Test Nikon Coolpix S9100 : simple et relativement efficace

Aurélien Audy
29 juin 2011 à 15h35
0

Nikon Coolpix S9100

Nikon semble décidé à réinvestir le secteur des compacts, un marché que le constructeur avait un peu négligé depuis quelques années au profit des reflex. Le Coolpix S9100 est ainsi le premier compact Nikon à disposer d'un zoom supérieur au 10X, et qui plus est, grand-angulaire (le S8100 n'était qu'un 30-300 mm). De quoi rivaliser avec les caïds du milieu ?

0190000004371790-photo-nikon-s9100.jpg

Nikon Coolpix S9100
Caractéristiques photo
Pixels réels /
Résolution max
12,1 Mpix /
4 000 x 3 000 pixels
Capteur - tailleCMOS rétro-exposé EXR - 1/2,3''
Zoom25 - 450 mm (18 X)
Ouvertures max / stab
f3,5 - f5,9 / mécanique
Ecran
3'' / 921 000 pixels
Sensibilités
160 à 3 200 ISO
Obturateur
4 s - 1/4 000 s
Macro
4 cm
Portée du flash
4 m maximum
GPS / Format RAW
Non / Non
Stockage
SD/SDHC/SDXC (UHS-1)
+ 74 Mo interne
ConnectiqueMicro USB + mini HDMI
Autonomie annoncée270 photos (CIPA)
Dimensions104,8 x 62 x 34,6 mm
Poids212 g
AlimentationBatterie Li-ion 1 050 mAh
Caractéristiques vidéo
Qualité max1080p en 30 im/s
Conteneur - codecMOV - Mpeg-4/AVC
SonStéréo
Zoom / AF pendant vidéoOui / Oui
Vidéo stabiliséeOui, électronique


Prise en main et ergonomie du Coolpix S9100

Le S9100 reprend le corps du S8100, avec des lignes passe-partout (sauf si vous choisissez le coloris rose vif), un boîtier un peu plus haut que les autres, mais relativement léger. La finition inspire confiance sans être particulièrement luxueuse. Nikon a conservé la petite barre en façade pour cramponner ses doigts : c'est moins ergonomique qu'une vraie poignée grippée, mais c'est toujours mieux que la face lisse du SX230 HS de Canon. Et on retrouve aussi les picots à l'arrière au niveau du pouce : la prise à une main est suffisamment confortable. Bon point ici, le flash pop-up ne sort pas automatiquement au démarrage : l'utilisateur est libre de l'actionner via un loquet latéral. En apparence, la seule différence par rapport au S8100 c'est l'emplacement du sélecteur de mode, passé en bordure d'appareil.

00C8000004371826-photo-nikon-s9100-poign-e.jpg
00C8000004371794-photo-nikon-s9100-bouton-vid-o.jpg
00C8000004371810-photo-nikon-s9100-flash.jpg

Tige faisant office de poignée, zone à picots pour le pouce et flash pop-up à sortie manuelle


Le 9100 poursuit son parcours de santé exhibant avec un bel écran en 921 000 pixels, qui reste assez visible en plein soleil grâce à son traitement spécial. Traitement qui donne des reflets violets pas terribles, mais il faut savoir ce qu'on veut ! Juste un petit regret : l'affichage quand on vise apparaît mal définit, ça n'est que quand on fait la mise au point que le LCD révèle tous ses pixels.

012C000004371838-photo-nikon-s9100-vis-e.jpg
012C000004371836-photo-nikon-s9100-visibilit.jpg

Ecran de visée et visibilité en plein jour


L'appareil conserve sinon toute la simplicité de son prédécesseur : une roue codeuse crantée au dos avec un bouton de validation central et les touches menu, corbeille, lecture et vidéo. Sur le dessus, un sélecteur de modes (8 entrées) et la manette de zoom.

012C000004371796-photo-nikon-s9100-commande-arr.jpg
012C000004371798-photo-nikon-s9100-commande-sup.jpg

Commandes à l'arrière du boîtier et sélecteur de modes


Pour l'interface, le principal mot d'ordre reste : « sobriété ». L'avantage, c'est que le néophyte ne se sentira pas submergé de notions incompréhensibles. Le menu Prise de vue est composé de six entrées : taille d'image, balance des blancs, mesure, sensibilité, zone AF et mode autofocus. Quant aux onglets vidéo et configuration, ils ne sont guère plus compliqués. L'inconvénient, c'est qu'un utilisateur avancé devra se résoudre à faire essentiellement du Point and shoot. Pas de réglage manuel ou semi-débrayable, les seuls paramètres auxquels on accède sont la correction d'exposition, la teinte et la saturation. Rien de particulier en matière de connectique : on retrouve les micro USB servant aussi à l'audio-vidéo et le mini HDMI. Enfin, l'autonomie calculée par Nikon selon les critères CIPA est de 270 vues.

