apparition au dos du boîtier.

0140000004604834-photo-canon-powershot-s100.jpg

Nouveau zoom

Ce nouveau capteur est surmonté d'un nouveau zoom, à la fois plus ample (on passe de 3,8 à 5 fois) et plus grand angle, pour une équivalence qui passe de 28-105 mm f/2,0-4,9 à 24-120 mm f/2,0-5,9.

Si le gain en recul est louable, la position téléobjectif plus avancée sera malheureusement plus difficile à utiliser, du fait d'une luminosité huit fois moindre qu'en grand angle. Le stabilisateur, promettant un gain de 4,5 vitesses, pourra effectivement compenser les mouvements du photographe en position télé, mais pas ceux du sujet, qui devra rester parfaitement immobile autrement qu'en plein soleil.

GPS et ergonomie retouchée

Les dernières nouveautés du « PowerShot S100 » sont plus ou moins anecdotiques. Il abrite désormais un GPS, assurant la géolocalisation des clichés, au détriment d'une autonomie qui reste limitée à 200 prises de vue... lorsqu'il est désactivé.

Deux petites protubérances à l'avant et sous le pouce forment désormais une simili-poignée et améliorent la prise en main de l'appareil. Une modification bienvenue tant le S95 était lisse. L'écran de 3 pouces à 460 000 points reste en revanche identique, alors qu'il aurait pu profiter d'une mise à niveau à 921 000 points ou plus. Dernière lacune, l'impossibilité d'ajouter un viseur optique ou électronique, dont est friande la cible de ce type d'appareil.

00F0000004604830-photo-canon-powershot-s100.jpg
00F0000004604832-photo-canon-powershot-s100.jpg

Le « Canon PowerShot S100 » sera lancé en France et en Europe le 1er octobre au prix public de 429 euros.



À lire aussi :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Marvel Cinematic Universe : le guide complet pour regarder (ou non) les films et séries du MCU dans le bon ordre
E3 2021 : des stands virtuels et d'autres animations dématérialisées au programme
Un revenu universel en crypto-monnaie : douce utopie ou vraie bonne idée ?
PS5 : Sony travaille en ce moment sur plus de 25 exclusivités
Test Sony Bravia XR-55X90J : une alternative intéressante aux téléviseurs OLED ?
FLoC : Brave, DuckDuckGo, GitHub, WordPress… Pourquoi une telle levée de boucliers contre Google ?
PS5 : Sony dévoile deux nouveaux coloris pour la manette DualSense
Cent ans après : la carte de crédit, produit d'une utopie
Test ASRock B560M Steel Legend : parce que le Z590 n'est pas forcément indispensable
Test de Mass Effect Édition Légendaire : une trilogie qui fait toujours son petit effet
Haut de page