Streaming : le service Rhapsody arborera la marque Napster à l'international

16 juin 2016 à 14h32
0
La société Rhapsody a récemment annoncé qu'elle allait profiter de la marque Napster dans l'ensemble des pays au sein desquels son service de musique est proposé.

Lorsqu'on évoque Napster, on ne pense pas immédiatement à un service de musique en streaming. On se replonge au début des années 2000, lorsque le logiciel de téléchargement en P2P, créé par Sean Parker permettait de récupérer des fichiers MP3. En toute illégalité.

Puis le service a été mis sur la touche par les représentants de l'industrie musicale. Suite à cette fermeture, la plateforme a consécutivement été rachetée par Roxio, BestBuy puis dernièrement Rhapsody en 2012. L'année suivante, Napster faisait son retour dans l'Hexagone mais sous la forme d'une plateforme de lecture en streaming concurrente à Spotify ou Deezer. L'opérateur SFR propose d'ailleurs une souscription avec ses forfaits.


035C000008475026-photo-napster-ban.jpg


Mais outre-Atlantique, Napster rime toujours avec téléchargement illégal, alors la société Rhapsody annonce sur son blog que son service de musique en streaming, baptisé simplement Rhapsody, deviendra Napster. Les deux disposent d'offres relativement similaires ainsi que le même catalogue de chansons.

Avec une marque forte, la société Rhapsody aura-t-elle alors plus de chance de s'imposer face à Spotify et cie ? Pas sûr.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Freebox mini 4K : mise à jour majeure vers Android 5.1
Monster traque les bons profils sur Facebook
E3 2016 : Eagle Flight, une approche originale de la VR par Ubisoft
E3 2016 : à la découverte de Steep d'Ubisoft, le jeu de sports extrêmes dans les Alpes
Des apps pas chères ou gratuites : notre sélection du 16/06
Patrick Drahi peut réaliser son rêve américain
L'Allemagne envisage à son tour l'interdiction de la voiture thermique d'ici 2030
E3 2016 : Watch Dogs 2 nous rassure, manette en mains
Le
Le cloud souverain : un échec à 56 millions d’euros ?
Haut de page