Performances du S9100 : réactivité et objectif

Le S9100 est sur le qui-vive ! L'écran s'allume dans la seconde et la première photo peut-être déclenchée en 1,6 seconde au plus rapide, c'est assez furtif. En revanche, l'enregistrement n'est pas des plus rapides. Est-ce le buffer ou l'écriture proprement dite, on ne sait pas. Mais ça plombe le délai entre deux images et bien sûr la rafale qui n'est ici que de 2 im/s sur 26 vues (ou 10,6 im/s mais sur 5 vues, avec 5 secondes d'immobilisation). Autre petite lenteur : quand on braque l'objectif vers une scène peu éclairée, l'appareil tâtonne pour mesurer l'exposition (pendant quelques secondes l'écran reste tout noir). Sinon l'autofocus se situe dans une bonne moyenne au grand angle. Et ses performances baissent assez nettement (mais dans des proportions raisonnables) au téléobjectif.

04372566-photo-nikon-s9100-graphique.jpg
Mesures exprimées en secondes : la plus petite est la meilleure


0096000004371824-photo-nikon-s9100-objo.jpg
La partie optique est assez intéressante, car c'est en effet elle qui a le plus évolué depuis le S8100. On est passé d'un zoom 10X 30-300 mm à un 18X 25-450 mm, avec des ouvertures quasi identiques ! Nikon l'a doté d'une lentille ED à faible dispersion (nous verrons plus loin si elle joue bien son rôle), mais pourquoi diable ne pas avoir intégré de stabilisation optique ?! Ce n'est pas comme si Nikon ne maîtrisait pas le dispositif... Résultat : avec les mouvements de capteur, il ne faut pas descendre en dessous de 1/50e de seconde, voire 1/80e si vous voulez éviter les images floues. Quelle erreur de Nikon !

012C000004371840-photo-nikon-s9100-zoom.jpg
Le S9100 opte pour un beau 25-450 mm, mais que Nikon n'a malheureusement pas jugé nécessaire de stabiliser par voie optique


En l'absence de réglages manuels, nous n'avons pas pu tester toutes les ouvertures. L'appareil est resté sur l'ouverture la plus grande à chaque fois. Le centre est toujours bien piqué, mais les bords affichent eux une certaine douceur (essentiellement à 25 et 450 mm). L'homogénéité n'est jamais élevée, cependant on notera que le S9100 et sa lentille ED savent mieux contenir les aberrations chromatiques que les appareils de Canon ou Fujifilm par exemple. On en repère ponctuellement, mais ce n'est rien à côté des deux compacts cités. En matière de distorsion, le Coolpix fait encore une fois dans la sobriété. Toutefois les déformations produites sont étonnamment inversées : un léger coussinet au grand-angle qui part vite vers du barillet, notamment à 450 mm où il est le plus marqué.

" alt="

<center>Nikon Coolpix S9100 : piqué au centre à 68 mm f4,6</center>

" alt="

<center>Nikon Coolpix S9100 : piqué au centre à 165 mm f5,3</center>

" alt="

<center>Nikon Coolpix S9100 : piqué au centre à 450 mm f5,3</center>

" alt="

<center>Nikon Coolpix S9100 : piqué au bord à 25 mm f3,5</center>

" alt="

<center>Nikon Coolpix S9100 : piqué au bord à 68 mm f4,6</center>

" alt="

<center>Nikon Coolpix S9100 : piqué au bord à 165 mm f5,3</center>

" alt="

<center>Nikon Coolpix S9100 : piqué au bord à 450 mm f5,3</center>

" alt="

<center>Nikon Coolpix S9100 : distorsion à 25 mm</center>" alt="

<center>Nikon Coolpix S9100 : distorsion à 78 mm</center>" alt="

<center>Nikon Coolpix S9100 : distorsion à 106 mm</center>" alt="

<center>Nikon Coolpix S9100 : distorsion à 450 mm</center>" alt="

Qualité d'image et hautes sensibilités

Le S9100 reprend le capteur CMOS rétro-exposé de 12 Mpix pour 1/2,3 pouce déjà vu sur plusieurs appareils de la marque dont le Nikon P300 testé ici. Mais le résultat est assez différent. Orientation grand public du S9100 oblige, Nikon a opté ici pour un lissage plus marqué des images. On perçoit effectivement moins de bruit, mais ce nettoyage se fait au détriment des détails. Les utilisateurs habitués à la postproduction seront déçus, ceux qui veulent des photos clé en main y gagneront. Dans tous les cas, de 100 à 400 ISO il n'y a rien à redire. A 800 ISO on commence à bien constater la perte de détails, mais les grands tirages sont toujours envisageables. A 1 600 ISO, le A4 passera tout juste, à condition de ne pas river son nez sur la photo. A 3 200 ISO, il vaudra mieux se passer d'impression, ou alors en format identité...

" alt="

<center>Scène de test, extrait 1 à 200 ISO</center>

" alt="

<center>Scène de test, extrait 1 à 400 ISO</center>

" alt="

<center>Scène de test, extrait 1 à 800 ISO</center>

" alt="

<center>Scène de test, extrait 1 à 1600 ISO</center>

" alt="

<center>Scène de test, extrait 1 à 3200 ISO</center>

" alt="

<center>Scène de test, extrait 2 à 100 ISO</center>

" alt="

<center>Scène de test, extrait 2 à 200 ISO</center>

" alt="

<center>Scène de test, extrait 2 à 400 ISO</center>

" alt="

<center>Scène de test, extrait 2 à 800 ISO</center>

" alt="

<center>Scène de test, extrait 2 à 1600 ISO</center>

" alt="

<center>Scène de test, extrait 2 à 3200 ISO</center>" alt="

01C2000004372958-photo-nikon-s9100-mode-auto-vs-paysage-nocturne.jpg


Mode automatique à 800 ISO 1/5e versus mode paysage de nuit à 450 ISO et 1/15e



Le reste de l'imagerie est plutôt fiable. En dehors d'une légère tendance à surexposer, le S9100 se débrouille bien dans la plupart des situations, de préférence avec une lumière suffisante. Lorsqu'on passe dans la pénombre, il faudra clairement déployer le flash, assez puissant et bien dosé, mais pas réglable au besoin. Dommage en revanche que le mode macro ne soit pas plus performant.

Fonctionnalités et vidéo

Point de GPS ici, mais un mode panoramique à main levée très fluide et simple à utiliser. L'assemblage automatique a tout de même tendance à laisser ça et là des raccords ratés, transparents, mais visibles. Cela dit, compte tenu du peu de peine qu'on se donne, on ne va pas se plaindre.

01C2000004373760-photo-nikon-s9100-pano-180.jpg
Panoramique à 180° (appareil tenu à la verticale)


024E000004373762-photo-nikon-s9100-pano-360.jpg
Panoramique à 360° (appareil tenu à la verticale)


Médisons en revanche sur le mode HDR pathétiquement bridé. Pourquoi ne pas avoir tout simplement reproduit celui du Coolpix P300 réglable sur trois niveaux ? Là, on ne contrôle rien et l'appareil s'emballe à chaque coup, en produisant une image délavée totalement artificielle. Dommage, d'autant que le mode bénéficie d'une place dédiée sur le sélecteur.

012C000004373006-photo-nikon-s9100-sans-hdr.jpg
012C000004373008-photo-nikon-s9100-avec-hdr.jpg

A gauche l'image sans HDR, à droite l'image avec HDR


Quid de la vidéo ? En 1 080p à 30 im/s et encodée en Mpeg-4 AVC à 14,4 Mbps, elle atteint un niveau de qualité très satisfaisant (sans égaler les Panasonic et Sony). Le S9100 profite également d'un AF-F (autofocus Fulltime) que Nikon semble parvenir à faire progresser à chaque nouvel appareil. Et la prise de son est convenable. Il y a cependant un grand MAIS : l'absence de stabilisation optique qui comme sur le FinePix F550 EXR vient sérieusement noircir le tableau. Au grand angle ça va, mais au 450 mm le mal de mer est garanti !

Voyez donc les effets de l'absence de stabilisation sur la deuxième vidéo. La première vidéo témoigne de la bonne fluidité des images.





Conclusion

On jugera le Coolpix S9100 avant tout en fonction de son niveau en photographie, ou pour un débutant, en fonction de son envie d'explorer la pratique. Clairement, le S9100 est un appareil simple qui ravira les néophytes ou les utilisateurs ne voulant pas se casser la tête en manipulant leur appareil. Pour cette catégorie de personnes, le compact de Nikon montrera une efficacité appréciable. Mais pour des utilisateurs un minimum chevronnés ou désireux de progresser dans la technique, l'appareil apparaîtra simpliste, certes rapide et avec un zoom polyvalent et de bonne qualité, mais pas assez évolué. Et pour tous, l'absence de stabilisation optique constituera un défaut majeur. Dommage, Nikon passe un peu à côté de quelques chose de très bien, bêtement...

Nikon Coolpix S9100

6

Les plus

  • Zoom polyvalent / lentille ED
  • Utilisation simple / bonne tenue
  • Panoramique / écran de qualité
  • Allumage rapide / interface réactive

Les moins

  • Délai entre 2 photos améliorable
  • Pas de stabilisation optique !
  • Lissage dès 400 ISO
  • Manque modes débrayables

Qualité d'image7

Réactivité7

Ergonomie8

Fonctionnalités6


Modifié le 01/06/2018 à 15h36

0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Envie de frissons pour Halloween ? Notre sélection de jeux à ne pas manquer durant les soldes Steam
Sundar Pichai laisse entendre que Google va développer plus d'appareils sous sa marque
Bon plan Apple : l'iPhone 12 moins cher de presque 100€ chez Rakuten
Test Realme Buds Q : pour 30 euros, est-ce possible d'avoir des écouteurs de qualité ?
Forfait sans engagement : l'opérateur RED by SFR casse le prix de ses forfaits mobiles
Microsoft expérimente un « bracelet » de retour haptique destiné à la VR
Le smartphone Oppo Find X2 Neo 256Go passe à moins de 500€ (+ écouteurs sans fil offerts)
Resident Evil 3 Remake pourrait venir infecter la Nintendo Switch
Les écouteurs Apple AirPods Pro au même prix que durant le Prime Day !
-50% sur l'enceinte connectée Panasonic GA10 chez Cdiscount !
scroll top